La maladie d’Alzheimer est l’une des pathologies qui effraient le plus les Français lorsqu’ils pensent au grand-âge. Trois millions d’individus sont concernés par la maladie personnellement ou chez un proche, et désirent en savoir plus pour faire face à une démence qui altère particulièrement la qualité de vie des patients et de leurs familles. Chaque année, la recherche progresse, sans malheureusement permettre à ce jour de guérir la maladie d’Alzheimer. Néanmoins, une meilleure connaissance de cette pathologie neurodégénérative permet aux autorités, comme aux familles d’améliorer la prise en charge et l’accompagnement des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer. Découvrez les derniers chiffres sur une maladie qui touche quelque 850 000 personnes.

Près du quart des personnes âgées de 85 ans et plus ont la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est la cause la plus fréquente de démence chez les personnes âgées : elle représente plus de 70 % des cas.

La prévalence de la pathologie augmente avec l’âge. En France, environ 4 % des personnes âgées de 65 ans et plus sont atteintes de la maladie d’Alzheimer, alors qu’après 80 ans, plus de 15 % des Français souffrent de cette démence.

Les chiffres sont encore plus élevés après 85 ans : 1 femme sur 4 et 1 homme sur 5 sont atteints de la maladie d’Alzheimer à cet âge.

La moitié des malades ne seraient pas diagnostiqués

Il est encore difficile aujourd’hui de détecter la maladie d’Alzheimer à ses premiers stades, tout comme ce qu’on appelle le trouble cognitif léger, un état intermédiaire entre la perte naturelle de certaines facultés et les altérations plus graves d’ordre pathologique. C’est pourquoi de nombreuses personnes présentant déjà les premiers signes de la maladie d’Alzheimer ne sont pas diagnostiquées.

La recherche progresse et permet des diagnostics de plus en plus précoces de la maladie d’Alzheimer, mais beaucoup reste encore à faire dans ce domaine.

Chez les femmes notamment, ces formes moins « sévères » de la maladie d’Alzheimer peuvent passer plus facilement inaperçues. Des études montrent en effet que les femmes parviennent à mobiliser des ressources cognitives leur permettant de mieux réussir les tests utilisés dans les consultations mémoires, repoussant ainsi le diagnostic et la prise en charge.

La maladie d’Alzheimer touche davantage les femmes

S’il est plus difficile de détecter tôt la maladie d’Alzheimer chez les femmes, celles-ci sont davantage touchées par cette démence, surtout après l’âge de 80 ans. En France, sur 25 malades, 10 sont des hommes et 15 des femmes.

Cette « inégalité entre les sexes » s’explique essentiellement par la longévité accrue des femmes par rapport à leurs homologues masculins. D’autres raisons ont été avancées, lisez notamment notre récent article : « Alzheimer : mieux comprendre les différences entre hommes et femmes ».

Les symptômes de la maladie d’Alzheimer peuvent se développer dès l’âge de 30 ans

On considère souvent la maladie d’Alzheimer comme une pathologie des personnes âgées. Si la majorité des patients sont en effets âgés de 65 ans et plus, quelque 32 000 Français de moins de 60 ans atteints de la maladie d’Alzheimer présentent une forme précoce de la maladie, dont les symptômes peuvent même se déclarer vers la trentaine.

Alors que l’âge moyen d’apparition d’Alzheimer est de près de 73 ans, environ 1 000 cas concernent des personnes de moins de 50 ans.

On ne comprend pas encore la cause de la maladie d’Alzheimer chez les patients les plus jeunes, mais nombre de ces cas ont un élément génétique.

Environ 2 millions de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer d’ici 2050

Avec le vieillissement de la population (quelque 22 millions de Français seront âgés de 60 ans et plus d’ici 2050), la prévalence de la maladie d’Alzheimer au sein de la population française devrait augmenter, si aucun traitement n’est découvert d’ici là.

