La maladie d’Alzheimer : définition et évolution

Tour d’horizon sur la maladie d’Alzheimer : définition, synonyme, évolution et diagnostic, pour tout savoir et mieux gérer un trouble touchant plus d’un million de Français.

La maladie d’Alzheimer : définition et évolution

Qu'est-ce que la maladie d'Alzheimer ?

La maladie d’Alzheimer est une maladie du cerveau provoquant une dégénérescence des cellules nerveuses et leur mort progressive. Peu à peu, la maladie s’étend : elle touche de nouvelles zones du cerveau et entraîne la perte de certaines fonctions cérébrales.

La maladie est dite neurodégénérative, car elle cause une perte progressive des neurones. Sa prévalence augmente avec l’âge.

Les chiffres marquants de la maladie d’Alzheimer en France
Nombre de malades diagnostiquésNouveaux cas chaque annéeÂge moyen de diagnosticPrévalence après 80 ansEspérance de vie après diagnostic
900 000200 00073 ans15 %8 à 12 ans

 

Quels sont les principaux symptômes de la maladie d’Alzheimer ?

La maladie d’Alzheimer touche essentiellement les fonctions cognitives de la personne atteinte. Elle atteint ensuite de facultés physiques et entraîne la perte d’autonomie.

Les symptômes cognitifs sont :

  • perte de mémoire,
  • désorientation spatio-temporelle,
  • difficultés à effectuer des tâches quotidiennes,
  • troubles d’expression,
  • problèmes avec les notions abstraites.

Les symptômes physiques de la maladie d’Alzheimer comprennent :

  • déclin de la motricité fine,
  • siestes répétées,
  • insomnies,
  • apparence négligée.

Enfin, l’atteinte du cerveau entraîne aussi des troubles du comportement :

  • apathie,
  • déambulation,
  • irritabilité,
  • agressivité…

Pour en savoir plus sur chaque phénomène, consultez notre article complet sur les symptômes de la maladie d’Alzheimer.

Comment évolue la maladie d'Alzheimer ?

Les lésions atteignent en premier lieu les régions du cerveau impliquées dans la mémoire. Progressivement, elles vont se développer et s’étendre à d’autres zones cérébrales, responsables des facultés cognitives, des capacités d’expression (langage), du raisonnement logique, de la coordination motrice…

La personne connaît ainsi des difficultés croissantes à analyser les informations venant du monde extérieur et à les utiliser de façon adaptée. Ses facultés de penser sont peu à peu entravées. Se souvenir, comprendre et prendre des décisions, de même qu’exécuter des tâches quotidiennes devient de plus en plus difficile au fil de l’évolution de la maladie d’Alzheimer. Le patient souffrira ensuite de troubles de l’humeur et présentera des signes d’agressivité.

En savoir plus : L’espérance de vie de la personne peut aller de trois à douze ans, voire plus en fonction du stade de la maladie d’Alzheimer auquel elle est diagnostiquée.

Peut-on guérir la maladie d'Alzheimer ?

À l’heure actuelle, il n’y a pas de traitement connu pour guérir les différentes maladies neurodégénératives. Les fonctions des cellules du cerveau endommagées ne peuvent être rétablies.

Il existe toutefois des moyens d’en retarder l’évolution et de faciliter la vie des patients atteints de la maladie d’Alzheimer et de leur entourage (à l’aide de traitements médicamenteux et non médicamenteux).

Comment diagnostiquer la maladie d'Alzheimer ?

Le diagnostic de la maladie d’Alzheimer est effectué par un neurologue libéral ou dans une consultation mémoire, à l’hôpital.

Les CM proposent une évaluation complète de l’état cérébral des patients :

  • bilan clinique,
  • interrogatoire du patient (au cours duquel le test Folstein [appelé en anglais test MMS ou encore test MMSE, et comprenant diverses questions permettant d’évaluer les troubles cognitifs] et celui de Dubois sont appliqués),
  • évaluation psychologique,
  • examens biologiques,
  • examens d’imagerie médicale.

Pour en savoir plus, consultez notre articles sur le diagnostic et les tests de dépistage de la maladie d’Alzheimer.

Comment gérer la maladie d'Alzheimer à domicile ?

L’environnement de la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée joue un rôle très important :

  • les malades qui se sentent bien présentent moins de troubles du comportement,
  • le soutien affectif aide à compenser les troubles de la mémoire et les autres symptômes cognitifs de la maladie.

De plus, l’organisation du cadre de vie est également nécessaire pour la sécurité de la personne. Le soutien de la famille est fondamental pour lui permettre de continuer à vivre à son domicile après l’annonce du diagnostic.

Voilà ce à quoi il vous faut veiller pour aider votre proche :

  • Aide-mémoire : installez des blocs-notes, un tableau d’affichage avec des post-its ou un tableau aimanté. Le malade oublie ses rendez-vous : essayez de lui passer un coup de fil à temps pour les lui rappeler. Soyez inventifs pour pallier les pertes de mémoire.
  • Sécurité domestique : aménagez le logement ; remplacez la cuisinière à gaz par des plaques électriques ; mettez les objets fragiles ou dangereux à l’abri.
  • Communication : le malade perd progressivement ses capacités d’expression, elle cherche ses mots… Il ne faut la pas laisser s’installer dans l’habitude de se taire. Parlez-lui. Parfois l’emploi de l’expression gestuelle peut pallier la perte de sens des mots. Pour en savoir plus, lisez notre blog sur les stratégies de communication avec une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer.
  • Prévenir les pertes d’objets usuels : aidez-la à prendre des habitudes routinières : déposez toujours les objets à la même place. Utilisez des ficelles pour attacher ses lunettes, une chaîne pour son porte-clé, etc.
  • Ravivez les souvenirs : aidez votre proche à faire travailler son cerveau : parlez-lui de son passé, remémorez-lui des épisodes de la vie familiale…
L'avis des utilisateurs sur cet article
4.8/5 - 13 votes - Votre vote :

Articles connexes