Chaque année, l’accident vasculaire cérébral (AVC) touche 140 000 français. Bien que cet accident neurologique puisse survenir spontanément, 7 signes d’AVC avant-coureurs peuvent se manifester jusqu’à 1 mois précédant l’événement. Ces alertes doivent être reconnues pour contacter le SAMU (le 15 ou le 112) le plus rapidement possible. 

Car, même si les symptômes apparaissent et disparaissent pendant quelques jours, ils restent annonciateurs d’un AVC pouvant survenir dans les 24 h. Voici ce qu’il faut faire en cas d’AVC si vous êtes seul.

Pour rappel, seule la prise en charge immédiate d’un AVC limite les risques de séquelles pour les patients, tels que des troubles de la mémoire ou de l’élocution et une paralysie. Voici comment possiblement reconnaître un signe d’AVC 1 mois avant sont apparition.

L’accident vasculaire cérébral : une maladie silencieuse

3 types d’AVC 

L’AVC est l’occlusion d’une artère. En se bouchant et saignant, l’artère ou le vaisseau prive le cerveau d’oxygène, entraînant rapidement des signes neurologiques qui vont toucher une partie de la commande cérébrale. On parle alors d’un : 

  • Accident vasculaire ischémique, dit infarctus cérébral si l’artère qui irrigue le cerveau se bouche à cause :

– D’une plaque riche en cholestérol, appelée thrombose cérébrale. 

– D’un caillot de sang qui obstrue, appelé embolie cérébrale. 

Ce type d’AVC représente 85 % des cas.

  • Accident vasculaire hémorragique, causé par un saignement à l’intérieur du cerveau, représente 15 % des cas. Cette rupture d’anévrisme peut se déclencher par des tumeurs, crises d’hypertension et divers troubles de la coagulation.
  • Accident ischémique transitoire (AIT) : si l’élément qui bouche l’artère se résorbe de lui-même, sans laisser de séquelles. 
Schéma d'un AVC hémorragique difficile à prédire 1 mois avant

Une pathologie à risque

L’AVC concerne toutes les personnes, homme et femme et, contrairement à ce que l’on peut croire, l’accident vasculaire cérébral est une pathologie qui se soigne si elle est prise à temps. En effet, les chances de survie et de récupération fonctionnelle dépendent de la rapidité de prise en charge. C’est-à-dire dans les 3 heures suivant les premiers troubles. 

Une fois pris en charge par le SAMU, vous êtes confié à une équipe de neurologues pour réaliser une IRM, afin de contrôler l’artère à déboucher. Enfin, vous êtes suivi par un médecin qui vous prescrit un traitement.

L’état d’urgence est tel qu’il est nécessaire de sensibiliser le plus grand nombre aux premières alertes, car c’est souvent l’entourage qui contacte les secours. 

7 signes AVC 1 mois avant à surveiller

1 AVC sur 4 commence par un AVC ischémique transitoire, c’est-à-dire un des signaux avant-coureurs qui aurait pu donner l’alerte 1 mois avant l’accident.

Si ces symptômes sont perceptibles, ils durent parfois quelques secondes pour passer inaperçus, être banalisés et négligés.

1- Un engourdissement du visage ou des membres

Si vous ressentez une faiblesse, un engourdissement ou une paralysie soudaine d’un côté du visage, d’un bras ou d’une jambe, cela peut être un des facteurs d’un AVC imminent. En général, cet affaissement ne concerne qu’un côté du corps parce que l’AVC touche un seul hémisphère du cerveau. 

La personne touchée peut également éprouver les mêmes sensations que lors d’une anesthésie locale : 

  • Des difficultés à maintenir une posture droite et à marcher normalement.
  • Une déformation de la bouche.
  • Une perte de force et d’engourdissement du visage qui engendre une paralysie faciale. 
  • Un engourdissement du membre supérieur qui empêche de lever le bras et de saisir des objets, car ils tombent des mains.
  • Une difficulté voire une impossibilité à sourire.

2- Des troubles de l’élocution

Les troubles de la parole sont aussi un signe d’AVC qui se manifeste par des difficultés à trouver ses mots, parler clairement ou comprendre ce que disent les autres (le sens des mots ou suivre une conversation).

3- Des pertes d’équilibre et de coordination

Si vous ressentez une soudaine perte d’équilibre, une instabilité, une difficulté à marcher ou à coordonner vos mouvements, cela peut être un signe d’AVC. La personne peut également avoir : 

  • des étourdissements,
  • une sensation de vertige,
  • une sensation de « tête qui tourne », 
  • des évanouissements, 
  • des pertes de connaissance. 

Si ces signaux silencieux semblent anodins, ils soulignent un problème de santé notable pouvant traduire un AVC. 

