L’alimentation en maison de retraite

L’alimentation des résidents est un réel défi pour les maisons de retraite. Les chefs cuisiniers doivent non seulement satisfaire les goûts et les habitudes de chacun, mais aussi adapter les menus et leurs textures aux handicaps des personnes dépendantes.

L’alimentation en maison de retraite

Quel est le rôle de l'alimentation en maison de retraite ?

L’alimentation est un élément primordial du projet d’établissement en maison de retraite. Bien manger pour bien vieillir est en effet le principe de référence lorsqu’il est question de l’alimentation des résidents en maison de retraite et de leur qualité de vie.

La dénutrition touche près de 40 % des résidents de maisons de retraite. C’est dire l’importance de l’alimentation en Ehpad et la nécessité d’abandonner les régimes restrictifs qui n’ont pas leur place chez les seniors de plus de 70 ans.

Les maisons de retraite favorisent aujourd’hui une alimentation variée. En effet, pour un bon apport nutritionnel, il est nécessaire que tous les groupes d’aliments soient représentés :

  • les produits laitiers : grâce à leurs apports en calcium, ils permettent de réduire la fragilité osseuse, et donc les fractures du col du fémur, en cas de chute ;
  • les protéines, contenues principalement dans la viande, les œufs et le poisson : elles sont essentielles au maintien d’une masse musculaire convenable, garante du tonus de l’individu ;
  • les acides gras : intégrés en quantité suffisante dans l’alimentation des résidents de maison de retraite, ils permettent de préserver les fonctions cognitives. On les trouve surtout dans les huiles et les mets riches en oméga 3.

Quels sont les causes et les risques de malnutrition des seniors ?

Lorsque l’alimentation des résidents de maison de retraite n’est pas satisfaisante, des troubles très dommageables pour leur santé risquent d’apparaître.

Un apport calorique trop faible peut entraîner une fatigue ou des vertiges, engendrant de réels risques de chute pour les personnes âgées. En outre, des repas déséquilibrés ou trop gras favoriseront de manière notable le diabète et le cholestérol. La fréquence des maladies rénales est aussi bien plus élevée chez les sujets déshydratés.

Pourtant, il existe des solutions pour prévenir la dénutrition de la personne âgée et favoriser l’alimentation en maison de retraite :

  • les services de restauration et les chefs cuisiniers d’Ehpad suivent des formations spécifiques sur tous les aspects de l’alimentation en maison de retraite (équilibre alimentaire, textures modifiées…) ;
  • les soins dentaires peuvent améliorer la mastication et permettent aux résidents de diversifier leurs apports alimentaires  par davantage de fruits frais, de viande et de pain.

Comment l'environnement favorise-t-il une bonne alimentation en maison de retraite ?

Souvent, l’alimentation n’est plus le souci prioritaire des résidents en maison de retraite. Afin de leur donner l’envie de se nourrir malgré un plaisir gustatif diminué, les établissements doivent mettre l’accent sur le cadre qui entoure le repas :

  • Une belle table : il est évident qu’il est bien plus agréable de s’attabler si la nappe et le service de vaisselle sont plaisants. Même dans le cas où le résident est alité et reçoit son menu en chambre, ces petits détails risquent de faire la différence.
  • L’ergonomie au service de l’alimentation en maison de retraite : lorsque la dextérité devient défaillante, il serait souhaitable que des couverts ergonomiques facilitant l’alimentation soient proposés aux résidents de la maison de retraite, pour leur permettre de se nourrir sans aide extérieure, évitant ainsi de sombrer dans une dépendance plus lourde.
  • Boire, même sans soif : si la sensation de soif diminue avec l’âge, il est pourtant primordial de veiller à ce que la personne âgée consomme au moins un litre d’eau par jour pour prévenir la déshydratation.
  • La créativité pour favoriser l’alimentation : les employés de cuisine de la maison de retraite ont également un rôle important à jouer dans l’alimentation en Ehpad. Tout leur talent est mis à contribution pour présenter des menus appétissants, y compris pour les plats à texture modifiée consommés par les résidents atteints de troubles de la déglutition ou de la mastication.
L'avis des utilisateurs sur cet article
4.8/5 - 4 votes - Votre vote :

Articles connexes