Au sommaire

    Comparateur en ligne 100% gratuit

    Trouver une maison de retraite Alzheimer

    Partager :

    Cet article a été noté par 316 lecteurs

    Les premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer se manifestent par une multiplication des troubles de la mémoire. Pour autant, tout oubli n’est pas l’apanage de cette pathologie neurodégénérative : les personnes âgées souffrent fréquemment de perte de mémoire sans autre cause que les effets de l’âge. Dès lors, comment reconnaître les premiers signes réels ?

    Quels sont les symptômes de la maladie d’Alzheimer ?

    Les symptômes de la maladie d’Alzheimer sont nombreux et dépendent du stade de la pathologie. Ils s’expriment sur trois plans principaux : cognitif, comportemental et physique.

    Signes cognitifsSignes comportementauxSignes physiques
    • Déclin cognitif
    • Pertes de mémoire à court terme
    • Difficultés à accomplir les tâches courantes
    • Problèmes d’expression
    • Difficultés face aux notions abstraites
    • Apathie
    • Irritabilité
    • Euphorie
    • Dépression
    • Déambulation
    • Troubles du sommeil
    • Troubles de l’appétit
    • Désinhibition
    • Hallucinations
    • Agressivité
    • Comportement répétitif
    • Déclin des capacités de motricité fine
    • Tendance à faire la sieste
    • Apparence négligée

    Retrouvez dans cet article le détail de ces différentes manifestations de la maladie.

    Quels sont les symptômes cognitifs de la maladie d’Alzheimer ?

    Les symptômes de la maladie d’Alzheimer peuvent être d’ordre cognitif, c’est-à-dire toucher les facultés intellectuelles et mentales. Ils sont dus aux lésions cérébrales touchant le cerveau.

    • Pertes de mémoire : les troubles répétés de la mémoire sont le symptôme le plus révélateur de la maladie d’Alzheimer. Alors que la mémoire à long terme (souvenirs d’enfance…) est préservée, la mémoire épisodique (des faits récents) est rapidement touchée. Le malade oublie des rendez-vous, des noms de proches, ne termine pas ce qu’il fait et cherche des objets.
    • Difficultés à accomplir les tâches courantes : le malade a du mal à accomplir des actes du quotidien : cuisiner, écrire, mâcher… Ce symptôme de la maladie d’Alzheimer entraîne une perte d’autonomie progressive.
    • Problèmes d’expression et de langage : le patient « cherche ses mots » : il ne peut parler clairement, faire des phrases correctes… Il arrive au contraire que la personne se répète beaucoup. L’orthographe et l’écriture vont devenir de moins en moins compréhensibles. Le fonctionnement intellectuel, la logique et le raisonnement sont perturbés.
    • Désorientation dans l’espace et dans le temps : il n’est pas rare que les personnes souffrant d’Alzheimer se perdent dans leur propre quartier ou oublient en quelle année nous sommes.
    • Difficultés face aux notions abstraites : le malade dont les fonctions cognitives déclinent a du mal à accomplir des opérations abstraites, comme établir le solde de son compte-chèques.

    Il existe également un certain nombre de symptômes physiques de la maladie d’Alzheimer (déclin de la motricité fine, difficulté d’élocution…)

    Quels sont les symptômes comportementaux de la maladie d’Alzheimer ?

    Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer présentent aussi des symptômes affectifs, émotionnels et comportementaux.

    Sans raison, la personne atteinte de démence n’est plus la même : elle se renferme, s’isole et devient moins active. Des changements d’humeur peuvent apparaître. Parfois, elle fait preuve d’obsessions maladives et d’une méfiance exagérée envers son entourage.

    Les signes associés à ces symptômes de la maladie d’Alzheimer sont :

    • l’apathie (perte de la motivation),
    • l’irritabilité (accès de colère),
    • l’euphorie (joie déplacée),
    • la dépression (découragement, dévalorisation).

