La dysphagie, ou trouble de la déglutition, est un problème de santé fréquent chez les personnes âgées qui peut rendre la simple action de manger et de boire difficile et potentiellement dangereuse. Si votre proche avale souvent de travers, il est nécessaire de savoir ce qu’est la dysphagie, ses causes, les risques associés et les solutions pour l’aider au quotidien. Nous vous proposons un tour d’horizon des principales informations à connaître sur ce sujet et des conseils pour accompagner un senior souffrant de dysphagie.

Qu’est-ce que la dysphagie et quelles en sont les causes ?

La dysphagie se caractérise par une difficulté à avaler les aliments solides et/ou liquides. Ce trouble peut être dû à plusieurs facteurs, qui peuvent se regrouper en deux grandes catégories :

  • Les causes mécaniques : elles sont liées à une obstruction ou une modification de la structure du tube digestif, comme un rétrécissement de l’œsophage, une tumeur ou une inflammation.
  • Les causes neurologiques : elles résultent d’un dysfonctionnement des nerfs et des muscles impliqués dans le processus de déglutition, par exemple à la suite d’un accident vasculaire cérébral (AVC), d’une maladie neurodégénérative (Parkinson, sclérose en plaques) ou d’un traumatisme crânien.
senior atteint de parkinson et souffrant de dysphagie

Les personnes âgées sont particulièrement touchées par la dysphagie, notamment en raison du vieillissement naturel des muscles et des nerfs, mais aussi à cause de la prévalence plus élevée des maladies neurodégénératives et des AVC dans cette population.

Les risques associés à la dysphagie chez les seniors

La dysphagie peut engendrer plusieurs complications, dont certaines peuvent être graves voire mortelles :

  • Fausse route : l’aliment ou le liquide ingéré pénètre dans les voies respiratoires au lieu de l’œsophage, provoquant une toux, des difficultés respiratoires ou un étouffement.
  • Infections pulmonaires : les fausses routes répétées peuvent entraîner des infections pulmonaires, comme une pneumonie par aspiration, qui peut être potentiellement mortelle si elle n’est pas traitée à temps.
  • Dénutrition : les difficultés à manger et à boire peuvent conduire à une diminution des apports nutritionnels et à un risque accru de dénutrition chez les seniors.
  • Déshydratation : la dysphagie peut entraîner une diminution de la consommation d’eau et donc un risque de déshydratation.
  • Altération de la qualité de vie : enfin, la dysphagie peut avoir un impact négatif sur la qualité de vie des personnes âgées, en provoquant de l’anxiété, de la frustration et un isolement social.

Comment repérer la dysphagie chez un proche senior ?

Il est important d’être attentif aux signes et aux symptômes qui peuvent indiquer la présence d’une dysphagie chez un proche âgé. Voici quelques manifestations possibles :

  • Toux ou étouffement lors de la prise d’aliments ou de boissons
  • Difficulté à mastiquer ou à avaler
  • Présence de salive ou de restes d’aliments dans la bouche après le repas
  • Voix enrouée ou changement de la qualité de la voix
  • Diminution de l’appétit et de la consommation d’aliments et de liquides
  • Perte de poids inexpliquée
  • Fièvre ou infections pulmonaires à répétition
senior en proie à de la toux et à un risque d'étouffement

Si vous constatez un ou plusieurs de ces signes chez votre proche, il est important de consulter un médecin pour poser un diagnostic et mettre en place un plan de prise en charge adapté.

Comment prendre soin d’un senior souffrant de dysphagie ?

