Les accidents domestiques et les personnes âgées

Les personnes âgées craignent souvent les agressions physiques, pourtant la principale source de blessures subies par les aînés se trouve dans leur environnement le plus proche. Les accidents domestiques chez les personnes âgées représentent en effet un risque bien plus réel que les agressions physiques ou les accidents de la route.

Les accidents domestiques et les personnes âgées

L’incidence des accidents domestiques chez les personnes âgées

Chaque année, les accidents de la vie courante coûtent la vie à près de 15 000 personnes âgées de 65 ans et plus. Une étude de l’Institut national d’études démographiques (INED), publiée en 2010, témoigne que les accidents domestiques des personnes âgées sont beaucoup plus fréquents que les autres formes d’accidents et agressions.

Cette étude sur les agressions corporelles et accidents domestiques dont sont victimes les personnes âgées de 65 ans et plus a examiné l’incidence de quatre types de violence :

  • accidents de la vie courante,
  • accidents de la route,
  • agressions physiques,
  • suicide.

L’auteur de l’étude, Xavier Thierry, a découvert que si elles craignent tout particulièrement les agressions physiques, ce sont plutôt des accidents domestiques qui devraient inquiéter les personnes âgées.

Les accidents de la vie courante constituent 80 % des violences et accidents subis par les personnes âgées. Les accidents domestiques devancent ainsi largement les accidents de la circulation, les agressions physiques et les tentatives de suicide.

Rappelons que chez les personnes âgées, les accidents domestiques sont la première cause de mort violente. C’est dire l’importance de la prévention.

Les chutes : des accidents domestiques trop fréquents chez les personnes âgées

Les accidents de la vie courante touchent 6 % des personnes âgées de plus de 65 ans chaque année. Les accidents domestiques sont toutefois moins fréquents chez les seniors que chez les plus jeunes : 15 % des enfants en sont victimes chaque année.

Les accidents domestiques des personnes âgées peuvent survenir au domicile et au jardin. Ils comprennent les :

  • chutes,
  • suffocations,
  • noyades,
  • intoxications,
  • décès par le feu.

En fait, les trois quarts des accidents domestiques des personnes âgées sont dus à une chute qui se produit à domicile ou à proximité. 15 % de ces chutes surviennent sur la voie publique.

Les accidents domestiques des personnes âgées ne sont pas systématiquement liés à leurs activités, mais plutôt :

  • aux effets du vieillissement (fragilité physique, audition et vision défaillantes…)
  • à l’habitation inadaptée à la perte d’autonomie,
  • à l’isolement,
  • à la dénutrition,
  • à la consommation de médicaments, etc.

Les conséquences des accidents domestiques sont plus graves chez les personnes âgées que chez les jeunes. Les blessures sont souvent plus sérieuses du fait de la fragilité due à l’âge et les risques de décès après un accident augmentent avec l’âge. Le passage par l’adaptation du logement de la personne âgée peut ainsi s’avérer très utile, voir obligatoire, pour une meilleure protection contre les accidents. Pour recevoir des conseils sur l’aménagement du domicile, il est possible de s’adresser au PACT ARIM de votre secteur de résidence.

Les agressions physiques vs accidents domestiques des personnes âgées

Les agressions physiques comprennent les suicides et les agressions par une tierce personne. Seulement 1 % des cas de violences corporelles subies par les personnes âgées sont des tentatives de suicide. S’il est important de prévenir le suicide des aînés, il reste beaucoup moins fréquent que les accidents domestiques des personnes âgées.

En outre, moins de 9 % des personnes de plus de 60 ans ont été victimes d’agressions physiques ou d’atteinte personnelle (vol, insultes, menaces) au cours des deux années précédant une enquête de l’Insee et de l’ONDRP (octobre 2014). Malgré ces chiffres relativement faibles par rapport au taux d’accidents domestiques, chez les personnes âgées le sentiment d’insécurité demeure élevé : 22 % des femmes de plus de 60 % et 12 % des hommes affirment éprouver de l’insécurité chez eux.

L'avis des utilisateurs sur cet article
4.8/5 - 4 votes - Votre vote :

Articles connexes