Comment choisir une assurance dépendance pour payer sa maison de retraite
Le 23/05/2018 - Vos droits

D’ici 2040, quelque 2 millions de personnes seront concernées par la perte d’autonomie. L’idée d’une deuxième journée de solidarité est certes évoquée pour contribuer au financement de la dépendance des personnes âgées. Néanmoins, de nombreux Français préfèrent prendre leurs précautions et se tournent vers un financement privé, à l’aide d’une assurance-dépendance. Que faut-il vérifier avant de contracter une telle assurance pour être sûr d’être bien accompagné au grand-âge ?

Comment choisir une assurance dépendance pour payer sa maison de retraite

L’assurance-dépendance, une solution au financement de la perte d’autonomie ?

La journée de solidarité du lundi de Pentecôte ne cesse de faire couler de l’encre. Ce jour férié, au cours duquel de nombreux Français travaillent sans être payés, rapporte près de 2,5 milliards d’euros par an, d’après la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA). Le but : financer la prise en charge des personnes âgées dépendantes et des personnes handicapées. Dans les faits, 60 % des gains vont aux seniors en perte d’autonomie, par le biais de l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA) et de dotations aux Ehpad et services médico-sociaux.

La France compte aujourd’hui environ 1,2 million de personnes dépendantes. D’ici 2040, leur nombre devrait atteindre 2 millions. Le coût de la prise en charge de la dépendance ne fera donc qu’augmenter dans les années à venir. Pour faire face, le gouvernement évoque la création d’une deuxième journée solidarité, qui viendrait se greffer sur l’un des onze jours fériés du calendrier français.

Mais, l’idée ne fait pas l’unanimité… Un sondage de l’institut Opinionway révèle en effet que près de 7 Français sur dix s’y opposent.

En attendant, le coût de la dépendance retombe largement sur les principaux intéressés : les personnes dépendantes et leurs familles. Car, malgré la solidarité et les différentes aides financières aux personnes âgées, le reste à charge s’élève à environ 7 milliards d’euros par an. Pour le couvrir, près de 80 % des Français reconnaissent qu’il est important de se prémunir contre le risque de perte d’autonomie et son coût (8e Baromètre Autonomie OCIRP – France Info – Le Monde, 2016). Le nombre de personnes souscrivant effectivement une assurance dépendance est aux antipodes de cette prise de conscience : les trois quarts des Français n’ont pas de police d’assurance couvrant le risque de perte d’autonomie.

Pourtant, l’assurance dépendance est l’un des moyens de financer un séjour en maison de retraite ou une prise en charge à domicile. Pour en profiter, il est important de vérifier les clauses du contrat et de choisir une bonne police d’assurance.

Que chercher dans une assurance-dépendance pour payer sa maison de retraite ?

Si le recours au financement privé de la perte d’autonomie semble s’imposer, encore faut-il savoir ce que les compagnies d’assurance proposent vraiment, pour ne pas avoir de surprises le temps venu d’actionner les garanties d’une assurance-dépendance.

Si vous envisagez de contracter une assurance-dépendance, il est recommandé de comparer les différents contrats et leurs garanties. Pour vous aider dans vos recherches, voici les principaux points à vérifier :

  • Le montant des cotisations justifie-t-il l’investissement ? De quelle manière les conditions du contrat permettent-elles à la compagnie d’augmenter le tarif ? En général, une assurance-dépendance constitue un bon investissement si le prélèvement mensuel ne dépasse pas 5 % de vos revenus.
  • Quel est le montant de la rente ou du capital versé en cas de dépendance ? Le choix entre une rente et un capital est-il répercuté sur le prix de l’assurance ? La rente augmentera-t-elle avec l’inflation ?
  • Quels sont les services d’assistance complémentaires prévus par le contrat ?
  • Quels sont les délais de carence (après la souscription) et de franchise (après la reconnaissance de l’état de dépendance) avant de pouvoir faire jouer les garanties de votre assurance-dépendance ? Le délai de carence peut atteindre plusieurs mois, en fonction du type de perte d’autonomie (physique ou mentale). Le délai de franchise est souvent de 0 à 180 jours. Pour diminuer ces délais, il est souvent nécessaire de payer des cotisations plus élevées.
  • Quelles sont les exclusions de garanties prévues par le contrat de votre assurance-dépendance ?
  • Quels sont les critères fixant le niveau de perte d’autonomie pour commencer à bénéficier des garanties ? Il est important de vérifier si le contrat d’assurance-dépendance couvre la dépendance partielle ou seulement la dépendance totale. Dans ces deux cas, le nombre d’activités de la vie quotidienne que l’assuré ne peut plus faire seul avant de pouvoir activer les garanties de l’assurance change.

Une comparaison des conditions des différents contrats d’assurance-dépendance permet de choisir la formule convenant le mieux à votre budget actuel et à vos possibilités futures de financer une éventuelle perte d’autonomie (en fonction de vos revenus, vos économies, l’aide de vos proches et la contribution de l’APA).  

L'avis des utilisateurs sur cet article
4.5/5 - 2 votes - Votre vote :

Articles connexes