Une mesure de protection juridique est un dispositif chargé de protéger les personnes vulnérables devant la loi. Lorsqu’une personne voit ses facultés cognitives s’altérer (maladie d’Alzheimer ou pathologies apparentées). En outre, ses proches peuvent craindre pour son quotidien. Cette dernière peut être victime d’escroqueries, d’achats inconsidérés… En effet, il s’agit alors de protéger la personne en perte d’autonomie, mais également son patrimoine.

 Quatre systèmes de protections juridiques sont prévus lorsque la personne ne peut plus s’occuper seule de la gestion de ses biens (du plus “léger” au plus engageant) : 

  • le mandat de protection judiciaire 
  • la sauvegarde de justice
  • la curatelle
  • la tutelle

Le mandat de protection futur pour un malade d’Alzheimer 

Le mandat de protection judiciaire est la mesure la plus facile à mettre en place, sans intervention d’un juge. 

La désignation du mandataire

Le patient souffrant d’Alzheimer désigne une personne de confiance, son futur “mandataire”. Ce dernier peut être un proche (conjoint, enfant, ami…) ou un professionnel choisi dans la liste des mandataires agréés. Ainsi, cette liste est disponible au tribunal d’instance du domicile. Ce professionnel devient alors un “mandataire judiciaire”. 

Une personne présentant des facteurs de risques de la maladie ou des troubles de la mémoire peut désigner sa personne de confiance. Faire ce choix à un stade précoce d’Alzheimer permet d’avoir une assurance de protection juridique et de simplifier les démarches. 

Ce mandat peut être réalisé notarié ou sous-seing privé (ou sous signature privée). Le champ d’action du mandataire est plus vaste, si l’acte est enregistré devant un notaire. Par exemple, le mandataire peut vendre un bien de la personne protégée, procéder à des donations…. 

En outre, elle peut effectuer des “actes de disposition”, selon le vocabulaire juridique. Toutes ces actions doivent être enregistrées et transmises au notaire par un compte de gestion chaque année.  

Les pouvoirs du mandant sont encadrés, afin d’éviter tout débordement. Par conséquent, les actes immobiliers doivent être autorisés par le juge des tutelles. De même, le notaire exerce un contrôle sur la bonne exécution du mandat. 

Alzheimer avancé: en cas de perte d’autonomie

Cette mesure de protection n’a pas de valeur immédiate. Elle sera appliquée lorsque la personne ne sera plus capable de discernement, car trop dépendante. Le mandataire apporte au tribunal d’instance les preuves d’une dépendance avancée :

  • certificat médical de moins d’un mois, 
  • papiers d’identité des personnes concernées, 
  • justificatif de domicile

Pour demander à exercer ses compétences. Il remplace ensuite le senior pour veiller à ses intérêts dans les actes de la vie civile. Cette disposition permettra d’éviter les actes d’abus de faiblesse, arnaques et cas de litiges liés. 

C’est pourquoi, de nombreux proches de personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer à un stade précoce optent pour cette mesure de protection. Car elle est peu contraignante et facile à mettre en place. 

La sauvegarde de justice: une mesure temporaire

La sauvegarde de justice est toujours limitée dans le temps et ne peut être supérieure à deux années (un an renouvelable).  

Seule la personne à protéger (ou l’un de ses proches) peut décider de cette protection. La sauvegarde se prononce soit pour une durée limitée soit pour la réalisation d’un acte spécifique. 

Cette mesure ne s’avère pas un bon choix pour protéger les actes d’une personne souffrant d’Alzheimer. En effet, son caractère temporaire se concilie difficilement avec une personne dont les facultés cognitives s’altèrent. Pour mieux comprendre la maladie d’Alzheimer, la définition, causes et traitement.   

Personne atteinte d'Alzheimer assistée par sa fille

La mise sous curatelle d’un patient Alzheimer

La curatelle correspond à un système d’assistance auprès de la personne protégée. Le Code civil définit son cadre dans l’article 440.  

