Élections : Cap Retraite et France Alzheimer défendent les malades
Le 14/05/2017 - Maladie d'Alzheimer

Après l’élection du nouveau président de la République, Emmanuel Macron, Cap Retraite se tient aux côtés de France Alzheimer pour continuer à défendre la cause des familles touchées par la maladie dégénérative la plus fréquente. Cap Retraite relaie auprès des familles les propositions de France Alzheimer à l’équipe gouvernementale. Le but : améliorer la vie quotidienne des malades et de leurs aidants. Découvrez cette opération et soutenez l’initiative de l’association.

Élections : Cap Retraite et France Alzheimer défendent les malades

Cap Retraite aux côtés de France Alzheimer

Au fil de la campagne électorale des Présidentielles 2017, l’association France Alzheimer et maladies apparentées s’est engagée à défendre les droits des malades et de leurs aidants. Au lendemain de l’élection du nouveau président de la République, Emmanuel Macron, l’association poursuit son opération « Tous candidats à la maladie » pour faire valoir les droits des quelque 3 millions d’individus concernés par cette pathologie encore stigmatisante.

France Alzheimer fait confiance à Cap Retraite pour relayer un appel à soutenir ses propositions. Nous invitons les familles à faire entendre leur voix auprès de la nouvelle équipe gouvernementale. Plus de 100 000 personnes ont déjà soutenu l’opération de France Alzheimer. Cap Retraite se mobilise pour accroître ce chiffre et donner plus de poids au programme de France Alzheimer.

Les propositions de France Alzheimer au gouvernement

La prise en charge des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et l’accompagnement de leur famille sont des enjeux capitaux pour notre société, au regard du vieillissement de la population. Le nouveau gouvernement devra s’investir dans cette voie pour assurer le bien-être d’un nombre croissant de Français concernés par cette maladie dégénérative.

France Alzheimer a défini six domaines exigeant une attention particulière des équipes gouvernementales pour améliorer la vie des malades et de leurs familles.

  • Un changement du regard porté sur la maladie d’Alzheimer

Les deux tiers des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer craignent d’évoquer leur situation, dans une société dont le regard n’a pas encore évolué. France Alzheimer propose de donner davantage la parole aux malades et à leurs aidants, à travers une grande campagne de communication.

Le témoignage des personnes malades est nécessaire pour faire les bons choix politiques dans trois domaines clés : la recherche, la prise en charge et l’accompagnement.

L’association souhaite également encourager les initiatives visant à une inclusion des malades au sein de la société.

  • Un meilleur diagnostic pour un accompagnement optimisé

Le diagnostic de la maladie d’Alzheimer est encore loin d’être satisfaisant, avec seulement un individu touché sur deux diagnostiqué. Pourtant un dépistage précoce de la maladie d’Alzheimer permet une mise en place plus rapide d’une prise en charge adaptée du malade et de sa famille.

France Alzheimer souhaite communiquer sur l’importance du diagnostic et favoriser l’accès à un diagnostic précoce. Il s’agira également de renforcer l’accompagnement du malade et de ses proches face au choc de l’annonce de cette pathologie.

  • Une adaptation du parcours de soins des malades

Avec quelque 900 000 personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, le parcours de soins constitue un enjeu capital. Il doit être adapté aux besoins spécifiques de chacun, très différents d’une famille à l’autre.

France Alzheimer propose de mieux définir ce parcours de soins et de renforcer la formation des professionnels de l’accompagnement et de la prise en soin de la maladie. Anticipant les besoins à venir en hébergement des personnes âgées dépendantes atteintes de la maladie, l’association souhaite un développement et une redéfinition des Ehpad. Le but : répondre aux besoins spécifiques des résidents malades.

Il s’agira également d’adapter la prise en charge des malades jeunes à leurs attentes et besoins particuliers. La fin de vie des malades nécessite aussi d’être repensée et améliorée.

  • Une meilleure reconnaissance et une aide accrue aux aidants

L’aidant familial d’une personne âgée atteinte de la maladie d’Alzheimer consacre en moyenne plus de 6,5 heures par jour à son proche. Il est important de soutenir les aidants familiaux et de reconnaître leur travail.

France Alzheimer propose non seulement une reconnaissance, mais aussi l’octroi de droits et d’une compensation. Les aidants qui travaillent ont ainsi besoin d’un accompagnement accru et d’une meilleure sensibilisation de leurs employeurs à leur situation.

