Avec l’âge, notre corps s’affaiblit : la densité des os diminue et nos articulations s’usent. À l’occasion de la Journée mondiale de l’ostéoporose, Cap Retraite vous rappelle quelques-uns des gestes à adopter pour prévenir les risques de l’ostéoporose et éviter les fractures et la perte d’autonomie associées à cette maladie encore insuffisamment connue.

Quels sont les risques de l’ostéoporose pour les seniors ?

Une ossature en bonne santé est importante pour l’équilibre : lorsque le squelette se fragilise, le risque de chutes et de fractures augmente.

Malheureusement, avec l’âge les os se fragilisent et l’ostéoporose touche quelque trois millions de femmes françaises. Les femmes sont en effet deux à trois fois plus touchées par l’ostéoporose que les hommes. Toutefois, ces derniers ne sont pas épargnés non plus : à partir de 50 ans, une femme sur trois souffre d’ostéoporose et un homme sur cinq.

La prévalence de l’ostéoporose augmente avec l’âge : 40 % des femmes de 65 ans et plus sont atteintes d’ostéoporose, contre 70 % à partir de 80 ans !

L’ostéoporose entraîne près de 400 000  factures par an, d’après l’INSERM :

  • 74 000 fractures de la hanche (fractures du col du fémur) – avec le risque de perte d’autonomie qui en résulte,
  • 56 000 fractures des vertèbres,
  • 56 000 fractures du poignet,
  • 191 000 autres fractures.

Les fractures liées à l’ostéoporose ne sont pas une fatalité. Il existe des signes avant-coureurs et des mesures préventives pour limiter les facteurs de risque de ces fractures aux effets délétères sur le bien-être et l’autonomie des seniors.

Comment prévenir les fractures associées à l’ostéoporose ?

Si la fragilisation du squelette est un effet du vieillissement, il existe des facteurs de risque à connaître pour mieux se protéger de l’ostéoporose et des fractures dues à la perte osseuse. Vous serez ainsi en mesure de faire le maximum pour vous protéger de l’ostéoporose.

1. Faites une ostéodensitométrie

L’ostéodensitométrie est un examen médical qui permet d’estimer la densité de l’os. Elle est recommandée lorsqu’une personne dans la seconde moitié de sa vie a déjà subi une fracture ou observé une perte de taille. Cet examen indolore permet de mesurer le risque d’ostéoporose et de fractures.

D’autres outils existent pour mieux prédire le risque de fractures liées à l’ostéoporose (notamment le modèle FRAX®) pour les personnes de 40 ans et plus. Ils permettent de savoir si le patient doit recevoir un traitement préventif de l’ostéoporose : certains médicaments limitent la perte osseuse en freinant l’activité des cellules responsables de la dégradation des os.

2. Mangez sain et exercez une activité physique

Toujours le même conseil sacro-saint pour se maintenir en bonne santé ! Les personnes âgées maigres ou de constitution plus fragile sont davantage à risque de souffrir d’ostéoporose. De même, si vous avez souffert de troubles de l’alimentation dans votre jeunesse, parlez-en avec votre médecin pour savoir si vos apports en calcium n’ont pas été affectés.

Adopter un régime alimentaire riche en produits laitiers et autres aliments riches en calcium, ainsi qu’une activité physique régulière est important pour prévenir l’ostéoporose.

Consultez un médecin pour savoir si vous devez prendre des compléments alimentaires de calcium, magnésium et vitamine D.

3. Faites un test de calcium et de vitamine D

Si vous prenez un médicament à base de prednisone ou autres corticostéroïdes pour traiter une maladie auto-immune, vos os peuvent être fragilisés et votre risque d’ostéoporose est accru.

Il est alors recommandé de faire une analyse pour vérifier vos taux de calcium et de vitamine D, deux nutriments essentiels pour renforcer les os.

4. Cessez de fumer

Tout le monde sait que le tabagisme est mauvais pour la santé, mais peu d’entre nous connaissent ses effets délétères sur les os. Lorsque vous fumez, vous augmentez vos risques de perte osseuse. Aussi, il est important de faire le maximum pour cesser de fumer, à 30 ans comme à 70 ans…

5. Cessez de boire

L’alcool est également un facteur de risque de l’ostéoporose. Il élimine le calcium, le magnésium et d’autres minéraux, affaiblissant vos os.

Les femmes y sont plus vulnérables, mais la règle est la même pour tout le monde : consommez de l’alcool avec modération : pas plus d’un ou deux verres par jour, maximum.

6. Consultez un docteur si un de vos proches a souffert d’ostéoporose avant 50 ans

L’ostéoporose chez un proche est un facteur de risque. Envisagez alors une ostéodensitométrie pour savoir si vous devez prendre un traitement préventif.

Connaître les facteurs de risque de l’ostéoporose ne permet pas toujours d’éviter entièrement la maladie, mais un traitement préventif mis en place à temps peut aider à en retarder la survenue. De même, savoir qu’on a un risque accru d’être atteint d’ostéoporose permet de faire plus attention aux situations susceptibles de provoquer des factures. N’hésitez pas à en parler avec votre médecin traitant.

Note de l’article (19 votes)

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

Yaël A.,Rédactrice chez Cap Retraite

Commentaires (3)

Réagissez, posez une question…

  1. El alaoui Mohamed

    Ma mere est au stade 3 et vient d avoir une double fracture.quels sont les facteurs a eviter pour qu elle ne retombe pas dans le meme probleme de surcroit beaucoup de douleur.elle a 81 ans

    Répondre
  2. PERRUSSON SIMONE

    Avec les risques engendrés par l’ostéoporose (fractures), je ne comprends pas que l’ostéodensitométrie ne soit pas remboursée par la SS. C’est stupide non ?

    Répondre
  3. touton brigitte

    Que fait on quand on ne supporte pas du tout les cachets censés freiner une ostéoporose déclarée?

    Répondre

Les derniers articles

Articles les plus recherchés

Nos dossiers sur ce thème

La santé du Grand-âge

L'accroissement de la longévité s'accompagne de la multiplication de pathologies propres aux personnes âgées. Nous abordons dans ce dossier intitulé "la santé au grand âge"…

En savoir plus

Face à la maladie d'Alzheimer

Nous avons consacré un dossier spécifique à la maladie d’Alzheimer, pour appréhender à sa mesure ce véritable fléau, qui touche en France 800 000 personnes,…

En savoir plus

Face à la maladie de Parkinson

Affection dégénérative du cerveau la plus courante après Alzheimer, la maladie de Parkinson touche plus de 2 % de la population française de plus de…

En savoir plus