Grève des Ehpad : un personnel soignant dévoué en quête de reconnaissance
Le 15/03/2018 - Actualités

Les employés des Ehpad sont descendus dans les rues de plusieurs villes de France pour protester contre la réforme du financement des maisons de retraite et leurs conditions de travail. Certes, la ministre de la Santé propose des solutions, mais elles sont encore jugées insuffisantes par les professionnels du secteur. Les personnels soignants obtiendront-ils gain de cause ?

Grève des Ehpad : un personnel soignant dévoué en quête de reconnaissance

Les Ehpad en grève : que veulent les soignants ?

Après une précédente mobilisation nationale le 30 janvier 2018, les employés d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) sont sortis jeudi dans les rues de plusieurs villes, notamment Paris, Bordeaux,  Lyon, Dijon ou Strasbourg, pour protester contre la dégradation de leurs conditions de travail.

Répondant à l’appel de l’intersyndicale pour l’aide et le soin des personnes âgées et de l’AD-PA, les équipes soignantes des Ehpad, au cœur de la prise en charge des résidents âgés et dépendants, demandent que le gouvernement leur donne les moyens de faire leur travail correctement et avec humanité.

Les infirmières et aides-soignantes soutiennent que le taux d’encadrement du personnel soignant dans les Ehpad est trop faible pour permettre un accompagnement véritablement humain des résidents.

Pourquoi cette crise des Ehpad ?

L’une des préoccupations au cœur de ce que la presse appelle aujourd’hui la  « crise des Ehpad » provient de la réforme du financement des Ehpad, qui devrait entraîner une perte de revenus pour le cinquième, voire le quart des structures.

Pour la Fédération hospitalière de France, cette réforme risque de provoquer une perte de 200 millions d’euros sur sept ans et de contraindre les structures publiques de licencier des employés.

Avant la nouvelle grève, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a néanmoins annoncé qu’un mécanisme serait mis en œuvre pour reporter d’un ou deux ans ces pertes de revenus.

Mais la ministre ne souhaite pas remettre en cause entièrement la réforme commencée sous le gouvernement de François Hollande. Elle envisage seulement de modifier le décret et de proposer quelques ajustements.

Augmenter le nombre d’employés dans les Ehpad ?

L’AD-PA et les intersyndicales ont renouvelé leurs revendications pour améliorer le secteur de la prise en charge des personnes âgées :

  • atteindre un taux d’encadrement d’un agent ou salarié par résident (taux qui est actuellement de 0,6 agent par résident), comme prévu par le Plan Solidarité Grand Âge pour les personnes les plus dépendantes ;
  • abroger les dispositions législatives concernant la réforme de la tarification des Ehpad de la loi du 28 décembre 2015 et ses décrets ;
  • maintenir les effectifs des Ehpad;
  • améliorer les salaires et perspectives professionnelles des employés des Ehpad.

La ministre Mme Buzyn a d’ores et déjà repoussé la demande d’augmentation des effectifs, considérant qu’un taux d’encadrement d’un agent par résident n’est ni fondé théoriquement ou scientifiquement, ni même réaliste, dans les conditions budgétaires actuelles de la France.

Un rapport parlementaire alarmiste ?

Mercredi, Monique Iborra (La République en marche) et Caroline Fiat (La France insoumise) ont publié un rapport parlementaire confirmant les revendications du secteur de la prise en charge des personnes âgées.

Les députées demandent notamment de :

  • doubler le taux d’encadrement du personnel soignant (aides-soignants et infirmiers) dans les Ehpad dans un délai maximal de quatre ans,
  • prévenir la perte d’autonomie le plus tôt possible: les députées proposent la création d’une consultation gratuite pour les personnes âgées de 65 ans à 70 ans pour faire un bilan de santé et renseigner les seniors sur les aides possibles  pour prévenir la dépendance ;
  • repenser le modèle des Ehpad : pour les députées, trop de personnes âgées n’ont pas accès à l’entrée en Ehpad, en raison des tarifs des maisons de retraite encore trop élevés par rapport aux ressources et pensions moyennes des seniors. Pour elles, la tarification doit être modifiée pour limiter le reste à charge et laisser davantage de postes de dépenses subventionnés par la solidarité publique ;
  • améliorer le système d’aides financières aux personnes âgées: le rapport préconise notamment d’améliorer le dispositif de l’aide sociale à l’hébergement, en augmentant le nombre de places habilitées dans l’ensemble des Ehpad, mais aussi en renonçant au principe de l’obligation alimentaire et en réduisant la récupération, deux mesures qui pèsent lourd sur les familles et les empêchent d’avoir recours à l’aide sociale pour permettre l’accueil de leur proche en Ehpad.

Au regard de ces protestations, il ne faut pas oublier que le personnel soignant des Ehpad et autres maisons de retraite joue un rôle clé dans la prise en charge des personnes âgées dépendantes. Malgré le manque de personnels dans certaines structures, l’équipe soignante fait le maximum pour assurer le bien-être des résidents, aux côtés du médecin coordonnateur de l’Ehpad.

L'avis des utilisateurs sur cet article
4.8/5 - 4 votes - Votre vote :

Articles connexes