La conduite est un exercice complexe qui demande de bonnes capacités physiques et cognitives. Un exercice qui peut devenir complexe avec l’âge. Mais la conduite des personnes âgées est-elle vraiment dangereuse ? Comment conduire le plus longtemps possible en toute sécurité ? Cap Retraite vous dévoile tout sur la conduite après 60 ans.

Seniors et permis de conduire : ne pas stigmatiser la conduite des seniors !

La conduite des personnes âgées a été souvent l’objet de débat :

  • Les seniors doivent-ils passer un test d’aptitude après un certain âge ?
  • Doit-on appliquer un macaron « S » au même titre que le macaron « A » pour les personnes âgées ?

Un sujet épineux sur lequel les avis divergent.

Dans les faits, les seniors ne sont pas plus dangereux que les autres usagers, ils auraient même moins d’accidents que le reste de la population. Cependant, lorsqu’ils sont victimes d’un accident, le taux de mortalité est plus élevé, étant donné que les personnes âgées sont plus fragiles.

Seniors et permis de conduire : quels dangers pour les conducteurs seniors ?

La plupart des accidents impliquant des seniors se déroulent à des intersections. Quelques secondes d’inattention entraînent parfois un refus de priorité, ou le temps de réaction n’est pas assez rapide pour éviter un automobiliste en faute. Ces accidents aux intersections sont aussi causés par une évolution constante de la réglementation et des aménagements des routes : le croisement à l’indonésienne, les giratoires, autant d’éléments qui ne faisaient pas partie du permis pour les conducteurs de plus de 80 ans.

Aussi, le vieillissement peut créer de nouveaux facteurs de danger :

  • des raideurs articulaires ou une perte de force peuvent rendre le contrôle du véhicule plus difficile ;
  • des troubles de la vue et de l’audition peuvent provoquer une gêne importante pour la conduite ;
  • une baisse des capacités cognitives peut entraîner un temps de réaction plus long ;
  • le temps de réaction peut être amplifié par la prise de traitements médicaux.

Pour assurer votre sécurité, il est donc important d’effectuer des contrôles médicaux réguliers et d’être à l’écoute de votre corps. La question de la conduite est un sujet sensible chez de nombreux seniors, car l’arrêt de la conduite serait une perte d’autonomie importante pour nombre d’entre eux. Cependant, il ne faut pas s’acharner si vous ne vous sentez plus à l’aise derrière le volant. De même, soyez à l’écoute de vos proches : même si des critiques sur votre conduite ne sont pas agréables à entendre, elles peuvent vous apporter de précieux conseils ou mettre le doigt sur des défauts de conduite que vous n’aviez même pas remarqués !

Comment se protéger lorsqu’on est conducteur senior ?

Si vous éprouvez des difficultés au volant, il ne faut pas forcément tout laisser tomber. Tout d’abord, si vous ressentez une gêne physique, n’hésitez pas à aborder le sujet avec votre médecin qui pourra vous aider à définir si vous êtes apte à conduire. Si tel est le cas, de nombreuses formations de « mise à niveau post-permis » sont délivrées par les auto-écoles, ou par des associations telles que la prévention routière. Ces formations théoriques et/ou pratiques mettent l’accent sur les évolutions de la réglementation, des infrastructures techniques et des techniques de conduite. Un bon moyen pour vous sentir à l’aise au volant et être sûr de votre conduite ! Vous pouvez également adapter la voiture à vos besoins : si vous éprouvez des difficultés à conduire, pourquoi ne pas investir dans un modèle à boîte automatique ?

Enfin, en solution de dernier recours, si l’un de vos proches représente un réel danger pour lui et pour les autres usagers, mais qu’il ne veut pas l’entendre, il est possible d’effectuer une procédure auprès de la préfecture pour lui faire retirer le permis. Une mesure rare, car dure pour la personne en incapacité de conduire, mais, elle est parfois nécessaire avec des patients atteints de maladie dégénérative, notamment avec certains malades d’Alzheimer. Avant d’utiliser cet ultime recours, n’hésitez pas à ouvrir le dialogue avec le principal intéressé, à lui proposer vos services de chauffeur, ou à aborder la question avec un médecin pour définir de manière objective la capacité ou l’incapacité de la personne.

Pour conduire en toute sécurité après 60 ans, il est indispensable d’écouter son corps, mais aussi ses proches. En cas de doutes en prenant le volant, consultez votre médecin traitant !

Merci à Denise la blogueuse, qui nous a fait part de sa satisfaction du Service Cap Retraite dans un très aimable remerciement !

Note de l’article (8 votes)

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

Gaelle,

1 Commentaire

Réagissez, posez une question…

Annuler

  1. Khalfi mahy

    Jai 63 ans j’ai tout jour conduit avec mon permis internationale algerien de puis 40 ans et je veux passer mon permis voiture français merci

    Répondre

Les derniers articles

Articles les plus recherchés

Nos dossiers sur ce thème

La santé du Grand-âge

L'accroissement de la longévité s'accompagne de la multiplication de pathologies propres aux personnes âgées. Nous abordons dans ce dossier intitulé "la santé au grand âge"…

En savoir plus

Face à la maladie d'Alzheimer

Nous avons consacré un dossier spécifique à la maladie d’Alzheimer, pour appréhender à sa mesure ce véritable fléau, qui touche en France 800 000 personnes,…

En savoir plus

Face à la maladie de Parkinson

Affection dégénérative du cerveau la plus courante après Alzheimer, la maladie de Parkinson touche plus de 2 % de la population française de plus de…

En savoir plus