Organiser un séjour de répit lorsque l’on est aidant familial ? C’est une décision nécessaire pour préserver son bien-être, éviter l’épuisement (burn-out) et se régénérer physiquement et mentalement pour continuer à assumer efficacement son rôle d’assistance envers son proche âgé. 

Ces séjours sont d’ailleurs conçus par des établissements spécialisés pour personnes âgées pour offrir des vacances organisées aux aidants et à leurs proches dépendants. Mais comment organiser ce type de séjour avec la personne aidée ? Quelles sont les étapes pour partir en toute sérénité, garantir les soins nécessaires à la personne dépendante, et ne rien oublier ?

Choisir la formule de séjour de répit adaptée à votre situation 

Les séjours de répit désignent des vacances pour aidants familiaux, organisées par des organismes spécialisés. Ce concept se décline en deux formules. 

séjour de répit aidant seul

Les vacances aidant-aidé 

Avec la formule aidant-aidé, l’aidant part avec son proche dépendant. Ils partagent le même lieu de vacances, aménagé spécialement pour répondre aux besoins en soins de l’aidé grâce à la présence de professionnels de santé. Des animateurs spécialisés sont également présents pour organiser des activités adaptées à l’aidé. Cette configuration permet à l’aidant de bénéficier de moments de détente et de repos et au binôme, de rester proche, de se rassurer mutuellement tout en passant de bons moments ensemble dans un cadre différent.

Le séjour de répit seul

Dans le cas du séjour de répit seul, le proche aidant part sans son parent. Ce dernier est placé en séjour d’accueil temporaire toute la durée de son absence dans un établissement d’accueil spécialisé tel qu’une maison de retraite, un établissement médicalisé ou un centre de répit spécialisé.

Cette formule offre à l’aidé une prise en charge complète par des professionnels de santé et de l’accompagnement nécessaire pour son bien-être.

L’aidant peut profiter de ses vacances en toute autonomie pour se reposer complètement et se ressourcer, sans la responsabilité quotidienne de l’accompagnement. Essentiel pour prévenir l’épuisement.

Évaluer les besoins du proche pendant le séjour de répit

Que vous optiez pour des vacances aidant-aidé ou pour un séjour de répit seul, il est important de comprendre et de lister les soins et les services nécessaires pour assurer le bien-être et la sécurité de votre proche. Cela passe par : 

  • Rassembler son dossier médical : les ordonnances, les résultats de tests et les plans de traitement actuels. La liste des médicaments, les doses, les horaires et les instructions spécifiques (par exemple, un régime alimentaire spécifique pour diabétique ou sans sel).
  • Confirmer la nécessité des soins médicaux comme la présence d’infirmiers en cas d’injections, de changements de pansements ou la gestion de dispositifs médicaux (par exemple, cathéters ou sondes) ou la surveillance médicale si le proche est diabétique ou fait de l’hypertension.
  • Préciser les prestations en cas d’assistance quotidienne
    • la toilette ou l’incontinence et le soin de la peau, 
    • l’habillage,
    • l’aide au déplacement, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur (par exemple, utilisation d’un fauteuil roulant, d’un déambulateur) ou pour les transferts du lit à la chaise, du lit aux toilettes, etc.
    • l’alimentation.
  • Identifier les activités physique, cognitive et sociale qui stimulent votre proche (lecture, musique, promenade, jardinage) ou s’il suit un programme d’exercices ou de rééducation.

Toutes ces informations seront à communiquer à l’établissement d’accueil afin d’assurer les soins attendus pendant toute la durée du séjour. 

Se renseigner sur les solutions de répit pour aidants 

Les séjours de répit pour l’aidé sont organisés par les établissements pour personnes âgées tels que les EHPAD, les maisons d’accueil spécialisées, ou d’autres types d’établissements de soins temporaires. Quant aux séjours aidants-aidés, ce sont les organismes et associations dédiés aux pertes d’autonomie, comme les Petits Frères des Pauvres, France Alzheimer, la mutuelle sociale agricole (MSA), les caisses de retraite… 

Contactez ceux de votre région pour obtenir des informations sur leurs services, leurs disponibilités, leurs tarifs et leurs modalités de réservation. 