    Les principales manifestations des symptômes comportementaux de la maladie d’Alzheimer sont :

    • la déambulation : le malade marche sans but précis, il erre au point qu’on parle de risque de fugue.
    • les troubles du sommeil et de l’appétit : le malade souffre d’insomnie, se lève au milieu de la nuit et dort dans la journée. Il peut avoir des comportements de grignotage compulsif ou encore soudain changer de goût.
    • les hallucinations : il discute avec une personne imaginaire ou voit des animaux dans la pièce. Il s’agit toutefois plus souvent du symptôme d’un trouble apparenté à la maladie d’Alzheimer : la maladie à corps de Lewy.
    • la désinhibition : il peut crier dans la rue, voire se déshabiller en public.
    • l’agressivité : le malade refuse l’aide qu’on lui propose. Il s’y oppose par la parole, des gestes violents, un refus de s’alimenter ou encore de faire sa toilette et d’aller se coucher.
    LIRE AUSSI:  Maladie d'Alzheimer : définition, cause et traitement !
    Les principaux symptômes d'Alzheimer
    Les principaux symptômes d’Alzheimer

    Quand les symptômes de la maladie d’Alzheimer apparaissent-ils ?

    Actuellement incurable, la dégénérescence cérébrale associée à la maladie d’Alzheimer progresse le plus souvent vers la démence et la perte d’autonomie. L’évolution de cette pathologie est très lente et les premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer se déclarent en général vers 70 ans. Néanmoins, dans certains cas plus rares, la maladie d’Alzheimer peut se déclarer dès 40 ans ou à des âges plus précoces.

    En générale, l’apparition de chaque signe intervient des stades différents. Par exemple, les pertes de mémoire se manifestent plus tôt que les changements de personnalité.

    Souvent, la consultation médicale intervient tardivement, lorsque la vie quotidienne de la personne âgée est déjà fortement perturbée par les symptômes de la maladie d’Alzheimer et que la famille constate qu’elle a besoin d’aide au quotidien. Or, un diagnostic précoce est aujourd’hui essentiel pour freiner l’évolution de cette pathologie et mieux vivre le plus longtemps possible. La mise en place du traitement par le médecin et l’adaptation des médicaments devrait intervenir le plus tôt possible.

    La multiplication et la coexistence de différents signes cognitifs et comportementaux doivent inquiéter l’entourage. Même si la personne concernée ne se plaint pas, il peut s’agir de symptômes de la maladie d’Alzheimer. La connaissance de ces signes est importante pour la détection précoce de la maladie et une prise en charge rapide de la personne âgée.

    Infographie présentant les premiers signes et symptômes de la maladie d'Alzheimer

    Quels sont les premiers symptômes d’Alzheimer qui doivent alerter ?

    Les premiers symptômes d’Alzheimer sont en général les suivants :

    • pertes de mémoire, ayant un impact sur le quotidien de la personne ;
    • difficulté à effectuer des activités de la vie courante ;
    • problèmes de langage ;
    • désorientation spatio-temporelle;
    • jugement réduit ;
    • mauvaise appréhension des notions abstraites ;
    • tendance à perdre des objets ou à les placer à un endroit inhabituel ;
    • sautes d’humeur et changements du comportement ;
    • modification de la personnalité ;
    • appréhension réduite des images visuelles et relations spatiales ;
    • perte d’intérêt et retrait des activités sociales.

    (Source : Société Alzheimer Canada) 

    Les signes annonciateurs de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées peuvent néanmoins changer d’une personne à une autre.

    Les différents symptômes n’arrivent pas tous au même stade de la maladie d’Alzheimer. Certains n’interviendront qu’après une évolution de plusieurs années, à un stade dit sévère (notamment la désinhibition et les hallucinations).

    Les premiers symptômes sont souvent les plus difficiles à distinguer des simples effets du vieillissement et il est important d’apprendre à reconnaître les signes précurseurs, sans s’alarmer trop vite.

