10 conseils pour communiquer avec une personne atteinte d’Alzheimer
Le 17/07/2016 - Actualités

Être témoin du déclin d’un parent atteint de la maladie d’Alzheimer ou d’une pathologie apparentée est douloureux pour les aidants. Au fil de l’évolution de la démence, les pertes de mémoire mineures se transforment progressivement en déficiences de plus en plus graves. La personnalité du malade change peu à peu. Comprendre comment communiquer avec son proche âgé en ces moments difficiles est crucial. Découvrez quelques stratégies de communication à adopter avec une personne démente.

10 conseils pour communiquer avec une personne atteinte d’Alzheimer

Faciliter la communication malgré la maladie d’Alzheimer

    Voici 10 conseils sur la façon de communiquer efficacement :

  • Sachez à quoi vous attendre – La maladie d’Alzheimer est une pathologie dégénérative dont les symptômes s’aggravent avec le temps. Les personnes atteintes de démence vont progressivement avoir plus de difficultés à comprendre autrui et à communiquer en général.
  • Évitez les distractions – Lorsque vous parlez à la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, essayez de trouver un endroit et un moment où elle ne sera pas distraite par autre chose. Ceci permettra à votre proche de concentrer toute son énergie et ses facultés cognitives sur la conversation.
  • Parlez clairement et naturellement, d’un ton chaleureux et calme – Évitez le langage et le ton infantilisants, ainsi que toute autre façon de parler condescendante.
  • Appelez les gens par leur nom – N’employez pas la troisième personne (des pronoms comme « il » ou « elle ») pour vous adresser à votre proche, mais la deuxième personne comme vous le feriez avec n’importe qui d’autre. Les noms sont également importants pour une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, ils lui permettent de retrouver ses repères. Par exemple, « Bonjour grand-mère (mamy, mémé…), c’est moi, François » est préférable à « Salut, c’est moi… »
  • Parlez d’une seule chose à la fois – Une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ne sera pas toujours capable d’entretenir une conversation nécessitant de « jongler » entre différents sujets.
  • Utilisez le langage du corps ou un autre signal non verbal – Par exemple, maintenez un contact visuel et souriez. De cette manière, vous faciliterez la compréhension à votre proche. Lorsqu’il se trouve à un stade très avancé de la maladie d’Alzheimer, la communication non verbale peut du reste être la seule option possible.
  • Écoutez activement – Si vous ne comprenez pas ce que votre proche dit, faites-le lui savoir poliment.
  • Ne le corrigez pas – La conversation n’ira pas très loin si vous passez votre temps à corriger chaque erreur ou déclaration erronée de votre proche atteint de la maladie d’Alzheimer. Il est recommandé de ne pas relever les inexactitudes et les propos incohérents.
  • Soyez patient – Laissez à votre proche le temps de saisir ce que vous avez dit. Si vous posez une question, attendez la réponse. Ne laissez pas la frustration vous gagner devant les difficultés dues à la perte cognitive liée à la maladie d’Alzheimer.
  • Attendez-vous à ce qu’il y ait des hauts et des bas – Certes, en général les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer déclinent petit à petit, mais même dans les premiers stades, votre proche peut avoir des hauts et des bas, comme tout le monde.

Avez-vous aussi des conseils sur la façon de communiquer avec une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou de démence ? Comment réussissez-vous à communiquer avec votre proche malgré les difficultés ? Partagez votre expérience avec nous dans les commentaires ci-dessous.

  • MALADIE DECELEE VOICI 4 ANS PERTE DE MEMOIRE
    MAINTENANT CETTE MALADIE [ DEGENERANCE DES CELLULES DU CER VEAU ] M D A

    PARALISIE D UN COTE RETRECICEMENT DE LA VUE ET PLUS DE PAROLE DONC PLUS DE COMMUNICATION MAIS LE PROBLEME ELLE COMPRENT TOUT
    PLUS MOYENT DE SAVOIR SI ELLE A MAL SI ELLE A SOIF ECT ECT

  • Mon mari, atteint d alzheimer et de démence mixte, en ehpad depuis 10 mois, me demande , depuis quelques visites, à rentrer à la maison. Comment réagir ? Souffre t’il
    D’être au milieu d’autres personnes également malades et quelquefois plus atteintes que lui ? J ‘hésite à lui rendre visite, les départs sont difficiles …. Merci de vos conseils

    • Bonjour Madame Labbe,
      Je vous invite à prendre contact avec le directeur de l’établissement ou avec le personnel soignant qui pourront vous rassurer et vous accompagner.
      Je vous souhaite beaucoup de courage ainsi qu’une bonne continuation.
      Bien à vous;
      Julie.

