La force, l’équilibre et la souplesse se réduisent avec l’âge. Résultat : de nombreuses personnes âgées ont tendance à adopter un mode de vie sédentaire. Pourtant, cette inactivité ne fait qu’aggraver le déclin physique et nuire à l’autonomie. Pour rester actif et autonome, pourquoi ne pas essayer l’entraînement fonctionnel, un programme d’exercices divers conçus pour booster les capacités physiques nécessaires aux activités quotidiennes ?

Qu’est-ce que l’entraînement fonctionnel ?

L’entraînement fonctionnel est une forme d’activité physique pouvant renforcer la forme et l’énergie des personnes âgées grâce à des exercices imitant les activités de la vie quotidienne.

En vieillissant, il est de plus en plus difficile d’accomplir certaines tâches du quotidien. Les coupables : l’arthrose, la fonte de la masse musculaire et les douleurs qui vont avec.

Par exemple, un acte aussi simple que rentrer les courses de la voiture à la maison, puis les ranger dans les placards nécessite une certaine force dans les bras, ainsi qu’un minimum d’équilibre corporel et de flexibilité dans les épaules.

L’entraînement fonctionnel pour les personnes âgées se concentre sur l’ensemble de ces éléments : l’équilibre, la force corporelle, l’endurance et la flexibilité de toutes les articulations. En effet, la plupart des activités quotidiennes nécessitent une combinaison de toutes ces capacités physiques.

Les personnes âgées doivent donc travailler sur tous les muscles du bras pour améliorer les mouvements nécessaires pour déplacer des objets et les soulever à différentes hauteurs. Il leur faut aussi la force de soulever un objet et la flexibilité pour se mouvoir sans tomber.

Quels sont les avantages de l’entraînement fonctionnel ?

Les personnes âgées peuvent profiter pleinement d’un programme régulier d’exercices fonctionnels. Les principaux atouts d’un tel entraînement sont :

  • une amélioration de la mobilité et de l’autonomie ;
  • un effet bénéfique sur la santé, notamment en limitant les risques de maladies cardiovasculaires et de diabète ;
  • une amélioration des fonctions cognitives, permettant de raisonner plus clairement et d’améliorer le bien-être sur le plan émotionnel.

Les exercices d’équilibre

Les exercices fonctionnels d’équilibre peuvent jouer un rôle important pour prévenir le risque de chutes chez les personnes âgées.

En témoigne une étude américaine, publiée dans le numéro de novembre 2004 le Journal of Bone and Mineral Metabolism (Journal du métabolisme osseux et minéral), auprès de personnes âgées. Après huit mois de participation à un programme d’exercices fonctionnels spécifiquement conçus pour travailler sur l’équilibre, seulement 13,6 % des personnes âgées suivies ont fait une chute. En revanche, dans le groupe contrôle n’ayant pas participé à l’entraînement fonctionnel, 40,9 % des personnes âgées ont fait une chute.

Exemple d’activité pour améliorer l’équilibre : faire un exercice de bascule pointe-talon (mouvements de bascule sur la pointe des pieds, puis sur les talons) tout en comptant à rebours. L’entraînement fonctionnel pour les personnes âgées devrait également inclure des exercices de récupération de l’équilibre, par exemple s’avancer pour attraper un objet en toute sécurité et ainsi réduire le risque de chutes.

Les exercices de résistance

Les exercices de résistance d’un programme d’entraînement fonctionnel peuvent améliorer significativement la qualité de vie des personnes âgées.

Une étude, publiée par l’American Journal of Health Promotion (Journal américain de promotion de la santé) en mars 2011, montre que des personnes âgées qui étaient incapables d’effectuer seules certaines activités quotidiennes ont vu leur mobilité fonctionnelle fortement améliorée après avoir participé à un programme d’exercices de résistance de 16 semaines.

Les exercices fonctionnels de résistance exploitent le poids du corps ou la résistance d’un équipement spécifique, comme des bandes élastiques, des haltères légers, des ballons d’exercice et des médecine-balls.

Les mouvements effectués doivent imiter différentes activités de la vie quotidienne, comme se lever d’une position assise ou soulever des poids légers au-dessus de la tête.

Commencez avec un poids relativement léger, et faites un exercice de moyenne, voire faible intensité, puis augmentez progressivement la difficulté à mesure que votre force augmente.

Quelles précautions doivent prendre les personnes âgées ?

Comme pour toute nouvelle activité physique, les personnes âgées doivent prendre certaines précautions avant d’adopter un programme d’entraînement fonctionnel.

Alors, avant de vous lancer, faites attention aux points suivants :

  • Consultez votre médecin traitant avant de commencer un nouveau programme d’exercices fonctionnels.
  • Si vous souffrez d’étourdissements ou de vomissements, ou si vous éprouvez un essoufflement ou une douleur à la poitrine durant l’entraînement, arrêtez immédiatement et consultez un médecin.
  • Buvez beaucoup d’eau avant, pendant et après l’entraînement fonctionnel pour prévenir la déshydratation due à la perte de fluides à cause de la sueur.
  • Ne dépassez pas vos limites et faites des pauses quand vous en avez besoin.
  • Faites toujours des échauffements pendant 5 à 10 minutes pour préparer votre corps avant les exercices fonctionnels.
  • Portez des chaussures avec semelles antidérapantes pour éviter les chutes.

Note de l’article (4 votes)

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

Yaël A.,Rédactrice chez Cap Retraite

1 Commentaire

Réagissez, posez une question…

Annuler

  1. Hakime

    Bonjour
    Un programme d’entraînement
    Pour une personne âgée
    Merci d’avance

    Répondre

Les derniers articles

Articles les plus recherchés

Nos dossiers sur ce thème

La santé du Grand-âge

L'accroissement de la longévité s'accompagne de la multiplication de pathologies propres aux personnes âgées. Nous abordons dans ce dossier intitulé "la santé au grand âge"…

En savoir plus

Face à la maladie d'Alzheimer

Nous avons consacré un dossier spécifique à la maladie d’Alzheimer, pour appréhender à sa mesure ce véritable fléau, qui touche en France 800 000 personnes,…

En savoir plus

Face à la maladie de Parkinson

Affection dégénérative du cerveau la plus courante après Alzheimer, la maladie de Parkinson touche plus de 2 % de la population française de plus de…

En savoir plus