Au sommaire

    Comparateur en ligne 100% gratuit

    Trouver une maison de retraite

    Partager :

    Cet article a été noté par 51 lecteurs

    Le médecin coordonnateur joue un rôle important au sein de l’Ehpad. Ses attributions sont multiples, mais il intervient essentiellement dans le processus d’admission, l’encadrement des personnels soignants et le suivi médical des résidents.

    Comment le médecin coordonnateur garantit-il la qualité de la prise en charge ?

    La fonction de médecin coordonnateur est apparue avec la signature des conventions tripartites, qui ont transformé les maisons de retraite médicalisées en Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes).

    Le rôle du médecin coordonnateur diffère largement de celui des médecins traitants. Ces derniers suivent chacun seulement une partie des résidents. Les médecins coordonnateurs, de leur côté, sont là pour assurer la qualité de la prise en charge au niveau institutionnel et l’encadrement du personnel médical.

    Le médecin coordonnateur a ainsi un rôle de conseiller gériatrique du directeur de l’établissement. Il travaille en binôme avec ce dernier et avec un cadre infirmier : l’infirmière référente, qui coordonne elle aussi le travail des équipes médicales de l’Ehpad. Le médecin coordonnateur est soumis à l’autorité du directeur.

    Quelles sont les missions du médecin coordonnateur ?

    L’article D312-158 du Code de l’action sociale et des familles, modifié par le décret no 2011-1047 du 2 septembre 2011 – article 2, définit les missions médicales et administratives du médecin coordonnateur :

    • il élabore le projet de soins de l’établissement, en collaboration avec le personnel soignant de la maison de retraite.
    • il donne un avis sur les admissions des nouveaux résidents, après avoir s’être assuré que les capacités de l’Ehpad permettent de les prendre en charge médicalement. Le médecin coordonnateur évalue ainsi la perte d’autonomie des résidents et fixe leur GIR (degré de dépendance, à l’aide de la grille AGGIR), qui détermine le tarif dépendance. Son évaluation permet également d’effectuer une demande d’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA).
    • il coordonne le travail de l’équipe soignante et des intervenants libéraux, via une commission de coordination gériatrique qu’il préside.
    • il est responsable d’actions d’information et met en œuvre des formations continues auprès des professionnels et du personnel de l’établissement
    • il veille à l’application des bonnes pratiques gériatriques et participe à l’évaluation de la qualité des soins dans l’institution. Le médecin coordonnateur doit aussi identifier les risques éventuels pour la santé publique et veiller à la prise en charge de ces risques et à l’amélioration de la situation.
    • il élabore le projet de soins individualisé du résident.
    • il doit établir un rapport annuel d’activité médicale, avec le personnel soignant. Ce document décrit l’accompagnement médical dans l’Ehpad.
    • il doit aider les professionnels à bien adapter leurs prescriptions de médicaments et de prestations, en élaborant notamment des listes de traitements à utiliser de préférence, en collaboration avec un pharmacien. En cas d’urgence, le médecin coordonnateur peut s’occuper des prescriptions médicales et octroyer des médicaments aux résidents.
    • il donne son avis sur le contenu et participe à la mise en œuvre des conventions conclues entre l’établissement et les établissements de santé au titre de la continuité des soins.
    • il collabore à la mise en œuvre de réseaux gérontologiques coordonnés.

    Quel est le temps de présence légal du médecin coordonnateur en Ehpad ?

    Le décret de septembre 2011 fixe également le temps de présence minimal du médecin coordonnateur en Ehpad pour lui permettre de s’impliquer au mieux dans la vie de la résidence.

    Le temps d’exercice du médecin coordonnateur de la maison de retraite dont le GIR pondéré moyen est d’au moins 800 points est fixé en fonction de la capacité autorisée de l’établissement.

    Pour un Ehpad de moins de 44 places, son temps de présence pour sa fonction de coordination doit être supérieur ou égal à un équivalent temps plein de 0,25. Pour les gros Ehpad de plus de 200 places, ce temps d’exercice atteint déjà un équivalent temps plein de 0,80.

    Le médecin coordonnateur peut exercer ses fonctions dans plusieurs établissements, dans des conditions compatibles avec l’organisation de chaque Ehpad et la réglementation. Il est doté d’un Diplôme Universitaire (DU) Coordination en Gérontologie et Coordination Médicale EHPAD.

    Questions fréquentes

    Le médecin coordonnateur en Ehpad est-il le médecin traitant des résidents ?

    Le médecin coordonnateur n’est généralement pas le médecin traitant des résidents de l’Ehpad où il exerce. Il a davantage un rôle administratif et de coordination de la prise en charge médicale au sein de l’établissement.

    Chaque résident conserve son médecin traitant ou peut en choisir un nouveau lorsqu’il entre en maison de retraite.

    Il arrive parfois que le médecin coordonnateur ait plusieurs casquettes et exerce aussi en tant que généraliste dans la même ville. Dans ce cas, il peut aussi être le médecin traitant de certains résidents.

    Le médecin coordonnateur peut-il administrer le vaccin anti-Covid en Ehpad ?

    « La vaccination contre la Covid-19 est réalisée sur prescription médicale et précédée d’une consultation pré-vaccinale réalisée par le médecin traitant ou, à défaut, par le médecin coordonnateur ou un autre médecin », d’après le Guide d’organisation de la vaccination en Ehpad et en USLD, publié par le ministère de la Santé.

    En outre, le décret n° 2020-1262 du 16 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire affirme que :

    « Le médecin coordonnateur de l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes peut prescrire et administrer les vaccins aux résidents et aux personnels de l’établissement dans lequel il exerce. Les médecins traitants des résidents concernés sont informés des prescriptions réalisées. »

    Cet article vous a-t-il été utile ?

    Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

    Yaël A.,Rédactrice chez Cap Retraite

    Commentaires (3)

    Réagissez, posez une question…

    1. Lambert Roger

      Article interessant Merci

      Répondre
    2. Pascal Vrammont

      Bonjour
      Mon papa est en unité protégé, Ils sont 12 résidents, pour 2 aides soignantes. Celles ci ayant chacune une pause entre 12h30 et 14h30 et 14h30 et 16h30, une seule aide est présente pour s’occuper de 12 personnes entre autres pour les repas de midi et le goûter. Les résidents sont même laissés seules pendant que l’aide soignante monte chercher le goûter (+5mn).
      Après en avoir discuté avec le directeur, celui-ci nous a avoué ne pas avoir de solution.
      Pourriez-vous me conseiller pour faire évoluer cette situation ?
      Merci
      Bien cordialement
      Pascal Vrammont

      Répondre
      1. Andrea Benisti

        Bonjour,
        Je transfère vos coordonnées à nos conseillers qui reviendront vers vous rapidement. Autrement, contactez-nous directement par téléphone ou email depuis la rubrique contact ou sur le formulaire de contact de notre site internet.

        Belle journée.

        Répondre