Y aura-t-il encore un "poilu" sous l'Arc de Triomphe le 11 novembre prochain ?
Actualités

Publié le 23/01/2007 . Mis à jour le 03/05/2016

Publié le 23 Jan. 2007 . Mis à jour le 3 Mai. 2016

Y aura-t-il encore ne serait-ce qu’un ‘poilu’, un vétéran de la Première Guerre mondiale, le 11 novembre prochain, lors des célébrations de l’armistice qui se tiennent chaque année sous l’Arc de Triomphe ? Rien n’est moins sûr, après la disparition mardi 16 janvier de René Riffaud, à l’âge vénérable de 108 ans. Il ne reste plus que trois vétérans de la Grande Guerre, tous centenaires. Un ‘poilu’ en maison de retraite René Riffaud avait été le seul ancien combattant de la Première Guerre mondiale présent lors de la dernière cérémonie du 11 novembre, sous l’Arc de Triomphe. Né en décembre 1898 et mobilisé en 1917, René Riffaud avait été gazé dans l’Est de la France, puis réformé en 1919. Après la guerre, il avait créé une entreprise de réparation de moteurs électrique à Colombes (Hauts-de-Seine), qu’il dirigea jusqu’à sa retraite en 1973. René Riffaud était veuf depuis 1979, son fils unique, décédé en 2004, lui a donné trois petites-filles, sept arrière-petits-enfants et une arrière arrière-petite-fille. Jusqu’à son hospitalisation récente, due à la dégradation de son état de santé, René Riffaud vivait ‘bon pied bon œil’ dans une maison de retraite de l’Eure, où il résidait paisiblement. Un ‘bon petit soldat’ sous l’Arc de Triomphe Il ne restait que cinq ‘poilus’ français à la veille des cérémonies du 11 novembre 2006, après que leur doyen, Maurice Floquet, était décédé soudainement. C’est la raison pour laquelle René Riffaud, qui n’avait pas demandé sa carte d’ancien combattant avant 2006, a participé aux cérémonies de l’Arc de Triomphe. «M. Chirac m'a demandé de venir. En bon petit soldat, j'ai obéi», explique-t-il alors à la presse. Il ne reste plus que trois anciens combattants français de la ‘Der des der’ Les trois derniers vétérans français de la Première guerre mondiale sont : Jean Grelaud, 108 ans, Lazare Ponticelli, 109 ans et Louis de Cazenave, également âgé de 109 ans et nouveau doyen des poilus. Nous leur souhaitons longue vie et bonne santé, et espérons qu’ils pourront encore longtemps nous faire partager leur vécu. Néanmoins, inexorablement, une page de l’Histoire se tourne avec l’extinction progressive de tous ses protagonistes. Il n’est malheureusement pas loin le temps où plus aucun ‘poilu’ ne pourra témoigner de son expérience à l’occasion des cérémonies commémoratives du 11-novembre sous l’Arc de Triomphe.
L'avis des utilisateurs sur cet article
2/5 - 3 votes - Votre vote :

Articles connexes