Les unités de soins de longue durée

La prise en charge des personnes âgées très dépendantes nécessite souvent un suivi médical constant et continu, qu’on ne peut trouver que dans des unités de soins de longue durée (USLD), adossées à un hôpital. Ces structures assurent l’hébergement et la prise en charge médicale des résidents. La procédure d’admission en USLD est la même que dans une maison de retraite médicalisée, à la différence près qu’elle doit être prescrite par un médecin. Du fait, la tarification est la même qu’en Ehpad.

Les unités de soins de longue durée

La prise en charge en unités de soins de longue durée (USLD)

Les unités de soins de longue durée (USLD) sont des structures hébergeant les personnes âgées n’ayant plus leur autonomie de vie et dont l’état de santé nécessite une surveillance constante et continue, ainsi que des traitements médicaux d’entretien. Dans la majorité des cas, les unités de soins de longue durée sont rattachées à un établissement sanitaire public ou privé.

Pour répondre aux besoins médicaux et quotidiens des personnes âgées très dépendantes accueillies, les unités de soins de longue durée proposent une prise en charge médicale accrue. Ces services comprennent :

  • une surveillance médicale permanente,
  • des soins infirmiers, d’hygiène et de confort,
  • la présence d’un veilleur de nuit,
  • une adaptation du régime alimentaire aux problèmes de santé,
  • une rééducation motrice, le cas échéant,
  • une assistance dans les gestes de la vie quotidienne.

Les unités de soins de longue durée assurent également toutes les prestations liées à l’hébergement et au bien-être des résidents, comme dans les Ehpad :

  • restauration en pension complète,
  • blanchisserie,
  • animations.

L’équipe de l’USLD a aussi pour rôle d’accompagner la personne âgée dans son retour à domicile ou en établissement.

Au 1er janvier 2015, la France compte 586 unités de soins de longue durée, proposant 31 227 lits (DRESS, données SAE 2014).

L’admission dans les unités de soins de longue durée

L’admission des personnes âgées dépendantes dans les unités de soins de longue durée suit généralement une hospitalisation ou une importante altération de leur état de santé. L’accueil en unités de soins de longue durée est prescrit par le médecin traitant ou le médecin de l’établissement de santé où sont admises les personnes âgées.

Comme dans les Ehpad, l’admission dans les unités de soins de longue durée se fait sur dossier. Le dossier comporte deux parties :

  • un volet médical, rempli par le médecin – il précise l’état de santé et de perte d’autonomie de l’aîné ;
  • un volet administratif, rempli par le patient ou toute personne habilitée pour le faire – il renseigne l’état civil du résident, le choix de la personne de confiance, etc.

Le dossier d’admission dans les unités de soins de longue durée doit être accompagné de justificatifs des pensions et du dernier avis d’imposition ou de non-imposition.

Les USLD font partie d’un établissement de santé et dans ce cadre, les résidents sont protégés par la Charte des droits des patients à l’hôpital.

Coût et financement de l’accueil en unités de soins de longue durée

Les unités de soins de longue durée sont des structures de santé, mais elles fonctionnent sur le même modèle que les Ehpad. Une convention tripartite doit du reste être signée entre la structure, le Conseil général et l’Agence régionale de santé (ARS). Ces conventions, obligatoires depuis 2002 pour tous les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes, régissent la tarification des unités de soins de longue durée et des Ehpad.

Le tarif de l’accueil dans les unités de soins de longue durée se décompose donc en trois postes de dépenses :

  • tarif hébergement : il couvre les prestations dites hôtelières (logement, restauration…) – à la charge du résident ;
  • tarif dépendance: il dépend du GIR du résident et couvre les prestations liées à la prise en charge de la perte d’autonomie – à la charge du résident ;
  • tarif soins : il couvre les frais hospitaliers et médicaux – pris en charge par l’assurance maladie.

Les aides financières dont peuvent bénéficier les résidents des unités de soins de longue durée sont les suivantes :

  • l’aide sociale à l’hébergement (ASH) : elle couvre une partie des frais d’hébergement d’un résident aux faibles ressources (dans les unités de soins de longue durée habilitées à l’aide sociale) ;
  • l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) : elle participe au financement du tarif dépendance pour les résidents de GIR 1 à 4 (fixé par la grille AGGIR d’évaluation de la perte d’autonomie) ;
  • les aides au logement : elles prennent en charge une partie du tarif hébergement (dans les unités de soins de longue durée conventionnées ou dont les chambres répondent à des critères précis).

Documents associés

Quels documents souhaitez vous recevoir

Articles connexes

Les maisons de retraite privées ou associatives

Les maisons de retraite privées ou associatives

Les maisons de retraite privées se développent de plus en plus. Elles répondent au besoin croissant de prise en charge en établissement des personnes âgées dépendantes ou fragilisées. Leurs prestations sont souvent plus luxueuses que dans le public.

Lire la suite

Les résidences-autonomie

Les résidences-autonomie

Les résidences-autonomies (aussi appelées foyers-logements) sont des établissements d’hébergement pour les personnes âgées encore autonomes. Elles offrent un cadre de vie adapté aux besoins d’un aîné, avec des services facultatifs, sans les contraintes de la vie collective.

Lire la suite

Je cherche une maison de retraite à :

    Copyright © 2016 - Cap Retraite

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous proposer une navigation optimale. Pour en savoir plus, cliquez ici