    Comment évoluent les symptômes d’Alzheimer avec l’atteinte du cerveau ?

    Les symptômes de la maladie d’Alzheimer évoluent au fil du temps, en fonction de l’atteinte croissante du cerveau. Les lésions des diverses zones cérébrales sont les causes de différents signes dont l’apparition est progressive.

    Hippocampe et perte de mémoire

    Les pertes de mémoire à court terme sont l’un des premiers symptômes, en raison de l’atrophie hippocampique. En effet, l’hippocampe est l’une des premières zones touchées par la maladie. Le patient aura des difficultés à se souvenir ce qu’il a fait il y a quelques heures ou jours. En revanche, il se rappellera de choses plus anciennes.

    L’amygdale (jouant un rôle dans la gestion des émotions) est affectée plus tard que l’hippocampe. Le patient se souviendra donc souvent de l’aspect émotionnel de certaines choses, alors qu’il aura oublié les faits. Il aura tendance à réagir en fonction de ce qu’il pense d’un lieu ou d’une personne, au détriment de la logique.

    Cortex et mémoire à long terme

    Avec la progression de la maladie dans le cerveau, d’autres zones et lobes sont atteints. Le cortex s’amincit et les souvenirs anciens disparaissent. Le cerveau rétrécit progressivement.

    Les lésions de l’hémisphère gauche entraînent des troubles de la mémoire sémantique et du langage. Le malade a du mal à trouver le bon mot.

    Les lobes temporaux et la reconnaissance des visages

    Lorsque le système visuel des lobes temporaux est touché, le patient a plus de mal à reconnaître les visages et objets familiers. Il semble avoir oublié ses proches, pourtant il peut les reconnaître à leur voix.

    LIRE AUSSI:  Les aides au logement pour les personnes âgées en 10 questions

    Les lobes pariétaux et les déplacements

    En cas de lésion du lobe pariétal droit, l’estimation des distances et la navigation dans un environnement tridimensionnel sont affectées. Le malade a du mal à emprunter des escaliers, par exemple.

    Les lobes frontaux et les tâches complexes

    Lorsque la maladie se propage aux lobes frontaux, la personne a plus de mal à prendre des décisions, planifier ou organiser (par exemple les finances familiales). Elle aura de plus en plus de difficultés à accomplir des tâches plus complexes comportant une séquence d’étapes (suivre une nouvelle recette, etc.)

    (Source : Société Alzheimer du Royaume-Uni)

    Quels sont les symptômes de l’atrophie corticale postérieure (APC) ?

    Il existe des formes plus rares de la maladie d’Alzheimer dans laquelle les premières parties du cerveau touchées ne sont pas nécessairement l’hippocampe et ses environs. Par conséquent, les problèmes de mémoire ne sont pas toujours les premiers symptômes.

    Dans une forme atypique d’Alzheimer, l’atrophie corticale postérieure (APC), les lésions sont observées en premier lieu dans les lobes occipitaux et certaines parties des lobes pariétaux. Ces derniers sont responsables du traitement des informations visuelles et de la conscience spatiale.

    Par conséquent, les premiers symptômes de l’atrophie corticale postérieure sont souvent :

    • des difficultés à identifier des objets (bien que les yeux soient sains),
    • des problèmes de lecture,
    • une difficulté à évaluer les distances en descendant les escaliers ou en stationnant la voiture,
    • un manque de coordination, par exemple en s’habillant.

    Quels sont les signes de fin de vie chez une personne atteinte d’Alzheimer ?

    Les signes de fin de vie chez une personne Alzheimer à un stade avancé de la maladie incluent :

    • un discours limité à des mots très simples ou à des phrases n’ayant souvent aucun sens ;
    • une compréhension limitée de ce que vous lui dites ;
    • un besoin d’aide dans la quasi-totalité des activités quotidiennes ;
    • une prise alimentaire réduite et des difficultés à avaler ;
    • une incontinence fécale et urinaire ;
    • une incapacité à marcher ou à se tenir debout ;
    • des difficultés à s’asseoir ;
    • la nécessité de rester alité et probablement des escarres ;
    • une augmentation du rythme de la détérioration de son état de santé ;
    • des infections récurrentes.

