Journée Alzheimer : une occasion d’en savoir plus sur une maladie redoutée
Le 20/09/2018 - Maladie d'Alzheimer

La Journée mondiale de lutte contre la maladie d’Alzheimer aura lieu le 21 septembre. De nombreuses manifestations sont organisées dans toute la France pour sensibiliser et informer le public, mais aussi pour soutenir les patients et leurs aidants. Une enquête de France Alzheimer révèle d’ailleurs que pour les Français, il n’y a pas de « mythe d’Alzheimer », mais une maladie à part entière, devant être combattue et traitée comme telle.

Journée Alzheimer : une occasion d’en savoir plus sur une maladie redoutée

Un Village Alzheimer à Paris, pour s’informer

Chaque année, la Journée mondiale de lutte contre la maladie d’Alzheimer est marquée dans le monde entier pour sensibiliser le grand public à une pathologie neurodégénérative qui atteint près de 36 millions de personnes, dont 900 000 rien qu’en France.

Les associations départementales du réseau France Alzheimer organisent quelque 300 actions et événements divers sur l’ensemble du territoire français :

  • conférences,
  • projections de films (notamment La Finale, avec Thierry Lhermitte),
  • témoignages,
  • marches,
  • pièces de théâtre.

L’événement le plus marquant sera probablement le 6e Village Alzheimer, où des professionnels répondront aux questions du public sur un espace de 600 m², vendredi 21 septembre au dimanche 23 septembre, Place de la Bataille-de-Stalingrad, à Paris. Au programme du Village Alzheimer : des ateliers, des conférences et des animations ludiques, qui permettront de cerner la maladie d’Alzheimer sous tous les angles.

Pédalons pour Alzheimer

L’association France Alzheimer organise également, pour la deuxième fois, l’opération « Pédalons pour Alzheimer », un parcours de 19 km dans la capitale. Le but : exprimer sa solidarité avec les malades et leurs familles.

Pour permettre à tous de participer à cet événement qui se veut convivial, l’opération aura lieu dimanche 23 septembre, avec un départ à 11 h de la Place de l’hôte de ville à Paris (4e arrondissement).

Enquête : une maladie mieux connue, qui fait toujours aussi peur

Quelque 6 millions de Français adultes (soit un sur dix) affirment avoir souvent des problèmes de mémoire. Pour un cinquième des personnes âgées de 60 ans et plus, les troubles de la mémoire sont un phénomène assez/très fréquent. C’est ce qui ressort d’une enquête effectuée à l’occasion de la Journée mondiale Alzheimer, pour la Société française de neurologie (SFN), la Fondation pour la recherche sur Alzheimer (FRA) et France-Alzheimer, portant sur le Regard des Français sur les troubles de la mémoire et la maladie d’Alzheimer.

Si les Français mettent ces troubles sur le compte de la fatigue et du manque d’attention, près de 20 % d’entre eux (représentant quelque 9 millions de personnes) reconnaissent avoir déjà craint que leurs pertes de mémoire soient liées à la maladie d’Alzheimer.

Grâce aux actions de sensibilisation, mais aussi en raison de la présence de malades dans leur entourage (pour un quart des Français et un tiers des seniors), la maladie d’Alzheimer est aujourd’hui mieux connue du grand public.

Plus de neuf Français sur dix savent notamment que la maladie d’Alzheimer entraîne une perte d’autonomie. Une même proportion des personnes interrogées comprend que cette pathologie est aujourd’hui incurable.

Le déremboursement des médicaments mal accepté

Les deux tiers des Français pensent que les symptômes de la maladie d’Alzheimer peuvent être atténués grâce à des traitements médicamenteux.

La décision de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, de cesser de rembourser (depuis le 1er août 2018) quatre médicaments dont l’efficacité est jugée par la Haute Autorité de santé (HAS) trop faible au regard des effets indésirables importants, n’est pas appréciée par les Français. En effet, 80 % des personnes interrogées ont exprimé leur opposition au déremboursement des médicaments traitant la maladie d’Alzheimer.

Neuf Français sur dix estiment du reste que la maladie d’Alzheimer est une véritable pathologie et non un effet « normal » du vieillissement du cerveau, comme l’affirment encore parfois diverses études.

L'avis des utilisateurs sur cet article
4/5 - 1 votes - Votre vote :

Articles connexes