La prise en charge de la maladie d’Alzheimer en France

Grâce aux différents Plans Alzheimer mis en place par les autorités, la prise en charge de la maladie d’Alzheimer est aujourd’hui bien organisée en France. De nombreux dispositifs s’adressent aux malades et à leurs aidants. Tour d’horizon.

La prise en charge de la maladie d’Alzheimer en France

Quels sont les différents dispositifs de prise en charge d’Alzheimer ?

La Fondation Médéric-Alzheimer publie environ tous les deux ans un état des lieux des dispositifs de prise en charge d’Alzheimer.

L’enquête menée auprès de structures intervenant dans l’accompagnement des malades et de leurs aidants familiaux se focalise sur 5 types de dispositifs :

  • lieux de diagnostic,
  • lieux d’information ou de coordination gérontologique,
  • accueils de jour,
  • structures d’hébergement,
  • dispositifs d’aide aux aidants familiaux.

Quels sont les lieux de diagnostic et d’information ?

La prise en charge de la maladie d’Alzheimer passe avant tout par un diagnostic précoce et une bonne information du malade et de sa famille.

Pour ce faire, la France compte :

59 % de ces lieux d’information ou de coordination proposent d’aider les aidants familiaux de la personne Alzheimer (groupes de discussion pour les familles…)

Quelle prise en charge de la maladie d’Alzheimer en établissement ?

Plus de 622 000 places en EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ou USLD (Unité de Soins de Longue Durée) permettent une prise en charge globale d’Alzheimer.

La proportion de personnes hébergées atteintes de troubles cognitifs au moment de l’enquête (2015) est de 54 % en EHPAD et 71 % en USLD (soit 344 000 résidents).

Toutefois, la prise en charge d’Alzheimer hors d’un établissement de santé n’est pas toujours possible pour les personnes présentant des symptômes sévères de la maladie : 59 % des EHPAD mettent des limites à l’admission des patients contre seulement 40 % des USLD. La première raison évoquée pour refuser l’admission est la présence de troubles du comportement, suivie par : le risque de fugue, la nécessité de soins techniques très lourds et le stade sévère de la maladie.

Environ 66 % des EHPAD et USLD affirment que leur personnel a bénéficié d’une formation spécifique afin d’offrir une meilleure prise en charge d’Alzheimer.

En outre, 1 866 accueils de jour (près de 14 300 places) facilitent la prise en charge de la maladie d’Alzheimer à domicile. Des activités sociales ou à but thérapeutique et des animations y sont proposées. Par ailleurs, 83 % des accueils de jours bénéficient de la présence d’un psychologue.

Dépister les troubles cognitifs

Existe-t-il des dispositifs d’aide aux aidants familiaux des malades d’Alzheimer ?

Plus de 2 090 dispositifs proposent des actions de soutien aux aidants familiaux (réseau France Alzheimer, mais aussi des lieux d’information et des accueils de jour).

Considérées comme la grande priorité du plan Alzheimer 2008-2012, les premières actions de prise en charge des aidants de malades d’Alzheimer furent l’initiative de l’association France Alzheimer dès 1985 (481 antennes sur tout le territoire). S’y ajoutent des centaines d’autres dispositifs : accueil de jour, caisses de retraite, associations, plateformes de répit, etc.

La quasi-totalité des structures offrent une prise en charge aux aidants familiaux seuls, sans le malade d’Alzheimer :

  • réunion publique d’information sur la maladie,
  • soutien psychologique individuel,
  • entretien ou rencontre,
  • groupe de discussion pour les familles.

Enfin, une prise en charge d’Alzheimer s’adressant aux aidants et aux malades ensemble est proposée dans plus de la moitié des structures. L’objectif est de partager de bons moments, d’apporter un peu de légèreté au quotidien difficile du couple aidant/aidé. Ces activités comprennent :

  • des goûters, repas, fêtes,
  • des visites et entretiens à domicile,
  • des sorties et promenades.
L'avis des utilisateurs sur cet article
4.7/5 - 3 votes - Votre vote :

Articles connexes