Faut-il supprimer les maisons de retraite ?
Maisons de retraite

Publié le 15/05/2007 . Mis à jour le 03/05/2016

Publié le 15 Mai. 2007 . Mis à jour le 3 Mai. 2016

L’enquête TNS Sofres sur ‘Les Français et le Grand Age’ fait les gros titres de la presse cette semaine. Entre les Français et les maisons de retraite, c’est semble-t-il le désamour. 49% des Français avouent avoir une ‘mauvaise opinion’ des maisons de retraite. Alors, faut-il supprimer cette institution ? Les Français et les maisons de retraite : un net désamour Près de la moitié des Français considèrent plutôt négativement les maisons de retraite. Il s’agit d’une nette dégradation de l’image de cette institution, enregistrée par le quatrième baromètre TNS-SOFRES sur ‘Les Français et le Grand Age’. Les Français estiment que les maisons de retraite coûtent cher (96%), n’offrent pas assez de place (86%) et de plus, 32% sont plutôt d’avis qu’on y maltraiterait souvent les personnes âgées. Malgré des établissements toujours plus accueillants Pourtant, les maisons de retraite ont énormément évoluées depuis vingt ans, et surtout au cours des toutes dernières années. La loi de 2002 est venue entériner les droits fondamentaux des résidents, de même qu’elle a instauré l’emploi d’outils nouveaux pour permettre l’application de ces droits : le livret d’accueil, le contrat de séjour, la charte des droits et des libertés de la personne, le conseil de la vie sociale, le projet d’établissement et le recours à une personne qualifiée en cas de litige. La climatisation a fait son apparition en masse, les salles à manger sont de plus en plus agréables et 700 millions d’euros ont été débloqués par le gouvernement dans le cadre du Plan Solidarité Grand Age pour la rénovation des établissements d’hébergement des personnes âgées. Une question de générations ? Claude Evin, ancien ministre de la Santé et président de la Fédération Hospitalière de France (FHF), commanditaire du baromètre TNS-SOFRES, estime que les médias sont en partie responsables, en parlant quasi-exclusivement négativement des maisons de retraite. Selon Jérome Pellissier, chercheur en gérontologie et auteur de « La guerre des Ages » (Armand Collin), cité par Le Parisien (édition du 13 mai), « il y a un effet de génération ». Les gens de plus de 50 ans, qui ont connu les hospices avec salles collectives d’il y a trente ans se rendent bien compte des progrès réalisés avec, aujourd’hui, des chambres individuelles ou à deux, disposant de salles de bains privatives. Ce sont surtout les 25-49 ans, moins concernés, qui expriment la plus grande aversion pour les maisons de retraite, souvent sans en connaître vraiment la réalité. Quand à la maltraitance, elle est de plus médiatisée alors que, dans les faits, elle est de plus en plus rare dans les maisons de retraite. Alors, devrait-on supprimer les maisons de retraite ? Depuis quelques années, les  pouvoirs publics ne jurent plus que par le ‘maintien à domicile’. C’est la solution choisie par les gouvernements successifs et, comme telle, largement préconisée à tous les niveaux. Rien d’étonnant alors que la solution ‘maison de retraite’ apparaisse comme un repoussoir pour une majorité de Français. Puisqu’il en est ainsi, devrait-on supprimer les maisons de retraite ? Cantonner les personnes âgées à leur domicile, quel que soit leur degré d’autonomie, leur pathologie, leur isolement ou l’éloignement de leur famille proche ? A en croire l’opinion des sondés, ce serait logique, puisque selon l’enquête, « 84% des personnes âgées ne souhaitent pas aller en maison de retraite. » Pour le coup, cet avis est d’autant plus paradoxal que « 86% des Français estiment qu’il n’y a pas suffisamment de place en maisons de retraite »… Ce que les Français redoutent, c’est la détresse du Grand Age A lire les résultats du baromètre TNS-SOFRES entre les lignes, on décèle les craintes du public envers la vieillesse et ses maux. Les Français redoutent les situations de dépendance, ce qui se traduit par la mauvaise image de l’institution qui en est le pendant obligatoire. Car, rien n’y fera, une personne âgée seule et lourdement dépendante, ne pourra rester autonome à son domicile. Elle devra nécessairement, pour son bien et celui de son entourage, trouver une place en maison de retraite. C’est pourquoi il faut continuer à en développer le niveau de qualité, poursuivre les efforts pour augmenter les places disponibles et tout faire pour donner à nos aînés le meilleur environnement possible.
L'avis des utilisateurs sur cet article
3.3/5 - 6 votes - Votre vote :

Articles connexes