Au sommaire

    Comparateur en ligne 100% gratuit

    Trouver une maison de retraite

    Partager :

    Cet article a été noté par 39 lecteurs

    L’accompagnement de la fin de vie en maison de retraite revêt une importance fondamentale, tant pour la personne âgée que pour les proches. Un personnel soignant formé aux soins palliatifs est un avantage non négligeable pour soulager les personnes âgées en souffrance. Par ailleurs, il ne faut pas craindre d’aborder la question des obsèques en amont.

    Qu’est-ce que les soins palliatifs en Ehpad ?

    À l’heure actuelle, la majeure partie des maisons de retraite médicalisées (Ehpad) offrent une prise en charge de qualité aux personnes en situation de fin de vie et prodiguent l’ensemble des soins médicaux, que leurs moyens techniques et humains permettent. Cet accès à des soins particuliers fait partie de l’accompagnement des personnes âgées et de la logique de bientraitance dont elles peuvent bénéficier.

    En Ehpad, les soins palliatifs peuvent être pratiqués par l’équipe soignante, afin d’éviter à ces patients fragilisés des transferts dommageables pour leur santé.

    Soins palliatifs – définition

    Les soins palliatifs sont définis comme « des soins actifs et continus pratiqués par une équipe interdisciplinaire, en institution ou à domicile. Ils visent à soulager la douleur, à apaiser la souffrance physique, à sauvegarder la dignité de la personne malade et à soutenir son entourage. » (Société française d’accompagnement et de soins palliatifs.) Le but des soins palliatifs en Ehpad n’est donc pas de guérir le résident malade, mais de préserver sa qualité de vie.

    L’équipe mobile de soins palliatifs en Ehpad

    Des équipes mobiles de soins palliatifs (EMSP), constitués de professionnels, peuvent intervenir dans les établissements auprès de la personne âgée en fin de vie, non pas pour assurer elles-mêmes sa prise en charge, mais pour :

    L’objectif est de développer une « culture des soins palliatifs » par l’acquisition de compétences spécifiques à la prise en charge de la fin de vie en maison de retraite.

    Cependant, dans les cas les plus complexes, l’accompagnement de la fin de vie en Ehpad peut s’avérer impossible et l’établissement fait le choix de transférer les patients relevant de soins palliatifs vers différentes structures hospitalières :

    • unités de soins palliatifs (USP),
    • lits identifiés en soins palliatifs (LISP).
    LIRE AUSSI:  Les animations en maison de retraite
    Aide-soignante et aidante autour d'une résidente bénéficiant de soins palliatifs en fin de vie en Ehpad

    Quel soutien émotionnel l’Ehpad offre-t-il avec les soins palliatifs en fin de vie ?

    Au sein d’un Ehpad, les soins palliatifs en fin de vie ne se limitent pas à la prise en charge de la maladie et de la douleur. Au-delà des besoins physiologiques, le personnel veille aux besoins émotionnels et psychologiques des patients. Face à une pathologie en phase avancée, comme le cancer, l’approche palliative vise à offrir une qualité de vie meilleure en se concentrant sur le bien-être du malade.

    Le rôle du personnel soignant

    L’octroi des soins palliatifs en Ehpad repose en grande partie sur le dévouement des soignants. Les infirmiers, aides-soignants et psychologues sont en première ligne pour offrir un soutien émotionnel aux résidents.

    Ces professionnels bénéficient d’une formation spécifique afin de gérer ces moments délicats. Ils reçoivent eux-mêmes un soutien psychologique pour faire face aux défis émotionnels et sociaux qu’ils rencontrent. La mise en place d’une communication ouverte entre les différents soignants est primordiale.

    Le soutien aux aidants

    Dans le parcours de soins palliatifs, les familles jouent un rôle essentiel. Les aidants fournissent un soutien à la fois émotionnel et physique. Cependant, cette situation peut être source de stress et d’épuisement.

    C’est pourquoi les Ehpad proposent souvent un service de soutien et des conseils aux aidants, notamment grâce à des entretiens avec le psychologue de la structure.

    La communication avec le résident en fin de vie

    Une des clés du succès des soins palliatifs réside dans la communication. Il est essentiel d’avoir des conversations ouvertes et honnêtes avec les résidents sur leur situation, leurs souhaits et leurs besoins. Cette transparence permet une coordination des soins plus efficace et une meilleure expérience pour les patients en phase palliative.

    Infographie sur les soins palliatifs en Ehpad et maison de retraite pour les personnes âgées

    Comment prévoir la fin de vie en maison de retraite ?

    Préparer en amont la fin de vie d’une personne âgée en maison de retraite est important pour la sérénité de la famille. Les directeurs d’Ehpad s’accordent ainsi à dire que les démarches suivant la disparition d’un résident sont grandement simplifiées lorsque le principal intéressé a mentionné ses dernières volontés concernant ses obsèques.

    LIRE AUSSI:  La prise en charge des malvoyants en maison de retraite

    La famille bouleversée par le décès n’est pas toujours capable de prendre les bonnes décisions à ce moment délicat, et les discordes sont alors susceptibles de surgir. Il est donc recommandé de régler les formalités liées à la fin de vie du résident en maison de retraite le plus tôt possible, d’autant plus que le contrat obsèques est moins cher lorsque la personne est autonome.

    Fin de vie en maison de retraite : comment préparer les obsèques ?

    Quelques contraintes légales entourent la fin de vie en maison de retraite. Il s’agit de droits dont les patients et les familles bénéficient. Voici les principales :

    • Notification à la famille : le directeur de la maison de retraite dispose de 10 heures pour prendre contact et avertir la famille du décès.
    • Transfert de la dépouille : s’il n’est pas parvenu à les contacter dans ce délai, il peut décider de faire transférer le corps dans une chambre funéraire, les frais de transport seront à la charge de la maison de retraite.
    • Organisation des obsèques : si la famille n’a toujours pas pu être contactée après dix jours, le coût de l’inhumation sera à la charge de la commune du lieu du décès.
    • Déclaration du décès : le directeur de la maison de retraite dispose de 24 heures pour déclarer le décès à un officier d’État civil.

    Si le défunt a consigné ses dernières volontés dans un testament, celles-ci devront être suivies. Dans le cas contraire, les proches de la personne en fin de vie décédée en maison de retraite peuvent choisir entre trois alternatives, en attendant l’inhumation :

    • faire rapatrier le corps du défunt au domicile, tous les frais sont alors à leur charge.
    • transférer le corps vers la chambre mortuaire de la maison de retraite (cet équipement est obligatoire pour les maisons de retraite d’une capacité de plus de 200 lits).
    • le transférer vers la chambre funéraire que la famille aura choisie.

    Cet article vous a-t-il été utile ?

    Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

    Avatar auteur, Judith Blanc
    Judith Blanc,Rédactrice chez Cap Retraite

    Autres articles sur ce dossier

    Les internautes ont aussi lu ces articles