Au sommaire

    Comparateur en ligne 100 % gratuit

    Trouver une maison de retraite

    Partager :

    Cet article a été noté par 18 lecteurs

    Le GIR 1 est le degré de dépendance le plus élevé de la grille AGGIR. Il caractérise des personnes âgées qui ont perdu la quasi-totalité de leurs aptitudes et ont besoin d’aide en permanence. Dans cette situation, une prise en charge globale s’impose, à domicile ou dans une structure médicalisée. Pour en alléger le coût, il existe des aides financières dont la principale est l’allocation personnalisée d’autonomie (APA). 

    Que veut dire GIR 1 ? 

    Le GIR 1 est un groupe iso-ressources (GIR) de la grille nationale AGGIR (Autonomie Gérontologique et Groupes lso-Ressources). Cette grille sert à évaluer la dépendance d’une personne âgée, en fonction des actes de la vie quotidienne (AVQ) qu’elle peut ou non réaliser avec ou sans aide. Cette évaluation du GIR est effectuée dans le cadre d’un accueil en Ehpad ou d’une demande d’aide financière pour compenser la dépendance. 

    Le GIR 1 correspond au niveau de perte d’autonomie le plus lourd, d’après la grille AGGIR qui distingue six degrés de dépendance

    GIR 1 – Définition légale 

    Le Code de l’action sociale et des familles (dans l’annexe du décret 2008-821) donne cette définition du GIR 1 :

    « Le GIR 1 comprend des personnes confinées au lit ou au fauteuil, ayant perdu leur activité mentale, corporelle, locomotrice et sociale, qui nécessitent une présence indispensable et continue d’intervenants. »

    Que signifie le GIR 1 en matière d’autonomie d’un senior ?

    Le classement en GIR 1 concerne des personnes âgées dont les fonctions physiques et mentales sont très altérées. 

    Les trois principales caractéristiques du GIR 1 sont les suivantes : 

    • La personne âgée ne peut pas se déplacer ni changer de position sans l’aide d’un tiers. Elle est alitée ou incapable de se lever seule de son fauteuil ;
    • Le senior a perdu la majorité de ses capacités physiques et mentales. Il ne se comporte pas toujours de façon cohérente et est désorienté, à la fois dans le temps et dans l’espace. Il est dans l’incapacité d’effectuer la quasi-totalité des activités de la vie quotidienne sans une assistance appropriée. Il ne peut pas assurer sa toilette et son habillage seul. Il est incapable de s’alimenter sans l’aide d’un tiers. Il ne maîtrise pas l’hygiène de ses éliminations urinaires et fécales. Il n’est généralement pas capable de communiquer de façon satisfaisante, surtout à distance (utilisation du téléphone, etc.)
    • L’aîné a besoin de la présence interrompue de tiers qui l’aident ou le surveillent pour assurer sa sécurité et son bien-être. 

    Les personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’un trouble apparenté à un stade avancé sont souvent classées en GIR 1. Elles perdent en effet leur aptitudes à la fois physiques et psychiques. Leur santé est souvent compromise. Le GIR 1 s’applique aussi aux patients en fin de vie ou en phase terminale d’une maladie comme le cancer. 

    Tableau présentant les caractéristiques du GIR 1

    Comment le GIR 1 est-il évalué ?

    Le GIR 1 est évalué à l’aide de la grille AGGIR, un outil permettant de déterminer les capacités et les besoins de la personne âgée. 

    Cette évaluation peut être effectuée par différents professionnels :

    • l’équipe médico-sociale du conseil départemental, lors d’une demande d’APA à domicile,
    • un évaluateur de la caisse de retraite, pour solliciter une aide au maintien à domicile (à défaut de l’APA – Concerne les GIR 5 et 6), 
    • le médecin coordonnateur de l’Ehpad ou de l’USLD, pour fixer le tarif dépendance et faire la demande d’APA en établissement.
    LIRE AUSSI:  GIR 4 : définition, prise en charge et montant de l’APA

    L’évaluation du niveau de dépendance (calcul du GIR) prend en compte à la fois les difficultés physiques et l’état mental de la personne âgée. Le GIR 1 du senior est déterminé à partir de 10 critères appelés « variables déterminantes » :

    • la cohérence de sa conversation ou de ses comportements,
    • son niveau d’orientation à la fois dans le temps et dans l’espace,
    • son autonomie pour faire sa toilette,
    • son aptitude à s’habiller et se déshabiller
    • sa capacité à se servir un repas et à le manger,
    • sa maîtrise de l’hygiène de ses éliminations urinaires et fécales,
    • son aptitude à changer de position (débout, assis, couché),
    • son habileté à se déplacer à l’intérieur de son lieu de vie,
    • sa capacité à se déplacer à l’extérieur,
    • son utilisation ou non de moyens de communication avec l’extérieur (téléphone, téléassistance, etc.)