      • Bonjour,
        Cela dépend évidemment du lieu où il/elle se trouve, le personnel soignant n’est pas loin s’en faut toujours formé à cette maladie sévère, malheureusement ! Donc vous aurez parfois à vous « imposer » parce que ni le directeur, ni les aides soignantes (les seules au contact permanent des malades), ni les infirmières, ni le médecin ne seront toujours à la hauteur de la situation (et c’est bien évidemment regrettable !)
        Mina

    • bonjour, moi c’est notre maman qui est placée dans un établissement depuis 4 ans, atteinte d’alzheimer. La maladie évolue et il n’est pas toujours facile de l’accepter. L’établissement est neuf et elle est dans une unité où les malades ne sont que 14 personnes. très souvent, elle me demande de l’emmener chez moi, alors que cela n’est pas possible, nous ne la sortons plus, et c’est un véritable déchirement à chaque fois qu’elle me fait cette demande. J’ai énormément travaillé sur moi en me disant que dans sa maladie, elle vit dans son monde, et j’essaie de faire le « deuil » de ma maman d’avant, pour me dire que je vais visiter une personne âgée. bien sur ce n’est pas toujours facile mais je progresse dans ce sens. Je sais qu’elle est bien entourée par le personnel médical. Bon courage à vous. Marie-Jo

      • Bonjour Mme Biard,
        Je vous félicite pour votre courage et vous souhaite une excellente continuation.
        Bien à vous;
        Julie de Cap Retraite.

      • Bonjour,
        Mon mari est à un stade très avancé et précoce, placé en institution. Je vous recommanderais de ne pas le refouler du tout s’il/elle vous demande de venir quelques heures chez vous (à définir par vous bien sûr). Je sors mon mari de temps à autre et cela lui fait le plus grand bien, et ceci est toujours vrai. Evidemment, il y a des moments où il est trop « perdu » pour cela, donc décidez de visu si le moment est approprié ou pas.
        Bon courage à vous
        Mina

    • Bonjour Monsieur Cohen;
      Je ne manquerais pas de donner des conseils concernant les comportements, parfois violents, que peuvent avoir les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, dans l’un de mes prochains articles.
      Bien à vous;
      Julie

  • j’aimerais connaître les traitements existants pour cette pathologie, quels sont les « actes médicaux » (exemple kinési,) qui peuvent être nécessaires pour que la personne âgée ne perdent pas l’usage de ses membres (savoir manger, utiliser ses couverts, etc….) bien souvent en maisons de retraite les personnes âgées atteintes de cette maladie sont « couchées » « alitées » et ne savent plus marcher …. ou occasionnellement dans un fauteuil roulant non adapté…

    • Bonjour,
      Vous pouvez demander à votre médecin une prescription pour l’intervention dune equipe mobile Alzheimer, remboursee par la secu. Duree environ 3 mois à raison d’une heure par semaine à votre domicile.

    • Bonjour,
      voici quelques conseils qui, je l’espère, vous aideront à prévenir ce genre de symptômes :
      – assurez-vous que son logement soit bien éclairé,
      – assurez-vous de l’équilibre alimentaire de la personne âgée,
      – essayer de rendre son environnement confortable, familier,
      – essayer de trouver une manière de soulager son stress,
      – ne vous mettez pas en colère contre elle et ayez recours à des distractions familières.
      En espérant que ces conseils vous aident à faire face à ces difficultés.
      Bien à vous;
      Julie de Cap Retraite.

  • Franchement c’est une maladie sordide et incontrôlable pour tout l’entourage conscient.
    Il faut vraiment un suivi psychothérapique pour ceux et celles qui vivent au quotidien avec le malade. Or même avec les médicaments prescrits le dosage n’est pas encore au point et donc il faut que l’entourage fasse preuve de beaucoup de savoir faire du point de vie comportement avec le malade pour éviter le pire …..

