Oméga-3 et maladie d’Alzheimer
Maladie d'Alzheimer

Publié le 25/04/2016 . Mis à jour le 08/12/2016

Publié le 25 Avr. 2016 . Mis à jour le 8 Déc. 2016

Une étude multicentrique américaine Alzheimer’s disease Neuroimaging Initiative, menée principalement par le Dr Daiello, suggère que l’huile de poisson, l’Oméga 3, aurait un effet bénéfique sur le vieillissement cérébral.

Oméga-3 et maladie d’Alzheimer

Influence de l’alimentation sur les capacités mentales des personnes âgées

Selon une étude publiée dans le journal médical de l’académie américaine de neurologie, les personnes âgées se nourrissant principalement d’aliments contenant certaines vitamines et de l’oméga-3, possèdent de meilleures facultés mentales que celles consommant des aliments aux vertus nutritives moindres.
En France, on compte environ 870000 cas de démence atteignant les personnes âgées de 75 ans et plus. La cause la plus fréquente de ces cas de démences, serait la maladie d’Alzheimer.
Il existe des facteurs de risques, outre les risques génétiques et l’âge, qui entraînent un mauvais vieillissement cérébral. Ces derniers sont principalement environnementaux et il est possible d’agir sur certains d’entre eux.
Les oméga 3 optimisent l’action des neurones et limitent leur altération ainsi que le développement de pathologies liées au vieillissement.

Quels sont les aliments à privilégier et ceux à éviter ?

Acides gras indispensables pour l’organisme, les oméga 3 se trouvent dans les poissons gras ou dans certaines huiles comme l’huile de noix ou l’huile de colza.
Une multitude d’études épidémiologiques et cliniques ont prouvé que l’oméga 3 préserve de la détérioration cognitive liée à l’âge ainsi que du développement de maladies telles que l’Alzheimer.
Par ailleurs, il semblerait que manger une seule portion de saumon, hareng ou thon blanc par semaine, retarderait de 10% le déclin des facultés cognitives.
En revanche, une faible concentration en oméga 3 pourrait provoquer, entre autres, des symptômes de dépression sévère chez le sujet âgé.

    Voici quelques recommandations générales, qu’il est important de respecter afin de prévenir la réduction des performances intellectuelles, chez les personnes âgées :

  • accorder de l’importance à la prise d’un petit déjeuner complet
  • réduire l’apport énergétique des repas
  • consommer toujours plus d’oméga 3 et d’aliments riches en fer
  • prendre les repas dans une ambiance sereine

Il s’agit par ailleurs, de privilégier les céréales, les fruits entiers, les légumes frais et légumineuses, les poissons gras, les noix, l’huile d’olive, le chocolat noir et le vin rouge (avec modération).
Bien entendu, la consommation de viandes rouges et grasses, de charcuteries, de pâtisseries industrielles etc, doit être minime voire bannie.

L'avis des utilisateurs sur cet article
3/5 - 4 votes - Votre vote :

Articles connexes