    Les personnes en GIR 1 sont en général incapables de réaliser seules la quasi-totalité de ces activités. Elles vont avoir besoin d’aide pour presque tous ces gestes. En outre, leurs fonctions cognitives (évaluées notamment par les deux premières variables) sont très diminuées. 

    Un membre de l'équipe médico-sociale procède à l'évaluation du GIR d'un senior
    Évaluation du GIR 1 par un professionnel

    Comment accompagner une personne en GIR 1 ?

    La personne âgée classée en GIR 1 va avoir besoin de beaucoup de soutien pour préserver son confort et jouir d’une qualité de vie maximale. Les proches aidants seront généralement très impliqués dans sa prise en charge exigeant beaucoup de ressources et une bonne adaptation du lieu de vie. 

    Le maintien à domicile d’un senior en GIR 1

    Le maintien à domicile d’un aîné dépendant est un défi d’autant plus grand que le niveau de perte d’autonomie de celui-ci est très élevé. Une personne âgée en GIR 1 peut rester vivre chez elle à condition d’être très bien entourée et de bénéficier d’une assistance quotidienne

    Le recours à un service d’aide à domicile (SAAD) ou de soins infirmiers à domicile (SSIAD) est généralement nécessaire. L’intervention d’auxiliaires de vie ou d’autres professionnels du secteur est essentielle pour assurer un accompagnement adapté aux besoins spécifiques du senior. Ces prestations visent également à réduire la charge de travail (physique et émotionnelle) de l’aidant principal.  

    Dans ces conditions, le maintien à domicile peut être coûteux, sur le plan financier ou humain. Il peut en effet entraîner l’épuisement du conjoint ou de la famille.  

    L’accueil d’une personne en GIR 1 en Ehpad

    Un accueil en maison de retraite médicalisée permet d’assurer une prise en charge complète de la personne âgée en GIR 1. Le personnel soignant de l’Ehpad est spécifiquement formé pour venir en aide à des résidents très dépendants. 

    En outre, des activités sont organisées pour préserver au maximum les facultés restantes de chacun, quel que soit son degré d’autonomie. La surveillance est permanente et les soins médicaux sont octroyés par une équipe pluridisciplinaire en étroite collaboration avec le médecin traitant. 

    Par ailleurs, les résidents atteints de la maladie d’Alzheimer en GIR 1 peuvent être pris en charge dans une unité de vie protégée. Cet accueil répond de façon encore plus spécifique aux besoins de la personne présentant un grave déclin cognitif. 

    Quelles sont les aides financières possibles pour une personne en GIR 1 ?

    L’accompagnement d’une personne en GIR 1 peut s’avérer coûteux, qu’elle réside à domicile avec des aides ou séjourne en maison de retraite. 

    LIRE AUSSI:  Aide à domicile : tarif et aides financières pour les personnes âgées 

    Fort heureusement, le classement en GIR 1 ouvre droit à des aides financières pour les personnes âgées dépendantes. 

    L’allocation personnalisée d’autonomie (APA) en GIR 1

    Une personne âgée de 60 ans et plus, classée en GIR 1, peut prétendre à l’allocation personnalisée d’autonomie (APA). Le demandeur doit résider en France de manière stable et régulière. Ce dispositif se décline sous deux formes, selon le lieu de résidence.

    L’APA à domicile s’adresse aux personnes vivant

    • chez elles, chez un proche ou chez un accueillant familial, 
    • dans une maison de retraite non médicalisée (résidence-services ou résidence autonomie).

    Elle contribue au financement d’un plan d’aide personnalisé établi par l’équipe médico-sociale du département. Ce plan peut comprendre :

    • des heures d’aide à domicile, 
    • des aides techniques, 
    • un financement de l’aménagement du logement,
    • des solutions de répit (hébergement temporaire en Ehpad, accueil de jour…)

    L’APA en établissement s’adresse aux personnes résidant en

    • établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD),
    • unité de soins de longue durée (USLD).

    Elle participe au financement du tarif dépendance, faisant partie intégrante du coût de l’accueil en Ehpad ou USLD. Cette allocation permet de réduire significativement la facture de l’accueil en maison de retraite.

    Le montant de l’APA en GIR 1

    Le calcul de l’APA en GIR 1 est différent à domicile et en établissement, car il couvre des services différents. 

    • Le calcul de l’APA à domicile est basé sur le plan d’aide et les ressources du bénéficiaire :

    Montant de l’APA en GIR 1 à domicile = coût du plan d’aide – participation du bénéficiaire

    Participation d’un bénéficiaire en GIR 1 en 2023
    Ressources mensuelles
    Taux de participation
    Jusqu’à 864,60 €
    0 % 
    Entre 864,60 € et 3 184,11 €
    Entre 0 et 90  %
    Au-delà de 3 184,11 €
    90 %

    Bon à savoir : le plafond du plan d’aide en GIR 1 en 2023 s’élève à 1 914,04 €, dans le cadre d’un m. Autrement dit, l’ensemble des prestations prévues par le plan d’aide ne pourra dépasser cette somme mensuelle, sauf cas particulier.

