Unité protégée Alzheimer et Cantou

Les unités protégées Alzheimer, autrefois appelées Cantou, se sont largement multipliées ces dernières années. Elles permettent d’améliorer la prise en charge des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer, en offrant un cadre sécurisé et chaleureux.

Unité protégée Alzheimer et Cantou

Les caractéristiques de l’unité protégée Alzheimer et du Cantou

La part des personnes âgées souffrant de trouble cognitif atteint environ 90 % en maison de retraite. C’est dire l’importance des unités protégées Alzheimer pour améliorer la prise en charge de ces résidents et préserver leur autonomie.

Près de 3 000 établissements d’hébergement pour personnes âgées disposent aujourd’hui d’une ou plusieurs unités protégées Alzheimer, qu’on appelle aussi des Cantou (centres d’activités naturelles tirées d’occupations utiles) ou encore des unités spécifiques Alzheimer.

Les unités protégées Alzheimer accueillent en moyenne 18 résidents souffrant de troubles cognitifs : des aînés atteints de la maladie d’Alzheimer ou d’autres pathologies accompagnées de troubles du comportement.

Situées la plupart du temps dans des Ehpad (sauf quelques unités spécifiques autonomes), les unités protégées Alzheimer se caractérisent par :

  • une prise en charge psycho-sociale globale : stimulation cognitive adaptée aux capacités du résident, activités à visée thérapeutique, espaces Snoezelen ;
  • un projet de soins et de vie spécifique et individualisé : projet d’accompagnement et d’activités personnalisé, adaptation des soins médicaux et thérapies non médicamenteuses ;
  • un environnement architectural adapté : l’aménagement permet de faire de l’unité protégée Alzheimer un lieu de vie chaleureux (grâce à des éléments familiers, la décoration, des plantes…). Il permet la libre circulation et un meilleur repérage des résidents désorientés dans un environnement sécurisé (avec des dispositifs anti-fugue : portes protégées par des digicodes, vidéosurveillance, géo-localisation, fenêtres oscillo-battantes…).
  • une éventuelle adaptation des horaires aux habitudes de vie et au rythme des résidents : lever, toilettes et coucher.

Certaines structures proposent un service de conseil aux aidants familiaux.

Le personnel de l’unité de vie protégée Alzheimer

La prise en charge des résidents de l’unité protégée Alzheimer est assurée par un personnel motivé qui a le plus souvent choisi de travailler dans ces unités.

L’équipe de l’unité protégée Alzheimer est multidisciplinaire et comprend les professions suivantes :

  • aide-soignant,
  • agent de service,
  • infirmier,
  • aide médico-psychologique (AMP),
  • assistant de soins en gérontologie (ASG),
  • animateur, musicothérapeute, art-thérapeute
  • psychologue,
  • kinésithérapeute, ergothérapeute, psychomotricien…

Le personnel de l’unité protégée Alzheimer suit des formations consacrées à l’accompagnement des résidents atteints de la maladie d’Alzheimer. Dans ces formations, les intervenants

  • apprennent les aspects théoriques et pratiques de la démence,
  • renforcent leur compréhension du comportement des malades,
  • développent leur savoir-être face aux troubles de comportement,
  • étudient la communication verbale et non verbale,
  • sont formés aux soins palliatifs.

La majorité des établissements associent la famille à la définition du projet de vie spécifique des résidents de leur unité protégée Alzheimer. Les aidants familiaux bénéficient aussi de soutien et de séances d’information organisées dans le cadre de l’unité protégée Alzheimer.

L’admission en unité protégée Alzheimer

L’entrée en unité protégée Alzheimer est souvent dictée par l’un des trois critères suivants :

  • un risque de fugue chez l’aîné,
  • des troubles du comportement dits productifs : agressivité, déambulation, cris, agitation,
  • un souhait de maintenir les capacités motrices ou intellectuelles existantes, à travers leur stimulation.

Les résidents de l’unité protégée Alzheimer et du Cantou sont le plus souvent admis directement, lorsque le maintien à domicile n’est plus possible, en raison de leur état de santé. Ils peuvent aussi intégrer l’unité protégée Alzheimer après un accueil classique dans un Ehpad ou une autre structure d’hébergement pour les aînés, afin de mieux prendre en charge leurs troubles du comportement et ainsi améliorer leur vie quotidienne.

Lors de l’admission dans ce type de structures, le consentement de la personne âgée est recherché dans la mesure du possible, sauf en cas d’urgence. Comme c’est le cas pour une unité traditionnelle d’Ehpad, une visite de pré-admission sera organisée au sein de l’unité protégée Alzheimer, afin de permettre au résident et à sa famille de découvrir son nouveau cadre de vie.

Pour trouver un centre d’animation tiré d’occupations utiles (Cantou) ou un Ehpad doté d’une unité protégée Alzheimer, consultez l’annuaire Cap Retraite.

Documents associés

Quels documents souhaitez vous recevoir

Articles connexes

Les maisons de retraite privées ou associatives

Les maisons de retraite privées ou associatives

Les maisons de retraite privées se développent de plus en plus. Elles répondent au besoin croissant de prise en charge en établissement des personnes âgées dépendantes ou fragilisées. Leurs prestations sont souvent plus luxueuses que dans le public.

Lire la suite

Les unités de soins de longue durée

Les unités de soins de longue durée

La prise en charge d’une personne âgée malade très dépendante est souvent plus aisée dans une unité de soins de longue durée (USLD), où les patients bénéficient d’une surveillance médicale constante. Ces établissements ont le plus souvent le statut d’Ehpad.

Lire la suite
Copyright © 2016 - Cap Retraite