    Si vous constatez plusieurs de ces signes, consultez un professionnel de santé pour envisager la mise en place de soins palliatifs. Ces derniers visent à soulager votre proche des souffrances inhérentes aux difficultés liées à la fin de vie. Ils se développe de mie

    Il est important de savoir quand une personne atteinte de démence est au dernier stade de la maladie d’Alzheimer pour adapter sa prise en charge. Cependant, il peut être difficile de reconnaître les signes de fin de vie après avoir vu la personne perdre progressivement ses facultés.

    Cette incertitude risque d’avoir un impact important sur la façon dont votre proche se sent, mais aussi sur votre propre expérience. Savoir permet d’agir pour aider son proche, mais aussi de se préparer à la séparation.

    Sophie, Conseillère Cap Retraite

    Trouver un EHPAD Alzheimer près de chez vous n’a jamais été aussi facile!

    SERVICE GRATUIT & SANS ENGAGEMENT

    Déterminez vos critères

    SERVICE GRATUIT & SANS ENGAGEMENT

    Question fréquente

    La perte de la marche est-elle un symptôme de la maladie d’Alzheimer ?

    La maladie d’Alzheimer est connue principalement pour ses impacts sur la mémoire et les fonctions cognitives. Cependant, dans ses stades avancés, elle peut également affecter les capacités motrices, y compris la marche. Cette détérioration se manifeste généralement après plusieurs années d’évolution de la maladie.

    Les personnes atteintes peuvent éprouver des difficultés à coordonner leurs mouvements, perdre l’équilibre ou avoir une démarche hésitante. Ces troubles de la motricité sont causés par la progression de la maladie dans les parties du cerveau qui régulent les mouvements.

    Il est important de surveiller ces changements, car ils augmentent le risque de chutes et peuvent nécessiter des adaptations dans les soins et l’environnement de vie de la personne atteinte. Une évaluation médicale régulière est essentielle pour adapter le plan de soins et garantir la sécurité du patient.

    Cet article vous a-t-il été utile ?

    Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

    Avatar auteur, Yaël A.
    Yaël A.,Rédactrice chez Cap Retraite

    Commentaires (8)

    Réagissez, posez une question…

    1. Marc Ferrié

      Bonjour,
      J’ai rempli votre questionnaire et je n’ai pas reçu le code pour avoir les résultats des solutions d’hébergement Alzheimer proche se ma commune et dan la commune de ma mère âgée. Je vous propose de bien vouloir m’adresser la liste de ces établissements à une date certaine , temporaire ou permanente mais à terme.

      Répondre
      1. Amandine

        Bonjour

        Je vous remercie pour votre commentaire.
        Il est préférable de nous contacter au 01 86 65 82 00 afin de vous communiquer des informations précises sur votre recherche.
        Bonne journée.
        Amandine

        Répondre
    2. Sophie Das Neves

      J’ai 46 ans depuis quelques temps des énormes trou de mémoire.aucun repers des distances.et ça met arriver de chercher mon compagnon qui n’était pas rentré et être persuadé qu’il était là et être tombé mais je ne sais pas comment.je commence à oublié plein de petites choses.

      Répondre
      1. Amandine

        Bonjour

        Je vous remercie pour votre commentaire.
        Des problèmes de mémoire, de repères spatiaux et des épisodes de confusion nécessitent une évaluation médicale approfondie pour exclure des problèmes de santé sous-jacents ; Il est preferable de consulter rapidement un professionnel de la santé.
        Bonne fin de journée.
        Amandine

        Répondre
    Voir plus de commentaires