4- Des troubles de la vision 

Signe AVC un mois avant : apparition d'un problème de vision

Lorsqu’on a une soudaine perte de vision d’un œil ou des deux yeux, une vision floue ou une vision double… On a tendance à secouer un peu la tête ou se frotter les yeux pour faire passer la gêne oculaire en quelques secondes. Pourtant, ce trouble peut annoncer un AVC. La personne peut également avoir des difficultés à percevoir les couleurs, à distinguer les formes ou se sentir éblouie.

5- Un mal de tête intense

Si vous ressentez un mal de tête soudain et intense, différent de vos maux de tête habituels, soyez vigilant ! Le mal de tête peut s’accompagner d’autres symptômes tels que des nausées, des vomissements ou une sensibilité à la lumière. Ne sous-estimez pas leur lien avec l’AVC.

6- Un essoufflement inexpliqué

Un soudain essoufflement sans raison apparente peut également être un signe d’AVC. La personne touchée peut avoir du mal à respirer, ressentir une oppression thoracique ou une douleur dans la poitrine.

7- Un pouls irrégulier

Prise du pouls pour controler les signes d'avc 1 mois avant

Un des facteurs de risque d’AVC est la fibrillation auriculaire, dit l’arythmie cardiaque. Pour la contrôler, prenez votre pouls en plaçant l’index et le majeur à la base du pouce du poignet opposé. Vous allez sentir la pulsation de l’artère. Il doit être régulier (80 par minute) en cas d’irrégularité, des cailloux peuvent se former et engendrer un AVC.

Découvrez comment reconnaître l’insuffisance cardiaque

AVC : les bons réflexes en attendant les secours 

En attendant l’arrivée du SAMU, vous pouvez anticiper certaines précautions : 

  • Allonger le corps de la personne et placer un oreiller sous la tête ;
  • Ne rien donner à boire ni à manger ;
  • Ne pas lui donner de médicaments ni son traitement habituel ;
  • Préparer son dossier médical avec ses dernières analyses de sang et ordonnances 
  • Noter l’heure à laquelle les premiers symptômes sont apparus.

Comment prévenir les risques d’AVC ?

L’AVC est une maladie cardiovasculaire qui peut être évitée en adoptant quelques recommandations et une bonne hygiène de vie :  

  • Faire surveiller sa tension artérielle. 
  • Prendre son traitement en cas d’hypertension artérielle.
  • Arrêter de fumer. 
  • Avoir une activité physique quotidienne (30 minutes de marche minimum).

L’AVC est la première cause de mortalité chez la femme devant le cancer du sein et la première cause de handicap moteur, c’est-à-dire non traumatique chez l’adulte. Pourtant, selon une étude de Santé Publique France, peu de Français connaissent réellement cette pathologie et le risque associé. Or, reconnaître les symptômes le plus tôt possible pour appeler les secours peut sauver la vie d’une personne atteinte par cette maladie.

En savoir plus sur la santé des séniors

Sources : 

« Les signes de l’AVC », Ministère des Solidarités et de la Santé

Accident vasculaire cérébral (AVC) — Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale)

Comprendre l’accident vasculaire cérébral et l’accident ischémique transitoire — Ameli, l’Assurance Maladie

Note de l’article (407 votes)

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

Commentaires (35)

Réagissez, posez une question…

  1. Léna Alberti

    Bonjour, j’ai eu hier une grosse douleur au bras droit soudaine, j’arrivais à le lever, le bouger et tout ça, ce matin en me levant je n’avais plus aucune douleur, mais en revanche j’ai un énorme mal de crâne depuis ce matin, es ce les signes ?

    Répondre
    1. Amandine

      Bonjour Madame,

      Je vous remercie pour votre commentaire.
      Il serait judicieux de consulter un médecin pour évaluer ces symptômes, surtout s’ils persistent ou s’aggravent. Il est toujours préférable de faire vérifier toute nouvelle douleur ou symptôme par un professionnel de la santé pour obtenir un avis médical précis.

      Bonne journée.

      Amandine

      Répondre
Voir plus de commentaires

Les derniers articles

Articles les plus recherchés

Nos dossiers sur ce thème

La santé du Grand-âge

L'accroissement de la longévité s'accompagne de la multiplication de pathologies propres aux personnes âgées. Nous abordons dans ce dossier intitulé "la santé au grand âge"…

En savoir plus

Face à la maladie d'Alzheimer

Nous avons consacré un dossier spécifique à la maladie d’Alzheimer, pour appréhender à sa mesure ce véritable fléau, qui touche en France 800 000 personnes,…

En savoir plus

Face à la maladie de Parkinson

Affection dégénérative du cerveau la plus courante après Alzheimer, la maladie de Parkinson touche plus de 2 % de la population française de plus de…

En savoir plus