Monte-escalier, un équipement clé du maintien à domicile

Le monte-escalier est l’un des équipements essentiels au maintien à domicile. Si vous avez des problèmes de mobilité ou d’équilibre, aménager votre logement vous permettra de continuer à profiter de toutes les pièces, même à l’étage. Ce guide pour le choix d’un monte-escalier vous aidera à mieux connaître les options existantes et les aides financières pour l’installation de ce matériel.

Monte-escalier, un équipement clé du maintien à domicile

Qu’est-ce qu’un monte-escalier et comment ça marche ?

Le monte-escalier est un équipement permettant aux personnes âgées ou handicapées de se déplacer plus aisément dans leur maison, malgré des difficultés de mobilité et d’équilibre. Il permet de monter et descendre des marches à l’extérieur, comme à l’intérieur. Son installation est importante pour un maintien à domicile en toute sécurité.

Le monte-escalier est composé de trois éléments principaux :

  • les rails, fixés aux marches ;
  • le siège muni d’un engrenage motorisé ou de roues et se déplaçant le long des rails ;
  • le bloc moteur, fournissant l’énergie pour déplacer le siège.

Au-delà de ces trois composantes de base, la configuration et l’installation du monte-escalier varient en fonction de vos besoins et de l’escalier sur lequel il sera monté. Différents accessoires permettent de contrôler l’équipement et de l’adapter à vos habitudes et préférences.

Quels sont les différents types de monte-escaliers pour les seniors ?

La principale distinction entre les monte-escalier pour les personnes âgées ou à mobilité réduite réside dans le type d’escaliers :

  • le monte-escalier droit : pour les escaliers sans virage. Il s’agit d’un appareil standard dont vous pouvez bien sûr adapter les différents éléments, mais dont la différence sera surtout la longueur des rails ;
  • le monte-escalier courbe : lorsque votre escalier fait une courbe, les rails droits standards ne sont plus adaptés et le monte-escalier devra être fabriqué sur mesure en fonction de votre cage d’escalier.

Comment choisir les différents éléments du monte-escalier ?

Les différents éléments et accessoires du monte-escalier sont adaptables en fonction de vos besoins, de la place dans votre cage d’escalier et de vos préférences esthétiques.

Les rails

Les rails font partie intégrante du monte-escalier. Leur taille et leur forme affecteront le coût global et la facilité d’utilisation. Différents types de rails sont disponibles pour répondre aux caractéristiques spécifiques de votre domicile et à votre niveau de mobilité.

Vous avez également le choix entre les modèles monorail et birail, aussi stables et solides, mais causant un encombrement plus ou moins important dans la cage d’escalier.

Les modèles birails sont plus adaptés lorsque les courbes de l’escalier sont particulièrement serrées, car le diamètre est plus petit et le système est donc plus proche du mur. Le monte-escalier birail prend donc moins de place dans la cage d’escalier, sauf en bas des marches, car les deux rails se posent l’un derrière l’autre. Tout dépendra donc de la configuration de votre logement.

Pour l’extérieur, veillez à choisir un matériau résistant aux intempéries.

Le siège ou fauteuil du monte-escalier

Le choix du siège du monte-escalier est l’une des considérations les plus importantes pour une personne âgée. C’est finalement l’élément avec lequel en tant qu’utilisateur, vous aurez le plus d’interactions ! Le siège peut être personnalisé pour pivoter, se baisser, inclure des accoudoirs et des repose-pieds de différentes formes, etc. C’est généralement le fauteuil qui est motorisé, plutôt que les rails, et qui déplace le passager de haut en bas des escaliers.

Il est important que le siège soit adapté à la morphologie et aux besoins de l’utilisateur.

Le système de pivotement du siège peut être manuel ou électrique. Il est essentiel pour vous permettre de descendre des repose-pieds et d’arriver directement sur le sol de l’étage, après l’arrêt du monte-escalier. Le pivotement est obligatoire pour éviter les mouvements de torsion lors de l’accès au monte-escalier.

Un siège se repliant après usage est utile pour réduire l’encombrement dans la cage d’escalier et laisser plus de place pour les autres résidents du domicile. En outre, certains sièges sont motorisés pour vous aider à vous relever une fois le déplacement terminé.

En général le siège du monte-escalier peut supporter un poids maximal d’environ 115 à 160 kg.

Matériel de contrôle et dispositifs de sécurité

Les dispositifs de sécurité sont essentiels pour prévenir les chutes des personnes âgées et d’éventuelles blessures.

