Cancer de la peau chez les personnes âgées : prévention et dépistage
Le 16/05/2018 - Santé

Le cancer de la peau touche quelque 80 000 Français chaque année, dont une importante partie de personnes âgées. La semaine de sensibilisation au cancer de la peau est l’occasion de rappeler l’importance de la prévention et du dépistage pour sauver des vies.

Cancer de la peau chez les personnes âgées : prévention et dépistage

Le cancer de la peau touche surtout les personnes âgées

Les cancers de la peau sont l’un des types de cancers les plus fréquents en France, surtout dans leur forme bénigne. Quelque 80 000 nouveaux cas de cancer de la peau sont ainsi détectés chaque année en France.

Il existe en effet plusieurs types de cancers de la peau susceptibles de toucher les personnes âgées :

  • Les kératoses actiniques: stade préliminaire du cancer de la peau (qui ne se développe pas toujours en cancer). Il s’agit de taches superficielles rosâtres pouvant apparaître sur la peau exposée au soleil. Elles se déclarent surtout chez les personnes âgées de plus de 50 ans.
  • Les carcinomes: moins agressifs, ils touchent des cellules superficielles de l’épiderme. Il existe une forme baso-cellulaire, non métastase, quatre fois plus fréquente que la seconde forme, dite épidermoïde, et qui elle est maline (mais moins grave que le mélanome). Ces formes de cancer de la peau touchent surtout les personnes âgées.
  • Les mélanomes: moins fréquents, ils sont néanmoins les plus dangereux. Ils touchent les cellules produisant les pigments cutanés et se trouvent dans une partie profonde de l’épiderme. Pouvant survenir à n’importe quel âge, le mélanome apparaît le plus souvent vers 50 ans.

La forme la plus grave pour les personnes âgées est donc le mélanome, avec 12 000 à 15 000 nouveaux cas diagnostiqués tous les ans dans l’Hexagone. Seulement une personne sur cinq survit plus de cinq ans à un mélanome.

Quelque 1 800 Français décèdent du cancer de la peau tous les ans.

Par ailleurs, le nombre de cas de cancer de la peau ne cesse d’augmenter : en trente ans (1980 à 2012), il a été multiplié par trois, d’après l’Institut national du cancer (Inca). Il représente un lourd fardeau économique pour les systèmes de santé.

Un dépistage précoce pourrait pourtant permettre non seulement de faire des économies significatives, mais surtout de soigner efficacement un plus grand nombre de personnes.

Le dépistage précoce : indispensable pour prévenir la maladie

Le cancer de la peau atteint tout particulièrement les personnes âgées, dont l’épiderme devient plus vulnérable avec le vieillissement. La peau des personnes âgées a plus de difficultés à réparer les dommages et à lutter contre les lésions causées par les rayons UV.

La moitié des personnes âgées de plus de 65 ans auront au moins un cancer de la au cours de leur vie, selon certaines estimations médicales.

D’après le Dr Frédérique Durbec de l’Hôpital Robert Debré, qui a étudié les circonstances de diagnostic des mélanomes dans l’inter-région Nord-Est de France en 2004, la détection précoce du mélanome est plus fréquente chez les sujets jeunes, surtout ceux qui fréquentent plus souvent des dermatologues.

« Un accès facile des patients chez les dermatologues, des campagnes d’informations visant les personnes âgées et une meilleure formation des médecins généralistes sont des approches complémentaires qui permettraient d’améliorer le diagnostic précoce de la maladie », explique le Dr Durbec.

Le traitement du mélanome chez les seniors coûte très cher : la prise en charge d’un patient atteint de ce type de cancer atteint plus de 2 000 euros par mois. Seule la mise en place d’un dépistage précoce du mélanome chez les personnes âgées de 65 ans (population à risque) devrait permettre d’identifier à temps les symptômes du cancer de la peau pour mieux traiter la maladie et réduire le nombre de personnes gravement atteintes.

À l’occasion de la semaine de sensibilisation au cancer de la peau, des dépistages gratuits sont proposés par des dermatologues volontaires, dans le cadre d’une action de « Prévention et de dépistages des cancers de la peau », lancée par le Syndicat national des dermatologues vénéréologues.

La méthode ABDE permet le dépistage d’un éventuel mélanome. Un grain de beauté susceptible de constituer un mélanome à soigner a en général les caractéristiques suivantes :

  • Asymétrique,
  • Bords irréguliers,
  • Couleurs mélangées (rouge, marron, noir),
  • Diamètre supérieur à 6 mm,
  • Évolution vers un aspect rugueux.

Comment prévenir le cancer de la peau chez les personnes âgées ?

L’exposition au soleil est le principal facteur de risque du cancer de la peau chez les personnes âgées, comme chez les plus jeunes.

Même un simple coup de soleil attrapé une fois tous les trois ans triple le risque de souffrir d’un cancer de la peau.

Pour se protéger du cancer de la peau, il est donc important d’éviter de s’exposer au soleil et de mettre de la crème solaire (non périmée…) lorsqu’il est nécessaire d’être au soleil. La protection doit être renouvelée toutes les deux heures.

À noter que même sous un parasol, les UV parviennent à passer. Il est donc recommandé de mettre de la crème solaire, même si vous pensez être à l’ombre.

Pour en savoir plus sur la façon de protéger les personnes âgées du soleil et des grandes chaleurs, consultez notre Fiche Canicule.

L'avis des utilisateurs sur cet article
3.8/5 - 8 votes - Votre vote :

Articles connexes