    • Le calcul de l’APA en établissement est fondé sur le tarif dépendance de la maison de retraite et les ressources du résident :

    Montant de l’APA en GIR 1 en Ehpad = tarif dépendance en GIR 1-2 – participation du bénéficiaire

    Le bénéficiaire dont les ressources mensuelles sont inférieures à 2 635,54 € ne paiera que le tarif dépendance pour les GIR 5-6 (ticket modérateur). Au-delà, le calcul du reste à charge est légèrement plus compliqué.

    Découvrez à quel montant de l’APA prétendre

    Le crédit d’impôt au titre de l’aide à la personne

    Les dépenses engagées pour payer des services d’aide à la personne au domicile d’un senior en GIR 1 peuvent ouvrir droit à un crédit d’impôt. 

    Cet avantage fiscal est accordé à :

    • la personne âgée elle-même lorsqu’elle paie ces prestations,
    • son descendant si c’est lui qui finance ces services. Dans ce cas, le parent doit être éligible à l’APA.

    Le crédit d’impôt s’élève à 50 % des dépenses annuelles d’aide à domicile. Celles-ci sont plafonnées à 12 000 € par an, majorées de 1 500 € par membre du foyer âgé de 65 ans et plus (plafond maximal de 15 000 €). Certaines prestations ont des plafonds spécifiques.

    La réduction d’impôt en Ehpad

    Une personne en GIR 1 accueillie en Ehpad ou en USLD s’acquitte de frais liés à la dépendance. À ce titre, elle a droit à une réduction d’impôt égale à 25 % de l’ensemble des frais d’accueil dans l’établissement (après minoration des aides). Les dépenses sont plafonnées à 10 000 € par an et par personne.

    Tableau récapitulatif des principales caractéristiques du GIR 1
    GIR 1
    Dépendance
    Perte d’autonomie totale
    Fonctions cognitives
    Gravement altérées
    Mobilité
    Extrêmement limitée
    Activités de la vie quotidienne
    Aucune autonomie
    Aides
    Présence et assistance constantes
    Communication
    Généralement très réduite
    Logement
    • Aménagement du domicile nécessaire
    • Prise en charge en Ehpad ou USLD
    Soutien familial
    Implication importante des aidants
    Financement
    • Allocation personnalisée d’autonomie (APA)
    • Crédit d’impôt pour l’aide à domicile
    • Réduction d’impôt pour l’accueil en Ehpad
    Plafond du plan d’aide de l’APA à domicile
    1 914,04 €

    Cet article vous a-t-il été utile ?

    Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

    Avatar auteur, Yaël A.
    Yaël A.,Rédactrice chez Cap Retraite

    Commentaires (4)

    Réagissez, posez une question…

    1. omar Belhadj

      BONJOUR L’APA OCTROYÉ À MON EÉPOUSE ATTEINTE DE LA MALADIE DE ALZHEIMER GIR 3 ET RECONNU PAR LA SÉCU À 100% J’AI DEMANDÉ UNE RÉÉVALUATION PAS DE RÉPONSE À CE JOUR ES NORMAL JE FAIT TOUS CHEZ MOI JE M’OCCUPE D’ELLE DE 7H30 À 20H ET VÉRIFIER SON DIABÈTE ENTRRE 3H ET 4H DU MATIN DEUX MACHINE À LAVER PAR JOUR 3 A 4 COUCHE ET DES FOIS JE LA CHANGE DEUX OÙ TROIS FOIS PAR JOUR POUR L’HYGIÈNE ET QUE DOIS JE FAIRE POUR QU’ILS FASSE UNE RÉÉVALUATION.

      Répondre
      1. Amandine

        Bonjour

        Je vous remercie pour votre commentaire.
        Pour obtenir une réévaluation de l’APA pour votre épouse atteinte de la maladie d’Alzheimer, contactez le département de l’APA de votre département ou la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) et fournissez toutes les informations sur les soins et l’assistance que vous lui fournissez, ainsi que les dépenses supplémentaires liées à sa condition médicale.
        Bonne journée.
        Laetitia

        Répondre
        1. Marie Louise Pierson

          « Contactez le département de l’APA »? Pas compris’

          Répondre
          1. Amandine

            Bonjour ,
            Nous vous invitons a prendre contact avec le CCAS de votre commune.
            Belle journée,
            Amandine

            Répondre

    Pratique

    Les outils et parutions de Cap Retraite