Il est bien connu que les personnes âgées sont plus susceptibles de subir des chutes que les autres groupes d’âge. En effet, avec le vieillissement, plusieurs facteurs, tels que l’ostéoporose, les troubles de l’équilibre, la réduction de la mobilité ou encore les problèmes de vision, contribuent à un risque accru de chutes. Toutefois, ce que l’on sait moins, c’est que ces chutes peuvent entraîner un ensemble de symptômes et de conséquences, appelé syndrome post-chute, qui peut sérieusement compromettre la qualité de vie et la santé des personnes âgées. 

Nous examinerons en détail les signes du syndrome post-chute à connaître et à surveiller chez une personne âgée, ainsi que les causes, les conséquences et les moyens de prévention de ce syndrome.

Les signes du syndrome post-chute à surveiller chez une personne âgée

Pour bien comprendre ce qu’est le syndrome post-chute et pourquoi il est important de le surveiller, il est essentiel de connaître les signes et symptômes qui peuvent se manifester chez une personne âgée après une chute.

  • La peur de tomber à nouveau : Un des premiers signes du syndrome post-chute est la peur persistante de tomber à nouveau. Cette peur peut être si intense qu’elle incite la personne âgée à éviter certaines activités, ce qui, à son tour, entraîne une réduction de la mobilité et de l’autonomie.

  • L’isolement social : La peur de tomber peut conduire à un isolement social, car la personne âgée évite les interactions et les sorties, de peur de subir une nouvelle chute en présence d’autres personnes.

  • La dépression : L’isolement social et la réduction de l’autonomie peuvent entraîner une dépression chez la personne âgée. Cette dépression peut se manifester par une tristesse persistante, un manque d’énergie, un désintérêt pour les activités qu’elle appréciait auparavant, ou encore des troubles du sommeil.

  • Les troubles du sommeil : Les troubles du sommeil, tels que l’insomnie, peuvent être liés à la peur de tomber, à l’anxiété et à la dépression engendrées par le syndrome post-chute.

  • Les douleurs et les troubles musculosquelettiques : Les douleurs et les troubles musculosquelettiques peuvent être causés par la chute elle-même, mais aussi par l’inactivité et la réduction de la mobilité liées au syndrome post-chute.
femme senior présentant des troubles du sommeil

Les causes du syndrome post-chute chez les personnes âgées

Le syndrome post-chute trouve sa source dans un ensemble de facteurs intriqués, qui peuvent varier d’une personne à l’autre. Voici quelques-unes des principales causes de ce syndrome :

  • Les facteurs physiques : Les chutes peuvent entraîner des blessures physiques, telles que des fractures, des entorses, des contusions ou des lacérations. Ces blessures peuvent provoquer des douleurs et des troubles de la mobilité, qui favorisent l’apparition du syndrome post-chute.

  • Les facteurs psychologiques : La peur de tomber à nouveau, souvent exacerbée par l’expérience traumatisante de la chute, est un facteur psychologique majeur du syndrome post-chute. Cette peur peut entraîner un cercle vicieux, où la personne âgée évite certaines activités, ce qui réduit sa mobilité et augmente son risque de chute.

  • Les facteurs sociaux : L’isolement social, lié à la peur de tomber en présence d’autres personnes, contribue au syndrome post-chute. Cet isolement peut aggraver la dépression et réduire la motivation à maintenir une bonne santé et une mobilité optimale.

  • Les facteurs médicaux : Certaines conditions médicales, telles que l’ostéoporose, les troubles de l’équilibre, les problèmes de vision ou les effets secondaires de médicaments, peuvent augmenter le risque de chute et favoriser l’apparition du syndrome post-chute.

Les conséquences du syndrome post-chute sur la santé des personnes âgées

Le syndrome post-chute peut avoir des conséquences néfastes sur la santé des personnes âgées. Voici quelques-unes des principales conséquences de ce syndrome :

  • La diminution de la mobilité : La peur de tomber peut inciter la personne âgée à éviter certaines activités, ce qui entraîne une réduction de la mobilité et de l’autonomie. Cette diminution de la mobilité peut, à son tour, augmenter le risque de chute et favoriser l’apparition de troubles musculosquelettiques.

  • La dépression : L’isolement social, la réduction de l’autonomie et la peur de tomber peuvent engendrer une dépression chez la personne âgée. La dépression peut avoir un impact négatif sur la santé globale et la qualité de vie de la personne âgée.