  • Un allègement des dépenses liées à la maladie

La perte d’autonomie des aînés coûte quelque 45 milliards d’euros par an. Les proches en assurent près de la moitié du financement. Pour France Alzheimer, le gouvernement doit repenser le financement de la dépendance afin d’alléger la facture des familles.

Il faudra également surmonter la différence faite jusqu’à présent entre le handicap et la perte d’autonomie dans le système de prise en charge.

Les restes à charge aussi bien à domicile qu’en Ehpad devront être limités au minimum pour que toutes les malades d’Alzheimer puissent bénéficier d’une prise en charge adaptée, sans qu’elle pèse lourdement sur le budget de la famille.

Les aides fiscales liées à la prise en charge de la perte d’autonomie devront également être revues pour que les plafonds ne constituent pas un obstacle au recours à l’aide nécessaire au malade d’Alzheimer.

  • Un investissement accru dans la recherche

La maladie d’Alzheimer touchera 25 % des Français d’ici 2025, si la recherche ne permet pas de réduire la prévalence de cette pathologie aux causes encore mal connues.

France Alzheimer demande un soutien financier accru à la recherche et une meilleure diffusion de ses résultats. Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer doivent en outre pouvoir accéder aux innovations thérapeutiques et participer aux études.

  • Bonjour,

    Mon père était atteint de la maladie d’Alzheimer et avant son décès en 2006 , il avait passé 4 ans en établissement spécialisé « Cantou » rattaché au CHS d’Alès.

    Malgré que ce type d’établissement soit conçu pour une prise en compte spécifique de la maladie, il y aussi la problématique du personnel soignant notamment les aides soignantes qui confrontées aux malades n’ont pas toujours la considération nécessaire pour les malades et leurs familles.

    Je me souviens notamment des certaines aides soignantes qui criaient après les malades , les grondant comme des enfants .

    J’ai aussi retrouvé mon père assis sur une simple chaise attaché avec sa robe de chambre afin de ne pas tomber , alors qu’un fauteuil adapté était disponible et inutilisé dans la réserve à matériels de nettoyage.

    Enfin au niveau des tarifs , c’est proprement scandaleux qu’un malade à faibles revenus ait à payer 2100 € APA déduite ….. la participation devrait être calculée sur la base des revenus de façon que les personnes modestes puissent être soignées sans dépasser leurs revenus.

    Ne parlons pas de la logique comptable de la Perception qui nous avait facturé le mois entier alors que mon père était décédé le 5 septembre 2006.

    J’attends beaucoup d’une réforme qui doit soulager les malades et leurs familles .

  • Il est urgent de continuer a mettre tout en oeuvre pour gérer les cas actuels et anticiper l’explosion des prochaines années.
    J’ose espérer sur ce nouveau gouvernement.

    Pour le but concret de ce message: il serait grand temps de revoir le calcul des aides (quelque’elles soient d’ailleurs); au jour d’aujourd’hui avec tous les éléments et moyens de croiser les informations dont l’état dispose pour nous suivre de A à Z, il n’est plus compréhensible que les années de références soient -2 ou … /
    C’est au jour ou l’incident qui nous fait demander de l’aide se produit, qu’il faut évaluer nos ressources .
    C’est tellement une évidence que je ne comprends pas que cela ne soit pas encore le cas.
    Aller à l’essentiel et rapidement ! ne pas compliquer les choses simples ! un monde meilleur quoi !
    Salutations .

  • Laissez un commentaire

    Vous pouvez réagir à cet article en laissant un commentaire

    Articles connexes

    Bien accompagner la maladie d’Alzheimer en Provence-Alpes-Côte d’Azur

    Bien accompagner la maladie d’Alzheimer en Provence-Alpes-Côte d’Azur

    Divers dispositifs facilitent la prise en charge et l’accompagnement de la maladie d’Alzheimer en Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA). La région est encore déficitaire en structures de diagnostic et d’hébergement pour les malades, par rapport à la moyenne nationale. En revanche, elle est mieux couverte en places spécifiques pour l’accompagnement de la démence en maison de retraite. […]

    Lire la suite

    Quelle structure d’accueil pour la maladie d’Alzheimer ?

    Quelle structure d’accueil pour la maladie d’Alzheimer ?

    Trouver une structure d’accueil Alzheimer adaptée à vos besoins n’est pas toujours simple. Les solutions d’accueil se diversifient pour offrir une réponse adaptée aux différents stades de la maladie : accueil de jour, cafés et rencontres Alzheimer, hébergement longue durée, MAIA… Découvrez la solution la plus adaptée à votre situation.

    Lire la suite

    Je cherche une maison de retraite à :

      Copyright © 2016 - Cap Retraite