Ehpad ou SSR : quelle prise en charge après une hospitalisation ?
Le 06/07/2018 - Maisons de retraite

Si votre proche âgé a fait une chute et s’est fracturé le col du fémur, ou s’il a souffert d’une infection pulmonaire, vous vous interrogez sûrement sur sa prise en charge après l’hospitalisation en court séjour. Votre proche peut-il rentrer directement chez lui ou devra-t-il être admis en Ehpad pour une prise en charge complète ? Que peut lui apporter un séjour hospitalier de soins de suite et de réadaptation (SSR) ?

Ehpad ou SSR : quelle prise en charge après une hospitalisation ?

Qu’est-ce qu’un SSR ?

Les soins de suite et de réadaptation (SSR) sont des soins octroyés à un patient après une blessure ou une maladie. Le but : aider l’individu à reprendre sa vie quotidienne et à se réinsérer dans le monde actif. Les activités et les actes de SSR sont dispensés dans le cadre d’un moyen séjour hospitalier, d’un peu plus d’un mois en moyenne.

Plus de la moitié des séjours de SSR sont effectués par des personnes âgées de 70 et plus, dont plus de 50 % ont de 80 à 89 ans.

Quels sont les motifs d’admission en SSR ?

L’équipe médicale de l’hôpital peut proposer des SSR à votre proche dans plusieurs cas, lorsqu’une période de transition et une rééducation sont nécessaires pour

  • retrouver ses capacités et reprendre une activité normale,
  • s’adapter à certaines limitations et apprendre à vivre avec, pour rester le plus autonome possible,
  • se réinsérer dans la vie quotidienne et éventuellement le monde du travail.

Plusieurs accidents ou pathologies justifient un recours à des SSR pour votre proche âgé, après un séjour hospitalier de courte durée :

  • des lésions traumatiques, intoxications, brûlures, complications de soins médicaux ou chirurgicaux,
  • des maladies du système ostéo-articulaire, des muscles et du tissu conjonctif,
  • des pathologies cardio-vasculaires,
  • des maladies du système nerveux, y compris des AVC,
  • des troubles mentaux.

Les troubles les plus fréquents qui motiveront le médecin hospitalier à proposer des SSR sont :

  • les fractures osseuses (et plus particulièrement les fractures du col du fémur),
  • les arthropathies (arthrose, lombalgie, etc.),
  • les difficultés de la marche,
  • les démences (maladie d’Alzheimer, démences vasculaires, etc.)

Quelle prise en charge en SSR ?

Les actes inclus dans les SSR dispensés à votre proche âgé dépendent naturellement du motif d’entrée en moyen séjour. Ils s’inscrivent dans un projet de soins tenant compte de sa situation avant l’hospitalisation et des possibilités de prise en charge au retour à domicile ou en maison de retraite.

Après une chute, une fracture ou une complication d’origine orthopédique, les SSR visent à rééduquer le patient et comprennent les activités suivantes :

  • mobiliser les articulations,
  • renforcer les muscles,
  • réapprendre les transferts (du lit au fauteuil…),
  • entraîner à la marche…

Si votre proche âgé a des difficultés à marcher, on lui apprendra aussi à déambuler avec des aides techniques. Les SSR permettent aussi de s’habituer à utiliser une prothèse et à renforcer l’équilibre.

Après un AVC, l’ergothérapie et l’orthophonie aideront votre proche âgé à retrouver sa mobilité et l’usage de la parole.

Des bilans sont réalisés pendant ce séjour : réadaptation, gestion de la douleur, nutrition…

Quelle solution après le séjour de SSR ?

Après un séjour hospitalier de SSR, plus des deux tiers des personnes âgées retournent à domicile ou intègrent un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Seulement 3 % sont admis dans une Unité de soins de longue durée (USLD).

Les SSR offrent une prise en charge temporaire. Une personne âgée sur dix reste dépendante à l’issue d’un séjour de SSR. Lorsque votre proche a des difficultés à accomplir plusieurs activités de la vie quotidienne (s’alimenter, faire sa toilette ou s’habiller), le retour à domicile n’est pas toujours possible.

A fortiori en cas de démence ou de maladie entraînant une perte d’autonomie croissante, comme la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer ou un AVC. Dans cette situation, il est souvent recommandé d’envisager un accueil dans un Ehpad, où le résident bénéficiera d’un projet de soins et de vie adapté au long terme.

Le personnel soignant des Ehpad est formé pour assurer la continuité du parcours de soin de la personne âgée. En cas de besoin, une hospitalisation à domicile (HAD) est même possible en maison de retraite. Ce type de soins médicaux permet de poursuivre les traitements médicaux assurés par des professionnels hors des murs de l’hôpital. Des soins palliatifs peuvent aussi être mis en place en Ehpad.

En concertation avec l’équipe médicale et sociale de l’hôpital, vous déciderez de la poursuite de la prise en charge de votre proche âgé à sa sortie. Vous pouvez trouver une place libre en Ehpad à l’aide du moteur de recherche interactif de Cap Retraite et bénéficier de l’accompagnement d’un conseiller en gérontologie, lorsque vous avez besoin de renseignements supplémentaires pour assurer une bonne transition entre le séjour de SSR et l’entrée en maison de retraite.

L'avis des utilisateurs sur cet article
4.5/5 - 2 votes - Votre vote :

Articles connexes