Au sommaire

    Comparateur en ligne 100% gratuit

    Trouver une maison de retraite

    Partager :

    Cet article a été noté par 12 lecteurs

    Le séjour de répit offre une bouffée d’air frais aux aidants qui consacrent de nombreuses heures à leur proche. Prendre des vacances, seul ou avec la personne aidée, permet de recharger ses batteries pour éviter l’épuisement. Différentes solutions de répit existent aujourd’hui et une aide financière permet d’y accéder plus facilement. Tour d’horizon !

    Qu’est-ce qu’un séjour de répit ?

    Un séjour de répit est une solution de répit pour les proches aidants d’une personne âgée ou en situation de handicap. Accompagner un proche en perte d’autonomie au quotidien est certes gratifiant. Mais ce rôle est également épuisant et stressant. Pour éviter que l’accompagnement devienne un fardeau, il est important de continuer à s’occuper de soi-même.

    Les séjours de répit offrent aux aidants une courte pause au milieu d’un quotidien exigeant sur le plan tant physique qu’émotionnel. Ce sont des vacances adaptées aux besoins du couple aidant-aidé. Le but : répondre aux besoins de la personne âgée et de son accompagnant pour que leur relation reste fondée sur les moments de partage.

    Quels sont les différents types de séjours de répit ?

    Le séjour de répit vise à permettre à l’aidant de se reposer, sans porter atteinte à la prise en charge continue de son proche. Il peut s’articuler de deux façons : 

    • un séjour de répit pour le couple aidant-aidé : différents organismes proposent des formules de vacances adaptées aux personnes âgées ou en situation de handicap, accompagnées de leur aidant ;
    • des vacances répit pour l’aidant seul, avec un hébergement temporaire pour la personne aidée pendant la période d’absence de son proche.

    Comment prendre des vacances avec un proche âgé ou handicapé ?

    Partir avec un proche en perte d’autonomie semble souvent impossible pour la personne qui l’accompagne au quotidien : 

    • Où trouver une résidence adaptée au handicap de mon proche ?
    • Comment profiter de mes vacances si je dois rester à ses côtés toute la journée ?
    • Comment me reposer sans négliger mon parent ? 

    Les séjours de répit viennent offrir des solutions à ces questions légitimes. Plusieurs associations proposent d’accueillir la personne aidée et son aidant ensemble dans un environnement adapté, dans une destination agréable leur permettant de se changer les idées. 

    Des professionnels prennent en charge la personne en perte d’autonomie pour libérer l’aidant plusieurs heures et lui permettre de profiter de ses vacances. L’association propose également des activités à la personne âgée ou handicapée. 

    Par ailleurs, en tant que solutions de répit, ces séjours prévoient des actions à l’intention des aidants. Le but : leur offrir un soutien psychologique et toutes les informations dont ils ont besoin pour mieux s’occuper de leur proche sans s’épuiser. Elles peuvent prévoir :

    • des rencontres avec un psychologue, 
    • des groupes de parole,
    • des ateliers détente,
    • des conseils pour l’accompagnement de la personne aidée ou pour apprendre à se ménager, 
    • des conférences et des sessions d’informations…

    Quelles sont les associations qui proposent des séjours de répit ?

    De nombreuses associations s’adressant aux personnes atteintes d’une maladie neurodégénérative ou d’un trouble entraînant une perte d’autonomie proposent des séjours de répit pour les couples aidants-aidés. 

    On citera notamment : 

    • les séjours vacances de France Alzheimer : des séjours de répit à la mer ou à la montagne, pour les aidants d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou d’un trouble apparenté. Le prix du séjour dépend des ressources. Il existe trois formules de vacances : 
      • le séjour à thème : un séjour de vacances de cinq jours, pour les couples aidants-aidés. Il nécessite une assez bonne condition physique des deux personnes pour pouvoir participer aux activités ;
      • le séjour détente : un séjour de répit de 5 à 11 jours. Le matin, la personne aidée est prise en charge par des bénévoles. L’après-midi et le soir, le couple aidant-aidé profite d’activités et excursions ;
      • le séjour solo : cette formule s’adresse aux aidants dont le proche vient de décéder ou d’entrer en maison de retraite. Ils peuvent se ressourcer et s’adapter à un nouveau quotidien.
    • les Vacances Répit Familles : une association créée notamment par l’AFM-Téléthon et possédant quelques villages de vacances pour les séjours de répit de personnes âgées ou en situation de handicap. 
    • les Petits frères des Pauvres : l’association propose des séjours de vacances pour les personnes âgées seules. Réunis en groupes de 5 à 15 personnes, les seniors sont encadrés par des bénévoles. C’est l’occasion pour l’aidant de prendre du répit quelques jours. Le séjour peut également convenir à un aidant âgé seul, lorsqu’il a une solution de relais pour son proche (hébergement temporaire ou garde à domicile).
    • la Mutualité sociale agricole et son association nationale de villages de vacances (AVMA) : la MSA propose des séjours de répit aux personnes âgées (60 ans et plus) ou en situation de handicap (55 ans et plus) et à leurs aidants. L’AVMA possède cinq villages dans toute la France. 
    • le dispositif Seniors en vacances : ce programme financé par l’Agence nationale des chèques-vacances (Ancv) propose aux personnes âgées aux modestes revenus et à leurs aidants de profiter de vacances à un tarif accessible. 

