La nouvelle loi pour les seniors au chômage, discutée lors de la quatrième séance de négociation sur l’assurance chômage le 4 octobre 2023, s’attache particulièrement au sort des chômeurs de plus de 50 ans. Les objectifs du document de cadrage, transmis aux partenaires sociaux par Matignon le 1er août 2023, sont clairs : adapter les règles d’indemnisation des personnes de plus de 50 ans aux évolutions de la durée d’activité et encourager leur retour à l’emploi. En effet, avec la récente réforme des retraites portant l’âge légal à 64 ans, que doivent attendre les seniors en fin de carrière avec cette nouvelle loi chômage ?

Mise à jour : La finalisation de la loi pour les seniors au chômage est prévue pour la mi-2024. Nous vous tiendrons informés de toute nouvelle disposition ou mesure à ce sujet.

Seniors au chômage : Prolongation des allocations chômage en fonction de l’âge

Indemnisation jusqu’à l’âge légal de la retraite

Jusqu’à récemment, les demandeurs d’emploi âgés de 55 ans et plus bénéficient de l’allocation chômage de Pôle Emploi jusqu’à : 

  • l’épuisement de leurs droits,
  • l’âge légal de la retraite, 
  • la liquidation de leur retraite anticipée à taux plein en cas de carrière longue, de pénibilité au travail, ou de handicap. 

Cependant, la nouvelle loi chômage apporte des ajustements sur la façon dont les seniors peuvent être indemnisés en fin de carrière.

Prolongation possible en cas d’absence de trimestres pour le taux plein

L’une des principales modifications introduites par la réforme concerne la prolongation de l’indemnisation pour les demandeurs d’emploi qui n’ont pas accumulé suffisamment de trimestres pour bénéficier du taux plein de retraite à l’âge de 62 ans. 

nouvelle loi pour les seniors au chômage

Dans certaines conditions, il est désormais possible de prolonger l’allocation par Pôle Emploi. Concrètement, si un demandeur d’emploi se trouve au chômage en fin de carrière et ne peut prétendre à une retraite à taux plein à l’âge de 62 ans, la loi lui permet de continuer à percevoir des allocations, même s’il a épuisé ses droits initiaux.

Recul de l’âge légal de départ et son impact sur l’allocation

Si l’un des aspects les plus significatifs de cette réforme concerne le recul progressif de l’âge légal de départ à la retraite de 62 ans à 64 ans, cette modification n’affecte pas la prolongation des droits au chômage. Les allocataires âgés de 62 ans continueront de percevoir leurs allocations jusqu’à la retraite à taux plein, même si l’âge légal de départ est progressivement augmenté. Cela signifie que la réforme des retraites n’impacte pas le maintien des droits pour les demandeurs d’emploi seniors.

LIRE AUSSI: 6 questions sur les aides des caisses de retraite

Dispositif de maintien des indemnités jusqu’à la retraite: Les conditions

Pour prétendre au maintien des allocations jusqu’à la retraite à taux plein, le demandeur d’emploi doit remplir plusieurs conditions :

  • Avoir au moins 62 ans.
  • Être indemnisé depuis au moins un an.
  • Avoir validé au moins 100 trimestres pour la retraite.
  • Être affilié depuis douze ans à l’Assurance chômage, dont une année doit avoir été continue ou deux années discontinues au cours des cinq dernières années. 

Même si l’âge légal de départ à la retraite est progressivement repoussé, les demandeurs d’emploi seniors ont un garde-fou financier jusqu’à ce qu’ils puissent liquider leur retraite à taux plein. Cette disposition vise à aider les seniors à faire la transition vers la retraite sans subir de pressions financières excessives, tout en continuant à contribuer au maintien de leur niveau de vie.

LIRE AUSSI: Travailler après 65 ans : quels sont les avantages ?

Nouvelle loi: les stratégies du maintien des droits et du retour à l’emploi

La réforme envisage plusieurs solutions pour garantir la préservation des droits au chômage des seniors tout en leur garantissant du travail jusqu’à leur départ en retraite.

