Les maisons de retraite font leur cirque !
Maisons de retraite

Publié le 08/08/2008 . Mis à jour le 26/10/2017

Publié le 8 Août. 2008 . Mis à jour le 26 Oct. 2017

cirque.jpgOn connaissait les ateliers sensoriels, la musicothérapie, la danse, la peinture… C’est maintenant au tour des ateliers de géria-cirque d'animer les maisons de retraite... Au Québec, deux artistes du Cirque du Soleil ont créé une école de cirque, l’école Alzado, avec des ateliers destinés aux résidents de maisons de retraite. Explications. Travailler son équilibre en maison de retraite Avec l'aide d'une kinésiologue de l'Université de Sherbrooke, Vicky Lebrun, Eric Barsalou et son partenaire Maxime Brunelle, cirque-equilibre.jpgont élaboré un programme d'exercices comportant le maximum de mouvements pour faire travailler tous les muscles du corps, et ce, en toute sécurité. «On travaille beaucoup sur l'amplitude de mouvements, sur l'équilibre et la coordination», affirment-ils. Développer ses capacités en maison de retraite Bien qu'ils créent une routine de base commune à tout le monde, ils adaptent leurs exercices en fonction de ce que chaque personne est capable de lui donner. «Le premier cours sert à évaluer les aptitudes physiques et cognitives de chacun. Après, je m'adapte pour essayer de développer avec eux ce qui leur reste de capacités», explique l’un des deux artistes. Ces ateliers sont destinés surtout à des gens souffrant d'Alzheimer, mais aussi à des personnes en perte d'autonomie ou aux prises avec des problèmes cognitifs. Là, il ne s’agit plus de distraire, mais bien de rééduquer et d’utiliser des moyens ludiques pour parvenir à des résultats plutôt surprenants. Le succès des ateliers de géria-cirque en maisons de retraite Un homme de 84 ans qui pouvait à peine marcher parvient à se tenir en équilibre sur une rolla bolla (une planche sur un rouleau). Une sexagénaire souffrant de Parkinson réussit à garder une assiette chinoise tournante en équilibre sur une baguette. Des vieillards souffrant d'Alzheimer peuvent se rappeler des mouvements appris il y a une semaine ou deux… Mais le cirque ne fait pas qu'aider du point de vue physiologique. Il apporte également beaucoup au niveau de l'estime de soi. «C'est dur pour ces personnes-là de se voir en perte d'autonomie. Quand ils réussissent quelque chose avec moi, ils se rendent compte qu'ils sont encore capables de faire des trucs que même des jeunes ne sont pas capables et ça les valorise beaucoup.» D'ailleurs, afin de montrer leurs progrès, un petit spectacle est organisé à la fin des huit semaines devant familles et amis… Une expérience qu’il serait bon d’expatrier dans l’hexagone.
L'avis des utilisateurs sur cet article
3.3/5 - 3 votes - Votre vote :

Articles connexes