Les normes de sécurité élémentaires exigent la présence des éléments suivants :

  • ceinture de sécurité : facile à utiliser, adaptée aux personnes souffrant d’arthrose et à mobilité réduite. Le but : maintenir l’utilisateur sur le siège, sans risque de chute ou de mouvements dangereux ;
  • détecteur d’obstacles : des capteurs électroniques vont permettre de détecter des objets obstruant le passage du monte-escalier et d’entraîner l’arrêt du monte-escalier. Certains capteurs identifient également une tentative de l’utilisateur de se lever alors que l’appareil est en marche ;
  • système d’arrêt d’urgence : ce dispositif arrête le monte-escalier en cas d’obstacle ou de problème technique modifiant la vitesse du monte-escalier ;
  • interrupteur de verrouillage : il permet d’éviter qu’un enfant ou tout autre utilisateur non autorisé se serve du monte-escalier ;
  • télécommandes : le monte-escalier doit avoir deux télécommandes, une en haut et une en bas des escaliers pour pouvoir faire venir l’appareil lorsqu’il se trouve à l’autre étage ;
  • commandes du monte-escalier : les dispositifs de commande doivent se trouver sur les accoudoirs pour que l’utilisateur puisse facilement contrôler le siège. D’autres boutons de contrôle peuvent être utiles, notamment pour plier le fauteuil ;
  • repose-pieds escamotable : pour éviter que les autres personnes empruntant l’escalier ne trébuchent dedans.

Le monte-escalier est généralement alimenté par une batterie située dans le siège, laquelle se recharge à la station d’accueil en fin de course. Le branchement de ce dispositif au système électrique de la maison doit être fait par un professionnel lors de l’installation du monte-escalier. La batterie permet au monte-escalier de terminer le trajet, même en cas de panne de courant. Les batteries des appareils électriques n’ont jamais une durée de vie illimitée, par conséquent, faites attention de vérifier quand elles doivent être changées.

Combien coûte un monte-escalier ?

Le prix d’un monte-escalier peut largement varier, souvent entre 3 000 et 10 000 €. En général, le monte-escalier droit est moins cher (entre 3 000 et 6 000 €) que celui du monte-escalier courbe (7 500 € à 8 000 €).

Il est également possible de louer un monte-escalier, par exemple si le problème de mobilité est temporaire (retour à domicile après une fracture, etc.)

Quelles sont les aides pour financer un monte-escalier ?

L’achat et la pose d’un monte-escalier chez une personne âgée ouvrent droit à certains avantages fiscaux et à des aides, si l’équipement et l’utilisateur respectent certaines conditions.

La TVA réduite

La TVA qui s’applique aux monte-escaliers est la TVA réduite de 5,5 % (et non 20 % comme pour les meubles par exemple).

Pour bénéficier de ce taux de TVA réduit, il y a certaines conditions :

  • la vente et l’installation du monte-escalier doivent être effectués par le même professionnel,
  • il doit s’agir de travaux d’aménagement ou d’amélioration d’un logement terminé depuis plus de deux ans,
  • l’appareil ne doit pas peser plus de 200 kg et doit répondre aux normes de sécurité (arrêt d’urgence, vitesse maximale de déplacement de 0,15 m/s, etc.).

Le crédit d’impôt

Les travaux et aménagements favorisant l’autonomie des personnes âgées ou handicapées donnent droit à un crédit d’impôt de 25 % de la dépense totale (TTC) pour l’achat et la pose du monte-escalier.

Le crédit d’impôt est plafonné à 5 000 € pour une personne seule ou 10 000 € pour un couple (plus 400 € par personne à charge). Si vous n’êtes pas imposable, le Trésor public vous remboursera la somme équivalente sous forme de chèque.

Les conditions :

  • le monte-escalier doit être installé dans votre résidence principale,
  • vous êtes propriétaire ou locataire du logement,
  • la vente et l’installation sont réalisés par la même entreprise.

L’APA

Les dépenses liées à l’achat et à l’installation d’un monte-escalier peuvent s’inscrire dans le plan d’aide de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) préconisé par l’équipe médico-sociale du Conseil départemental. Si la dépense est très importante, elle peut donner droit au versement cumulé de jusqu’à quatre mensualités de l’allocation.

Les aides au financement de l’aménagement du logement

Il existe différentes aides financières pour l’adaptation du logement au vieillissement et à la perte d’autonomie. Des organismes comme PACT-ARIM ou SOLIHA peuvent vous aider dans vos demandes d’aide, notamment auprès de l’ANAH (Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat).

Les demandes sont généralement à faire avant l’achat et l’installation.

L'avis des utilisateurs sur cet article
4.3/5 - 6 votes - Votre vote :

Articles connexes