La prévalence de la démence va tripler d’ici 30 ans
Actualités

Publié le 11/12/2013 . Mis à jour le 24/10/2017

Publié le 11 Déc. 2013 . Mis à jour le 24 Oct. 2017

actu 2 decembre 2013 La démence, et plus particulièrement la maladie d’Alzheimer, représente aujourd’hui un véritable défi en matière de santé publique à l’échelle mondiale. Actuellement, plus de 44 millions de personnes sont atteintes de démence dans le monde et ce chiffre ne fera qu’exploser d’ici 30 ans. L’ADI appelle tous les pays du monde à considérer la démence comme une priorité sanitaire.
Quelque 44 millions de personnes atteintes de démence
La lutte contre la démence et surtout contre la maladie d’Alzheimer, principale de ces pathologies neurodégénératives, était à l’ordre du jour du sommet du G8 qui s’est tenu ce mercredi 11 décembre à Londres. L'Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l'Italie, le Japon et la Russie se sont ainsi réunis pour débattre des efforts mondiaux coordonnés à entreprendre pour faire face à ce défi mondial de santé publique.
À l’occasion de ce sommet, l’association Alzheimer’s Disease International (ADI) a publié une nouvelle note de synthèse sur la prévalence de la démence dans le monde. Les chiffres ont de quoi inquiéter : le nombre de personnes atteintes de démence a ainsi augmenté de 17 % par rapport aux précédentes estimations de l’ADI et dépasse aujourd’hui 44 millions de cas à l’échelle mondiale. D’après l’association, d’ici 2013 le nombre de personnes atteintes de maladies neurodégénératives va doubler (76 millions) et d’ici 2050, la démence touchera quelque 135 millions de personnes dans le monde.
La démence, un défi sanitaire mondial
Le rapport intitulé « L’Impact mondial de la démence 2013-2050 » indique que la démence est le plus grand défi sanitaire de notre génération et représente un véritable fardeau pour les économies mondiales, mais aussi pour les proches des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et des autres formes de démence qui touchent leurs fonctions cognitives.
La démence représente une épidémie mondiale et même si aujourd’hui les pays à haut revenu en portent le poids et que les cas de démence sont concentrés de façon proportionnellement disproportionnée dans ces États où l’espérance de vie est plus élevée, la grande majorité (62 %) des personnes atteintes de démence vit dans des pays à bas ou moyen revenu, où la prise en charge est encore fort limitée. Par ailleurs, d’ici 2050, ce phénomène s’accentuera : 71 % des personnes atteintes de démences vivront dans ces pays en développement et pourraient ainsi ne pas avoir accès à la protection sociale, aux services et l’accompagnement nécessaires à la prise en charge de leur pathologie.
Conclusions et recommandations d’ADI
La note de synthèse d’ADI montre que le fardeau et l’impact futur de la démence ont été jusqu’à présent sous-estimés, surtout dans les régions d’Asie de l’Est et d’Afrique subsaharienne. Le fardeau mondial passera ainsi bientôt des pays riches aux États à faible revenu.
Le coût de la démence sur l’économie mondiale était de 604 milliards de dollars annuels en 2010. Ce fardeau va exploser proportionnellement à l’augmentation des cas de démence.
10 % des cas de démence pourraient pourtant être prévenus en améliorant les services de santé publique, à travers notamment des campagnes d’information contre le tabagisme, le sédentarisme, l’obésité, l’hypertension et les diabètes.
Pour l’ADI, la démence doit donc être déclarée priorité sanitaire mondiale afin de débattre des solutions à apporter pour lutter contre la maladie et pour améliorer la prise en charge des personnes atteintes et de leurs accompagnants. Aujourd’hui, seuls 13 des 193 pays membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont lancé des Plans nationaux contre la démence. Tous les pays, et non pas seulement ceux du G8 réunis à Londres, se doivent ainsi de lancer de tels plans et de coopérer pour lutter contre cette épidémie mondiale.
L'avis des utilisateurs sur cet article
3/5 - 2 votes - Votre vote :

Articles connexes