S’endormir en journée comme pour une sieste, des difficultés à trouver ses mots ou à s’orienter… Simple coup de mou lié à l’âge ou conséquence d’une anémie non soignée ? Communément associée aux femmes et aux enfants des pays en développement, l’anémie est un faible taux d’hémoglobine qui touche de plus en plus les personnes âgées en France. En cause, un contrôle et une prise en charge négligés, liés aux symptômes de fatigue souvent associés au vieillissement. Pourtant, ignorée, l’anémie peut devenir dangereuse pour la santé des plus de 65 ans. 

Anémie chez les personnes âgées : définition et causes 

L’hémoglobine est la protéine des globules rouges qui transporte l’oxygène des poumons dans tout le corps. Lorsqu’elle est insuffisante ou diminue dans le sang, on parle d’anémie. 

Les taux d’hémoglobine à risque chez les seniors

Lorsque les tissus et organes ne reçoivent pas assez d’oxygène pour fonctionner correctement, divers symptômes et complications apparaissent. Or, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’anémie est déclarée si le taux d’hémoglobine est inférieur à 13 g/dl pour l’homme et inférieur à 12 g/dl pour la femme. 

Chez la personne âgée de plus de 65 ans, ce taux passe à 11 g/dl chez l’homme et 10,2 g/dl chez la femme. Le problème concerne près de 20 % des plus de 85 ans, avec un risque de dysfonctionnement de tous les organes. 

Les facteurs de risque d’anémie chez les seniors

Parmi les nombreuses causes de l’anémie, certaines sont particulièrement fréquentes chez les seniors :

Les carences alimentaires (fer, vitamine B12, acide folique) : en vieillissant, l’absorption de certains nutriments diminue, et les régimes alimentaires peuvent ne pas fournir suffisamment de fer, de vitamine B12 et l’acide folique essentiels dans la formation et la maturation des globules rouges.

Maladies chroniques : l’insuffisance rénale diminue la production d’érythropoïétine, une hormone productrice de globules rouges, et les maladies inflammatoires comme la polyarthrite rhumatoïde ou les maladies inflammatoires de l’intestin, peuvent interférer avec la production de globules rouges et leur durée de vie.

Les effets secondaires des médicaments et traitements, dont : 

  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) responsables de saignements gastro-intestinaux, 
  • les médicaments anticancéreux qui affectent la moelle osseuse, 
  • des antibiotiques pouvant provoquer une destruction accrue des globules rouges.

À savoir que chez la personne âgée, l’étiologie de l’anémie est plus souvent multifactorielle.

Comment savoir si un proche âgé est anémié ? Les symptômes

conséquence anémie mal soignée

Détecter un état anémique chez une personne âgée est complexe, car les premiers signes cliniques, tels que la fatigue et la faiblesse, sont similaires aux symptômes courants du vieillissement. Le corps s’adapte progressivement à cet état jusqu’à ce que des complications surviennent. Au fil du temps, le manque d’oxygène finit par affecter plusieurs parties du corps. En réaction, l’organisme doit redoubler d’effort pour transporter l’oxygène, ce qui entraîne plusieurs problèmes : 

  • Un manque d’énergie, un épuisement, un manque d’appétit…
  • Des difficultés à respirer, un essoufflement à l’effort ou au repos, 
  • Des palpitations, une baisse de tension artérielle, des douleurs cardiaques…
  • Des étourdissements et vertiges, des troubles de la mémoire, un manque de concentration…
  • Une dépression, un manque de motivation…
  • Des risques de chutes et leurs conséquences…
  • Une pâleur de la peau et du blanc des yeux, les mains et les pieds froids…

Les conséquences d’une anémie non soignée chez les seniors

Non soignée ou ignorée, l’anémie chez les seniors peut avoir des répercussions graves sur la santé globale, allant bien au-delà des simples symptômes physiques. 

Une perte d’autonomie 

La fatigue chronique liée à l’anémie épuise physiquement et mentalement le senior au point de ne plus avoir la force d’effectuer ses tâches du quotidien ni les activités essentielles à sa mobilité et à son indépendance telles que marcher, monter des escaliers ou se lever de manière autonome.