En fonction des besoins évalués précédemment, posez-leur des questions sur la qualité des soins, les activités proposées et la formation du personnel. Si possible, visitez les établissements que vous envisagez pour vous assurer qu’ils répondent aux besoins de la personne dépendante et que l’environnement est adapté.

Financer le séjour de répit 

Une fois que vous avez sélectionné votre séjour et pris connaissance des tarifs, préparez le budget en conséquence. Si votre situation vous y autorise, contactez l’une des aides de l’État prévues pour participer et financer des solutions de répit (déplacements, surcoûts liés au financement d’un séjour de répit ou de vacances adaptées, etc.), parmi elles :

  • Le congé de proche aidant accompagné de l’allocation journalière du proche aidant 
  • L’allocation personnalisée d’autonomie (APA)
  • L’allocation prestation de compensation du handicap (PCH)
  • Un soutien du Centre communal d’action sociale : le CCAS de votre commune, le fonds d’action sociale de votre département, de votre caisse de retraite, de votre mutuelle ou assurance santé
  • Les chèques vacances de l’ANCV 

Planifier et réserver les dates de vacances 

Ce genre de programme est très demandé et n’est organisé qu’une à deux fois par an. Il est donc important d’anticiper plusieurs mois à l’avance. Dès que vous avez connaissance des dates du séjour de répit :

  • Assurez-vous que les établissements sélectionnés ont des disponibilités pendant les dates choisies.
  • Posez vos congés et procédez à la réservation.
  • Vérifier qu’il n’y ait aucun rendez-vous médical important durant la période sélectionnée, ou pensez à décaler le rendez-vous s’il n’est pas urgent. 
préparer le séjour de répit

Préparer psychologiquement la personne dépendante au départ 

Si vous, en tant qu’aidant, êtes décidé et excité à l’idée de souffler quelques jours et de séjourner dans un nouvel environnement, ce genre de transition est plus difficile à vivre pour la personne aidée. Selon le déclin cognitif et son niveau de dépendance, le parent peut ressentir de l’angoisse, la peur de l’inconnu ou un sentiment d’abandon. Il est donc important de prendre le temps d’aborder ce sujet de façon positive en cadrant l’objectif, le déroulement et la durée de ce séjour :

  • Expliquez-lui de façon calme et avec des mots simples et rassurants que vous avez besoin de partir temporairement pour mieux s’occuper d’elle en retour. Rassurez-la sur le fait que vous reviendrez à une date précise.
  • Répondez à ses questions et ses craintes, utilisez un calendrier et les images du séjour pour l’aider à se projeter. Expliquez-lui les routines et les activités quotidiennes prévues pendant le séjour pour donner un aperçu de ce à quoi s’attendre.
  • Informez-la des moyens par lesquels vous resterez en contact, que ce soit par téléphone, vidéo ou visites, si cela est possible.
  • Impliquez-la dans la préparation du séjour en préparant ses affaires et en choisissant avec elle des objets familiers qu’elle pourra emporter avec elle.

Que vous optiez pour le séjour avec ou sans votre parent, gardez un contact régulier avec l’établissement avant et pendant le séjour de répit. À la fin des vacances, assurez-vous que la transition de retour à la maison se déroule en douceur. Évaluez comment s’est passé le séjour auprès du proche et du personnel de l’établissement et quels ajustements prévoir pour les prochaines fois.

Note de l’article (4 votes)

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

Commentaires (0)

Réagissez, posez une question…

Les derniers articles

Articles les plus recherchés

Nos dossiers sur ce thème

Les aides financières

Les personnes âgées, demeurant à domicile ou en maison de retraite, peuvent bénéficier d'aides financières et de subventions diverses. Les pouvoirs publics ont entrepris de…

En savoir plus

Les droits des personnes âgées

Le vieillissement se déroule, de manière générale, dans la sérénité, mais il peut aussi se caractériser par une perte progressive de l'autonomie de la personne…

En savoir plus

L'APA

L’Allocation Personnalisée d’Autonomie est la principale mesure d’aide proposée aux personnes âgées dépendantes. Cette prestation phare de l’action sociale des départements remplace la PSD (Prestation…

En savoir plus

Les structures d'information

Pour s’y retrouver dans les prestations pour personnes âgées (allocation personnalisée d’autonomie versée par le département, aide pour les aidants, aide à domicile par des…

En savoir plus