    Diverses associations locales organisent également des séjours de répit. Il est possible de se renseigner auprès du CLIC ou du CCAS le plus proche pour connaître ces actions.

    Quelles sont les autres solutions de répit pour les aidants ?

    Outre les vacances et sorties avec son proche, d’autres solutions de répit existent pour permettre aux aidants de souffler et de se ressourcer.

    Le proche aidant peut s’offrir un séjour de répit seul ou simplement se reposer chez lui, grâce à différentes solutions de relais : 

    • l’hébergement temporaire : la majorité des maisons de retraite et Ehpad proposent des séjours temporaires pour les personnes âgées résidant habituellement à domicile. Un accueil de quelques semaines permet à l’aidant de savoir son proche pris en charge dans un environnement sécuritaire avec un accompagnement 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. La personne âgée accueillie bénéficiera des mêmes services et activités que les résidents permanents de la maison de retraite : animations, restauration, soins du personnel médical de l’établissement. Le coût du séjour temporaire est calculé au prorata du tarif journalier de la résidence (parfois légèrement majoré)
    • l’accueil de jour : une prise en charge à la journée, une ou plusieurs fois par semaine, est également une excellente solution de répit pour les aidants qui consacrent leur temps à une personne en perte d’autonomie.
    • l’accueil familial : parfois plus difficile à mettre en place sur de courtes périodes, cette formule permet une prise en charge de l’aîné dans un cadre chaleureux.
    • la garde à domicile : les services d’aide à domicile proposent souvent des prestations de garde à domicile ou de garde itinérante de nuit, chez les personnes âgées ayant besoin de surveillance. 

    Toutes ces solutions de répit permettent aux proches de se libérer de quelques heures à quelques semaines.

    Cap Retraite peut vous aider à trouver une place en hébergement temporaire pour votre proche. Laissez les conseillers Cap Retraite faire la recherche pour vous et concentrez-vous sur les moments de complicité que vous partagez avec votre parent ou conjoint ! 

    Comment financer un séjour de répit ? 

    Il existe plusieurs aides et solutions de financement pour faciliter l’accès aux vacances et à un séjour de répit aux aidants et aidés, selon leurs ressources et leur situation.

    L’allocation personnalisée d’autonomie (APA)

    Le plan d’aide de l’APA à domicile peut comporter des solutions de répit pour les aidants, comme l’accueil de jour, l’hébergement temporaire et les séjours de vacances aidants-aidés. 

    En outre, le plafond du plan d’aide de l’APA peut être majoré pour contribuer au financement de solutions de répit, lorsque le proche aidant est « indispensable » (c’est-à-dire lorsqu’il ne peut pas être remplacé par un tiers non professionnel). Cette aide au répit s’élève à maximum 509,76 € par an. Elle est ajoutée au plan d’aide pour financer un séjour de répit ou autre dispositif de ce genre.

    Les chèques vacances 

    L’ANCV (Agence Nationale pour les Chèques-Vacances) offre une aide financière de 50 % sur le tarif des séjours de la MSA à tout senior retraité non imposable. En outre, elle propose une aide aux aidants accompagnant une personne âgée, sans conditions de ressources.

    L’aide de l’ANCV, dans le cadre du programme Seniors en vacances est accordée aux seniors dont le revenu imposable est inférieur à certains montants, en fonction de leur nombre de parts fiscales. Elle est également financée par l’assurance retraite.

    Les caisses de retraite complémentaire

    Les caisses de retraite complémentaire proposent des séjours de répit avec des partenaires, et participent au financement de diverses solutions de répit pour les aidants.

    Par exemple, la caisse de retraite complémentaire Agirc-Arrco prend en charge de 75 à 85 % du coût d’un premier séjour vacances aidants-aidés avec l’association VRF (Vivre le répit en famille), selon les revenus. 

    L’Ircantec propose aussi une aide au répit (pour les frais d’hébergement en accueil temporaire ou séjour de répit, ou encore les frais de garde à domicile). Elle est accordée, sous conditions de ressources, aux allocataires qui ont cotisé à l’Ircantec au moins dix ans. 

    Cet article vous a-t-il été utile ?

    Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

    Yaël A.,Rédactrice chez Cap Retraite

    Commentaires (2)

    Réagissez, posez une question…

    1. Boulanger bahria

      Aider les aidanrs plus que ce qui existe il est difficile de trouver quelqu’un pour remplacer les aidants pour qq heures ou pour des gardes de nuit ponctuelles. Si elles existent auprès de certaines associations telles aradopa etc elles sont très chères car les auxiliaires de vie demandent des tarifs élevés qui ne sont pas accessibles à tout le monde.

      Répondre
      1. Andrea Benisti

        Bonjour,

        Sachez que pour pallier ces tarifs, il existe des aides financières qu’il est possible de débloquer pour financer ces séjours de répit. N’hésitez pas à nous contacter si besoin, nous vous informerons sur les aides s’appliquant à votre situation. L’appel et l’accompagnement avec un conseiller sont gratuits.

        Répondre

    Pratique

    Les outils et parutions de Cap Retraite