Reprise d’activité réduite 

Compte tenu de l’allongement de la durée d’activité des seniors, les conditions de cumul de l’ARE (allocation d’aide au retour à l’emploi) avec les revenus issus d’une reprise d’activité pourraient être améliorées, afin de favoriser leur reprise d’activité. 

senior en quête d'un nouvel emploi

L’occasion pour nombre d’entre eux de reprendre un petit boulot salarié ou de devenir auto-entrepreneur pour percevoir une partie des allocations, dans la limite du montant du dernier salaire brut. Les jours non indemnisés prolongent d’autant la durée de votre indemnisation. Dans ce cas, cette nouvelle activité devra être occasionnelle ou à temps partiel. 

Cette stratégie est particulièrement intéressante pour les personnes ayant perdu leur emploi avant l’âge de 59 ans et 9 mois, car une fois les 27 mois d’indemnités épuisés, la situation financière peut devenir inconfortable.

Allongement des droits pour les seniors en formation

Les bénéficiaires âgés de 53 ou 54 ans au moment de la fin de leur contrat de travail,  justifiant d’une adhésion de 36 mois sur la période de référence, peuvent prolonger leur période d’indemnisation jusqu’à un maximum de 4,5 mois. Cette prolongation est accordée par Pôle Emploi en raison de leur participation à des programmes de formation pendant qu’ils reçoivent des prestations de chômage.

Cette disposition est envisageable en cas de décalage des seuils d’âge de 53-54 ans à 55-56 ans, ou pour tous les bénéficiaires âgés de 55 ans ou plus.

Baisse des cotisations patronales 

Une autre mesure considérée est la baisse de 0,5 point de la contribution patronale pour l’emploi de salariés seniors âgés de 60 ans et plus. Cette initiative vise à stimuler l’embauche et le maintien en emploi des seniors, tout en réduisant les coûts pour les employeurs.

LIRE AUSSI: Seniors et aidants : 5 astuces pour faire valoir vos droits gratuitement

Tableau comparatif de la nouvelle loi pour les seniors au chômage  

AspectsAvant la RéformeAprès la Réforme
Âge de la retraite62 ansPassage progressif à 64 ans
Prolongation des allocationsPossible jusqu’à l’épuisement des droits, l’âge de la retraite, ou la liquidation anticipée à taux pleinProlongation spécifique en cas d’absence de trimestres pour le taux plein à 62 ans
Impact de l’âge légal de départPas de changement de l’âge légal de départAucun impact sur la prolongation des droits à l’indemnisation malgré l’augmentation de l’âge légal de départ
Conditions pour le maintien des allocationsGénéralement, indemnisation jusqu’à l’âge légal de la retraite ou l’épuisement des droits-Avoir au moins 62 ans; -Être indemnisé depuis au moins un an; -Avoir validé au moins 100 trimestres pour la retraite; -Être affilié depuis 12 ans à l’Assurance-chômage
Reprise d’activité réduiteCumul possible de l’ARE avec revenus d’une reprise d’activité mais avec des règles plus restrictivesAmélioration des conditions de cumul de l’ARE avec revenus d’une reprise d’activité
Allongement des droits en formationPour bénéficiaires de 53 ou 54 ans avec possibilité de prolongation de l’indemnisation en cas de formationProlongation envisageable pour les bénéficiaires de 55 ans ou plus, avec des conditions potentiellement plus souples
Baisse des cotisations patronalesNon appliquéBaisse de 0,5 point pour l’emploi de seniors de 60 ans et plus

La nouvelle loi chômage pour les seniors présente des opportunités pour prolonger l’indemnisation des demandeurs d’emploi en fin de carrière. Elle offre la possibilité de maintenir les droits jusqu’à la retraite à taux plein, mais sous certaines conditions strictes. Les personnes concernées devront évaluer attentivement leur situation pour déterminer la meilleure approche. 

Mise à jour : Le gouvernement a prévu de finaliser les discussions sur l’assurance chômage des seniors d’ici mi-2024.
Une fois les décisions actées, nous vous informerons des changements précis apportés à la loi chômage pour les seniors en 2024.