Des complications médicales

Avec un faible apport en oxygène au cœur et les vaisseaux sanguins, l’anémie crée une tension supplémentaire sur le système cardiovasculaire du senior qui risque de développer des maladies cardiovasculaires telles que l’angine de poitrine, les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux. 

Chez les personnes atteintes de diabète ou d’insuffisance cardiaque, le corps moins oxygéné peine à gérer et à contrôler ces affections, pouvant conduire à une détérioration rapide de l’état de santé général.

Les conséquences psychologiques

La fatigue constante et les limitations physiques imposées par l’anémie développent de la dépression et de l’anxiété chez les seniors. En effet, sans énergie, il peine à participer aux activités sociales, à sortir de chez lui. Il finit alors par s’isoler, perdre sa qualité de vie et son bien-être émotionnel.

Augmentation du risque de chutes et de fractures

Anémié, le senior perd en force musculaire et en stabilité, augmentant ainsi le risque de chutes et d’accidents, causes de fractures, traumatismes crâniens et autres blessures graves aux conséquences durables sur la santé.

Comment prévenir et traiter l’anémie chez le senior ? 

Difficile à percevoir, l‘anémie représente pourtant un risque élevé de problèmes de santé chez les seniors. Vigilance, diagnostic et suivi sont de rigueur.

Anticiper et prévenir l’anémie

Les seniors et leurs proches doivent avoir conscience et connaissance des signes d’alerte précédemment listés. Au moindre comportement inhabituel tel que : la fatigue persistante, la faiblesse générale, l’essoufflement facile, la pâleur de la peau et des muqueuses ou des palpitations… Consultez un médecin traitant ou votre hématologue qui vous prescrira un hémogramme.

Cet examen consiste à mesurer le taux d’hémoglobine et le nombre de globules rouges dans le sang afin de déterminer la présence et la sévérité d’une anémie, le type et les éventuelles causes sous-jacentes de l’anémie.

diagnostic anémie chez le senior

Les traitements contre l’hémopathie anémique

La prise en charge de l’anémie consiste à chercher et traiter sa cause sous-jacente. Ainsi, selon les résultats décelés par la prise de sang, le médecin traitant vous prescrira des traitements pour restaurer le niveau de globules rouges et d’hémoglobine : 

  • Des suppléments de fer et de vitamines B12 : pour les cas d’anémie ferriprive et mégaloblastique, en plus d’une alimentation équilibrée, riche en viande rouge, les légumes verts feuillus, les œufs, les fruits secs, les céréales enrichies et les produits laitiers. Voici comment prévenir les carences en vitamines B12 chez les seniors.
  • Ajustement des doses et médicaments pour minimiser les effets secondaires tout en maintenant un traitement efficace pour d’autres conditions médicales.
  • Traitement des maladies sous-jacentes : lorsque l’anémie est due à une insuffisance rénale ou des maladies inflammatoires.
  • Transfusion sanguine en cas d’anémie sévère où le pronostic vital est engagé.

Souvent sous-estimée et mal comprise, l’anémie constitue une raison fréquente d’hospitalisation en gériatrie. Indépendamment de sa cause, elle est associée à un pronostic défavorable, à divers impacts cliniques néfastes et à une augmentation de la mortalité. Enfin, plusieurs études, dont celle de l’Université de Californie, révèlent un risque de démence de 64 % chez les personnes âgées souffrant d’anémie.

Note de l’article (11 votes)

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

Commentaires (0)

Réagissez, posez une question…

Les derniers articles

Articles les plus recherchés

Nos dossiers sur ce thème

La santé du Grand-âge

L'accroissement de la longévité s'accompagne de la multiplication de pathologies propres aux personnes âgées. Nous abordons dans ce dossier intitulé "la santé au grand âge"…

En savoir plus

Face à la maladie d'Alzheimer

Nous avons consacré un dossier spécifique à la maladie d’Alzheimer, pour appréhender à sa mesure ce véritable fléau, qui touche en France 800 000 personnes,…

En savoir plus

Face à la maladie de Parkinson

Affection dégénérative du cerveau la plus courante après Alzheimer, la maladie de Parkinson touche plus de 2 % de la population française de plus de…

En savoir plus