Tout savoir sur le logement des personnes âgées en Île-de-France
Maisons de retraite

Publié le 03/02/2017 . Mis à jour le 06/02/2017

Publié le 3 Fév. 2017 . Mis à jour le 6 Fév. 2017

Neuf Franciliens (âgés de 80 ans et plus) sur dix vivent à domicile. Les logements des personnes âgées en Île-de-France ne sont pas toujours de la meilleure qualité, mais sept ménages âgés sur dix sont propriétaires de leur maison ou appartement. Les résidences autonomie ou services complètent l’offre de logement indépendant, tandis que près de 700 maisons de retraite permettent l’accueil des moins autonomes.

Tout savoir sur le logement des personnes âgées en Île-de-France

Le domicile, principal type de logement des personnes âgées en Île-de-France

La plupart des personnes âgées en Île-de-France désirent vivre dans leur logement, même lorsque la perte d’autonomie commence à se manifester. Le maintien à domicile concerne ainsi 89 % des personnes âgées de 80 ans et plus en Île-de-France (4 points de plus que dans l’Hexagone en général).

La pénurie de maisons de retraite dans la région (taux d’équipement en Ehpad de 70 places pour 1 000 aînés de 75 ans et plus, contre 93 ‰ en France métropolitaine) explique que le domicile constitue le principal mode de logement des personnes âgées en Île-de-France, malgré la dépendance :

  • à Paris seulement 6,5 % des aînés de 80 ans et plus ne vivent plus dans leur logement,
  • en grande couronne, trois fois plus de seniors résident dans des établissements d’hébergement pour personnes âgées.

L’appartement est le type de logement prédominant chez les personnes âgées en Île-de-France :

  • 63,3 % des aînés de 80 ans et plus résident dans un appartement,
  • 34,6 % dans une maison,
  • 1,5 % en foyer-logement,
  • 0,3 % dans un hôtel ou autre.

En 2012, la moitié des personnes âgées de 80 ans et plus en Île-de-France vivent seules dans leur logement :

  • à Paris, cette proportion atteint 57,1 %,
  • dans le département des Yvelines, la part des seniors seuls à domicile est de 48 %,
  • 64,7 % des femmes vivent seules contre 26,6 % des hommes de 80 ans et plus.

Pour rompre l’isolement, il est possible de choisir une forme intermédiaire de logement pour les personnes âgées en Île-de-France :

  • les résidences-autonomies (ex foyers-logement),
  • les résidences-services.

Ces établissements proposent des logements privatifs répondant aux besoins des seniors autonomes, avec des prestations collectives facultatives. D’après la DREES, au 1er janvier 2015, il y avait 452 foyers logement pour les personnes âgées en Île-de-France, totalisant près de 26 000 places.

Lorsque la perte d’autonomie n’est plus gérable dans le propre logement de la personne âgée, celle-ci peut être accueillie dans l’une des 676 maisons de retraite en Île-de-France (de type Ehpad).

Les conditions de logement des personnes âgées en Île-de-France

      La majorité des personnes âgées en Île-de-France sont propriétaires de leur logement :

      • 66 % des ménages de seniors sont propriétaires de leur résidence principale (contre 75 % dans les autres régions),
      • 20 % louent un logement social (11 % dans les autres régions),
      • 12 % louent dans le secteur privé,
      • 3 % vivent dans un meublé, à l’hôtel ou sont hébergés gratuitement.
        Les conditions de logement des personnes âgées en Île-de-France ne sont pas toujours idéales :
    • les surfaces des logements franciliens sont petites (74,6 m², soit 20 m² de moins qu’en France métropolitaine), même si les logements des personnes âgées en Île-de-France sont plus grands que ceux des autres ménages ;
    • le confort est satisfaisant (seulement 0,9 % des habitations n’ont pas de toilettes, douche ou baignoire),
    • un quart des logements des personnes âgées en Ile-de-France présentent des problèmes d’humidité,
    • 22,2 % des Franciliens affirment avoir froid dans leur domicile (or, le froid fragilise les personnes âgées et augmente notamment les risques d’AVC et de crises cardiaques),
    • les personnes âgées en Île-de-France consacrent en moyenne 188 euros aux dépenses énergétique,
    • seulement 7 % des personnes âgées en Île-de-France vivent dans un logement adapté au vieillissement (plus de détails dans un prochain dossier de Cap Retraite entièrement consacré à l’aménagement du logement des personnes âgées en Île-de-France).
      Enfin, les personnes âgées en Île-de-France peuvent bénéficier d’aides au logement (APL ou ALS), lorsque leurs ressources ne suffisent pas à payer le loyer ou le prêt hypothécaire de leur logement.
    L'avis des utilisateurs sur cet article
    3.3/5 - 3 votes - Votre vote :

    Articles connexes