  • Bonjour je viens vers vous car mon grand père de 83 ans est atteint par cette maladie le gros soucis c’est qu’il refuse d’aller voir le médecin jusqu’à faire une crise de colère et a menacé de suicide tellement il ne veut rien entendre on ne sait pas quoi faire auriez vous des conseil s’il vous plait car nous somme perdu et très inquiet pour lui merci d’avance

  • j’aimerais réagir aux conseils que je viens de lire en réponses aux questions
    posées ; Monique à été diagnostiquée en mars 2004 ;depuis je vies avec cette
    maladie ,je regrettes mais vos réponses sont inaproprièes et ne permettes pas
    un secours réel .
    j’ai galéré 2ans avec des réponses de cette sorte , un jour j’ai claqué la porte de
    ces organismes ; j’ai fait une formation d’aides aux aidants 10 mois 1 jour
    semaine :ensuite groupe de parole +une formation à l’écoute 1mois temps
    complet ;; pendant 4 ans groupes de parole 4hr semaine ;;tout en gérant les
    problémes maison . Je suis membre d’une ASSO. d’aides à domicile qui me fournis
    les auxiliaires dont nous avons besoins (140hr mois) j’ai aussi utilisé une équipe EMA
    tout ceci bout à bout me permet à mon tour d’aider les aidants avec l’aide d’un
    groupe d’aidants familiaux que nous avons constitués -bibliothèrapie-musicothèrapie
    « les palabres des aidants  » vont ce mettre en place pour 2017 – le groupe prépare
    pour le 06/10 la journée des aidants (sans moi repos obligé)
    Monique n’à plus de mémoire ancienne-difficile au jour le jour -elle reste autonome
    en partie-toilettes IDE +préparation au couché- elle mange seule- ceci est un résultat
    de beaucoup d’aides-de stimulations- énormément de fatigue mais un résultat due
    en grande partie aux formations que j’ai faites  » aux 3 enfants qui m’aident mais il ont
    leurs vies » . Surtout nos deux médecins -un généraliste homéopathe- l’autre homéopathe
    nutritioniste -; chez nous pas de norhologue ; que de la médecine douce et ensemble
    mous tenons Monique debout . Excusez moi j’encombres votre espace mais quant je
    commences a m’exprimer contre cette maladie ,je voudrais aider toutes ces personnes
    dans la panade . cordialement
    excusez les fautes j’ai 88 ans « personne ne s’occupe des aidants agés nous sommes
    nombreux »

    • Bonjour Monsieur Hervieu,

      Votre action est louable. Je vous souhaite beaucoup de courage et de réussite pour la suite.
      Bien à vous;
      Julie de Cap Retraite

  • bonjour je vis avec ma mère qui est dépressive depuis des années elle a un traitement apres de 4O années d alcool elle ne boit plus mais depuis 2 ans j ai des crises elle s enferme sur elle même passe des journée seule dans sa chambre avec des pertes de mémoire ne participe pas du tout a la vie de famille a t elle un début de cette maladie merci de me répondre

    • Bonjour Madame Robert,
      Je ne peux apporter une réponse à votre question. Seul un médecin spécialisé sera en mesure d’établir un diagnostic.
      En vous souhaitant beaucoup de courage.
      Bien à vous,
      Julie

  • Laissez un commentaire

    Vous pouvez réagir à cet article en laissant un commentaire

    Articles connexes

    Profitez d’une vie sexuelle épanouie après 60 ans !

    Profitez d’une vie sexuelle épanouie après 60 ans !

    Dans notre société, la sexualité des seniors est un sujet peu évoqué, voire tabou. Et pourtant, profiter d’une vie sexuelle épanouie après 60 ans est tout à fait possible ! Apprendre à accepter son corps, aborder les rapports avec complicité et transparence… autant de points clés pour une vie sexuelle épanouie après 60 ans. Cap Retraite […]

    Lire la suite

    Dépendance : êtes-vous prêt à devenir aidant familial ?

    Dépendance : êtes-vous prêt à devenir aidant familial ?

    Prendre en charge un proche en perte d’autonomie au quotidien est une tâche importante et qui paraît souvent naturelle. Pourtant, ce rôle peut s’avérer exigeant et il est crucial de réfléchir à ses implications et à vos capacités. Découvrez les questions à vous poser avant de prendre une telle responsabilité et apprenez-en davantage sur vos […]

    Lire la suite

    Je cherche une maison de retraite à :