  • Les troubles du sommeil : Les troubles du sommeil, tels que l’insomnie, peuvent être liés à la peur de tomber, à l’anxiété et à la dépression engendrées par le syndrome post-chute. Les troubles du sommeil peuvent avoir un impact négatif sur la santé globale et la qualité de vie de la personne âgée.

  • Les douleurs et les troubles musculosquelettiques : Les douleurs et les troubles musculosquelettiques peuvent être causés par la chute elle-même, mais aussi par l’inactivité et la réduction de la mobilité liées au syndrome post-chute. Ces problèmes peuvent engendrer des difficultés à accomplir les activités quotidiennes et diminuer la qualité de vie de la personne âgée.

  • La réduction de l’espérance de vie : Les conséquences du syndrome post-chute, telles que la dépression, les troubles du sommeil, les douleurs et les troubles musculosquelettiques, peuvent avoir un impact sur la santé globale de la personne âgée et réduire son espérance de vie.

Les moyens de prévention et de prise en charge du syndrome post-chute chez les personnes âgées

Afin de prévenir et de prendre en charge le syndrome post-chute, il est essentiel de mettre en place des stratégies adaptées et efficaces. Voici quelques actions à entreprendre pour aider les personnes âgées à surmonter ce syndrome :

  • Évaluation médicale : Une évaluation médicale complète peut aider à identifier les facteurs de risque de chute et à mettre en place des mesures de prévention appropriées. L’évaluation peut inclure l’examen de la vue, de l’équilibre, de la force musculaire, ainsi que la revue des médicaments pris par la personne âgée.

  • Renforcement de l’environnement : Adapter l’environnement de la personne âgée peut réduire les risques de chute. Cela peut inclure l’installation de barres d’appui, l’élimination des obstacles, l’amélioration de l’éclairage et l’utilisation de dispositifs d’aide à la mobilité.

  • Activité physique : Encourager la pratique d’une activité physique régulière et adaptée peut améliorer la force musculaire, l’équilibre et la coordination, réduisant ainsi les risques de chute et les conséquences du syndrome post-chute.

  • Soutien psychologique : Un soutien psychologique, tel que des séances de psychothérapie, peut aider la personne âgée à surmonter la peur de tomber et à retrouver confiance en ses capacités. Des techniques de relaxation et de gestion du stress peuvent être bénéfiques.

  • Soutien social : Encourager la participation à des activités sociales et favoriser les interactions avec les proches peut aider à briser l’isolement et à améliorer la qualité de vie de la personne âgée.

  • Éducation : Informer la personne âgée et son entourage sur les risques de chute, les signes du syndrome post-chute et les moyens de prévention peut contribuer à une meilleure prise en charge de ce syndrome.
senior avec son médecin traitant pour prévenir les chutes

Le syndrome post-chute est un phénomène complexe qui peut avoir des conséquences néfastes sur la santé et la qualité de vie des personnes âgées. Il est donc primordial de connaître les signes à surveiller, de comprendre les causes et les conséquences de ce syndrome et de mettre en place des stratégies de prévention et de prise en charge adaptées. Ainsi, nous pourrons contribuer à améliorer la santé et le bien-être des personnes âgées, en leur permettant de maintenir leur autonomie, leur mobilité et leur joie de vivre.

Note de l’article (23 votes)

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

Commentaires (4)

Réagissez, posez une question…

  1. Danielle P

    Comment trouver pour se soigner je baisse les bras de jour en jour refusée par un kinésithérapeute faute de place.

    Répondre
    1. Amandine

      Bonjour

      Je vous remercie pour votre commentaire.
      Il est préférable de contacter votre médecin généraliste pour explorer d’autres options de soins et obtenir une recommandation prioritaire pour un kinésithérapeute.
      Bonne journée.
      Amandine

      Répondre
  2. Laurent Dahan

    Top

    Répondre
  3. RICHARD DAHAN

    Merci

    Répondre

Les derniers articles

Articles les plus recherchés

Nos dossiers sur ce thème

La santé du Grand-âge

L'accroissement de la longévité s'accompagne de la multiplication de pathologies propres aux personnes âgées. Nous abordons dans ce dossier intitulé "la santé au grand âge"…

En savoir plus

Face à la maladie d'Alzheimer

Nous avons consacré un dossier spécifique à la maladie d’Alzheimer, pour appréhender à sa mesure ce véritable fléau, qui touche en France 800 000 personnes,…

En savoir plus

Face à la maladie de Parkinson

Affection dégénérative du cerveau la plus courante après Alzheimer, la maladie de Parkinson touche plus de 2 % de la population française de plus de…

En savoir plus