Si votre proche est atteint de dysphagie, voici quelques conseils pour l’aider au quotidien :

  • Adapter l’alimentation : selon le degré de sévérité de la dysphagie, il peut être nécessaire de modifier la texture des aliments pour faciliter leur déglutition. Par exemple, vous pouvez proposer des aliments mixés, hachés ou mous, ou encore épaissir les liquides avec des épaississants spécifiques disponibles en pharmacie.
  • Adapter les conditions de repas : veillez à ce que votre proche soit dans une position confortable et droite lors des repas, et prenez le temps nécessaire pour manger. Encouragez-le à bien mastiquer et à avaler lentement.
  • Surveiller l’hydratation : assurez-vous que votre proche boive suffisamment d’eau tout au long de la journée, en adaptant si nécessaire la texture des liquides.
  • Consulter des professionnels de santé : en plus du médecin traitant, il peut être utile de consulter un orthophoniste pour des conseils personnalisés et un suivi régulier de la déglutition, ainsi qu’un nutritionniste pour adapter l’alimentation et prévenir les risques de dénutrition.
  • Prévenir les infections pulmonaires : si votre proche présente des fausses routes à répétition, parlez-en à son médecin qui pourra envisager des solutions pour limiter les risques d’infections pulmonaires.

Enfin, n’oubliez pas que la dysphagie peut être source de stress, de frustration et d’isolement pour votre proche. Il est donc essentiel de l’accompagner avec bienveillance, de l’encourager et de favoriser les moments de partage autour des repas. N’hésitez pas à lui proposer des plats appétissants et variés, en tenant compte de ses préférences et de ses besoins nutritionnels.

Quelques astuces supplémentaires pour faciliter la prise en charge de la dysphagie

En complément des conseils précédents, voici quelques astuces qui peuvent faciliter la prise en charge de la dysphagie chez un senior :

  • Utilisez des ustensiles adaptés, comme des couverts ergonomiques, des verres à bec verseur ou des assiettes à rebord, pour faciliter la prise des aliments et réduire les risques de fausse route.
  • Proposez des repas fractionnés en plusieurs petites portions tout au long de la journée, pour éviter la fatigue et la satiété trop rapide.
  • Alternez les textures et les saveurs pour stimuler l’appétit et l’intérêt pour les aliments.
  • Essayez différentes techniques pour faciliter la déglutition, comme la méthode dite « du chin tuck » (baisser le menton vers la poitrine lors de l’ingestion) ou la technique de la double déglutition (avaler deux fois de suite pour s’assurer que l’aliment est bien passé).
  • En cas de dysphagie sévère et persistante, évoquez avec le médecin la possibilité d’avoir recours à une aide technique, comme une sonde de nutrition entérale, pour assurer les apports nutritionnels et l’hydratation de votre proche.

La prise en charge de la dysphagie chez un senior est avant tout une question d’adaptation et de collaboration entre le patient, les proches aidants et les professionnels de santé. En prenant en compte les besoins et les capacités de votre proche, et en mettant en place des stratégies adaptées, vous pourrez l’aider à mieux vivre avec ce trouble et à préserver sa qualité de vie au quotidien.

Note de l’article (43 votes)

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

Commentaires (2)

Réagissez, posez une question…

  1. Christine Langevin

    Article bien construit
    A rajouter pour faciliter le réflexe de deglutition de boire de l eau gazeuse fraiche

    Répondre
    1. Amandine

      Bonjour Madame,

      Je vous remercie pour votre commentaire.

      Pour faciliter le réflexe de déglutition et encourager la consommation d’eau gazeuse fraîche, il serait bénéfique de consulter un professionnel de la santé, tel qu’un orthophoniste. Ils peuvent fournir des conseils personnalisés et des exercices pour améliorer la déglutition de manière sûre et efficace.

      Bonne journée,

      Amandine

      Répondre

Les derniers articles

Articles les plus recherchés

Nos dossiers sur ce thème

La santé du Grand-âge

L'accroissement de la longévité s'accompagne de la multiplication de pathologies propres aux personnes âgées. Nous abordons dans ce dossier intitulé "la santé au grand âge"…

En savoir plus

Face à la maladie d'Alzheimer

Nous avons consacré un dossier spécifique à la maladie d’Alzheimer, pour appréhender à sa mesure ce véritable fléau, qui touche en France 800 000 personnes,…

En savoir plus

Face à la maladie de Parkinson

Affection dégénérative du cerveau la plus courante après Alzheimer, la maladie de Parkinson touche plus de 2 % de la population française de plus de…

En savoir plus