Les estimations varient de 1 800 000 cas à plus de 2 millions de cas d’ici 2050. La maladie d’Alzheimer représente donc un enjeu de santé publique et un défi pour la recherche médicale.

La maladie d’Alzheimer est la 5e cause de décès en France

La maladie d’Alzheimer est devenue l’une des principales causes de mortalité en France, en raison du vieillissement de la population.

Le cancer reste la cause principale de mortalité, avec 160 000 décès par an, suivi de près par les maladies de l’appareil circulatoire (140 000), et de moins près par celles de l’appareil respiratoire (40 000).

La maladie d’Alzheimer arrive en général en 5e place de ce triste classement, avec environ 18 000 décès par an.

Les autres causes de mortalité varient d’un classement à l’autre, alors que l’on combat de mieux en mieux un nombre croissant de pathologies, tandis que la démence n’a pas encore de cure.

Les deux tiers des malades d’Alzheimer résident à domicile

Près des deux tiers (63 %) des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer vivent encore à domicile (535 500 personnes), contre  37 % en établissement (294 000 en Ehpad et 21 000 en unité de soins de longue durée).

En outre, un tiers des patients à un stade avancé de la maladie bénéficient encore du maintien à domicile, avec l’aide d’un proche ou d’un intervenant professionnel.

Environ 2 millions de personnes sont concernées par la maladie d’Alzheimer d’un proche. Parmi elles, nombreuses sont les personnes qui jouent un rôle d’aidant familial avec un investissement plus ou moins élevé auprès de leur proche.

À un stade avancé de la maladie d’Alzheimer, l’aidant principal consacre en moyenne 6 heures par jour à s’occuper de son proche.

Le coût de la maladie d’Alzheimer s’élève à plus de 5 milliards d’euros par an

Les coûts de la prise en charge des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer atteignent quelque 5,3 milliards d’euros par an, d’après un rapport d’étude de la Fondation Médéric Alzheimer.

Ces sommes couvrent le diagnostic, les soins à domicile et la prise en charge en établissement de santé. Les hospitalisations en médecine et chirurgie correspondent à plus de la moitié des coûts.

À cela, on peut ajouter l’aide informelle apportée par les proches de la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer et qui est estimée à 14 milliards d’euros par an.

 

Des faits peu rassurants sur la maladie d’Alzheimer, mais qu’on espère voir changer avec la progression de la recherche et l’amélioration de la prise en charge.

Note de l’article (11 votes)

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

Yaël A.,Rédactrice chez Cap Retraite

Commentaires (2)

Réagissez, posez une question…

Annuler

  1. Raffin Jocelyne

    Je vis chaque jours avec mon mari atteint de cette maladie 24h sur 24h très dur des jours où tout vas bien des jours très compliqué le plus difficile c est qu il parle que des anciennes choses et m appelle Simone le nom de sa soeur ou mon coeur quand il se rappelle que je suis satisfait femme

    Répondre
  2. Jeanne deveen

    Difficile pour le malade terrible pour la famille .Il faut aider la recherche avoir de la patience pour aider les malades et surtout garder espoir sans jamais s everner avec eux car ils sont partis dans leurs mondes .Courage à tous

    Répondre

Les derniers articles

Articles les plus recherchés

Nos dossiers sur ce thème

La santé du Grand-âge

L'accroissement de la longévité s'accompagne de la multiplication de pathologies propres aux personnes âgées. Nous abordons dans ce dossier intitulé "la santé au grand âge"…

En savoir plus

Face à la maladie d'Alzheimer

Nous avons consacré un dossier spécifique à la maladie d’Alzheimer, pour appréhender à sa mesure ce véritable fléau, qui touche en France 800 000 personnes,…

En savoir plus

Face à la maladie de Parkinson

Affection dégénérative du cerveau la plus courante après Alzheimer, la maladie de Parkinson touche plus de 2 % de la population française de plus de…

En savoir plus