Note de l’article (400 votes)

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

Commentaires (88)

Réagissez, posez une question…

  1. Micheline CLAUDE

    J ai 62 ans et 6 mois.
    Je beneficie de ASS je viens d être radié par France Travail suite à un contrôle pour non recherche active d emplois. Je leur ai fourni mon relevé de carrière y a 3 mois et je n ai pas mon taux plein !
    Suis je obligé encore de rechercher un emploi ? Ont il le droit de me radier et me suspendre mes allocations ? De plus je suis reconnue RQTH.

    Répondre
    1. Amandine

      Bonjour

      Je vous remercie pour votre commentaire.
      Pour clarifier vos obligations et droits concernant la recherche d’emploi et les allocations après une radiation par France Travail, consultez un conseiller juridique ou contactez Pôle Emploi.
      Bonne journée.
      Amandine

      Répondre
  2. SARA MASSALA

    Bonjour.
    J’ai terminé un contrat CDD fin avril 2024. Ma demande de retraite âge légal à 62 ans été déposée au mois de novembre 2024. Pour une raison de santé ; j’ai reçu la notification de mise en retraite personnelle pour inaptitude à partir du 1er/05/2024, or je n’ai pas atteint tous mes trimestres et je bénéficie l’allocation de Est-ce que j’ai droit aux allocations de chômage en amont avec ma retraite ?

    Répondre
    1. Amandine

      Bonjour

      Je vous remercie pour votre commentaire.
      Vous devriez vérifier auprès de votre caisse de retraite et du service de l’emploi si vous êtes éligible aux allocations de chômage en complément de votre retraite anticipée pour inaptitude.
      Bonne journée.
      Amandine

      Répondre
Voir plus de commentaires

Les derniers articles

Articles les plus recherchés

Nos dossiers sur ce thème

Les différents types de maisons de retraite

Le terme général de maison de retraite inclut un ensemble d'établissements. Pour bien choisir, il est important de distinguer les diverses formes d'hébergements pour personnes…

En savoir plus

EHPAD

L'Ehpad est le type de maison de retraite le plus répandu en France. Son statut juridique et sa structure font de l'Ehpad le lieu d'accueil…

En savoir plus

Les résidences services séniors

En plein développement et de plus en plus abordables, les résidences services séniors sont des logements, à l'achat ou en location, destinés aux personnes âgées…

En savoir plus

Les tarifs des maisons de retraite

Dans un objectif de plus grande transparence des prix, des nouveautés au niveau des affichages de tarifs de maisons de retraite sont entrées en vigueur…

En savoir plus

L'entrée en maison de retraite

Cette rubrique prodigue des conseils destinés aux familles qui souhaitent aider leurs proches âgés à réussir leur entrée en maison de retraite. En effet, il…

En savoir plus

La bientraitance en maison de retraite

Les personnes âgées en perte d'autonomie ou dépendantes sont très souvent dans une situation de vulnérabilité et de fragilité. Il est donc primordial de leur…

En savoir plus

Le quotidien en maison de retraite

Les journées en maison de retraite sont, pour la plupart, rythmées de manière similaire. Cette rubrique s’articule autour du quotidien de nos aînés en maison…

En savoir plus

Les professionnels en maison de retraite

Pour qu’une résidence pour personnes âgées s’organise de manière optimale, elle doit s'articuler autour d'une répartition de rôles, bien précise. En premier lieu, nous aborderons…

En savoir plus

Perte d'autonomie

Prévenir la dépendance est primordial pour bien vieillir. Si la perte d’autonomie s’installe, il existe des solutions pour garantir une bonne qualité de vie.

En savoir plus

Maintien à domicile

Le maintien à domicile au grand âge est un défi. Pour le relever en toute sécurité, il doit être préparé minutieusement.

En savoir plus

Accidents et chutes à domicile

Les chutes sont un véritable fléau pour les personnes âgées. Les accidents à domicile peuvent être évités en prenant des mesures adaptées.

En savoir plus

Aménagement du domicile

Adapter son logement au vieillissement permet de continuer à vivre à domicile en toute sécurité. La perte d’autonomie impose divers aménagements.

En savoir plus