Il existe trois formes de curatelle. Selon le degré de soutien auprès de la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, la curatelle peut être simple, aménagée ou renforcée. 

Une mise sous curatelle doit être envoyée au tribunal d’instance. Le juge des contentieux de la protection étudie la demande (anciennement juge des tutelles), instruit et rend son jugement dans un délai d’un an maximum dès réception. Les décisions du juge peuvent être contestées en appel. 

La personne à protéger peut donner son avis sur son curateur, même si la décision appartient au juge en charge. A la différence des systèmes précédents (mandat de protection et sauvegarde de justice), la curatelle porte sur les actes et non sur la personne qui bénéficie de cette protection. De fait, le juge peut décider de diviser en deux la curatelle : une pour la protection de la personne, une autre pour la gestion de son patrimoine. Le curateur peut être une personne étrangère au majeur à protéger.  

Alzheimer: comment la curatelle s’applique-t-elle?

Dans l’adoption d’une curatelle, le juge estime le patient  suffisamment autonome pour réaliser tous les actes du quotidien. Par exemple, une personne sous curatelle simple gère  ses comptes bancaires sans aide. 

Le curateur assiste pour des actes qui engagent davantage le patrimoine. Par exemple,il devra approuver la vente ou l’achat de biens immobiliers. 

Le curateur ne peut pas du tout ouvrir de compte bancaire au nom de la personne diagnostiquée Alzheimer. Rappelons qu’il assiste la personne en perte d’autonomie. 

De même, le curateur rend également des comptes annuels au juge des contentieux de la protection .   

La loi souligne que le majeur protégé a besoin d’être assisté ou contrôlé d’une manière continue dans les actes importants de la vie civile. Le curateur ne se substitue pas à la personne en perte d’autonomie. 

La curatelle aménagée

Le curateur assiste davantage l’adulte souffrant d’Alzheimer dans ce cadre de protection. Le juge des contentieux de la protection détermine le champ d’action du curateur. Il s’agit d’une réelle prise en compte de la situation patrimoniale du senior placé sous curatelle, au cas par cas. 

La curatelle renforcée

Enfin, la curatelle renforcée apparaît comme un système de protection à caractère hybride, entre curatelle et tutelle. Les textes de loi font aussi référence à une curatelle aggravée. 

Elle s’adresse aux personnes qui ont perdu leur autonomie dans la gestion des actes de leur vie courante.  Par exemple, la personne sous curatelle renforcée peut choisir son lieu de résidence, mais ne peut pas signer seule de contrat de location. Un autre exemple est l’apparition du nom du curateur sur les carnets de chèque. 

Le malade d’Alzheimer, même à un stade avancé de la pathologie, peut bénéficier de ce régime. Le curateur demeure présent si un acte déraisonnable est réalisé. 

La tutelle adaptée à un patient Alzheimer dépendant

La tutelle demeure la mesure de protection la plus lourde car est une atteinte à la liberté d’une personne. Cela fait même l’objet d’un chapitre entier du Code civil sur les majeurs en tutelle (article 492 à 507 du Code civil). 

Encadrée par d’autres articles 440 à 476 du Code Civil, elle peut être simple, avec un seul tuteur, ou complète (avec plusieurs intervenants comme le conseil de famille, le subrogé tuteur, le tuteur ad hoc…). Elle est aussi proportionnée selon le degré d’autonomie du senior et l’altération de ses capacités physiques et cognitives. 

Quel est le champ d’action du tuteur?

Le tuteur agit à la place de la personne protégée dans les actes courants et la gestion du patrimoine. Comme le curateur, le tuteur peut être une personne externe à l’entourage. Certains recommandent même une personne sans lien avec la famille, pour respecter davantage d’objectivité pour les décisions à prendre. 

La demande est réalisée auprès du juge des contentieux de protection. Les proches (ou le procureur de la République) doivent alors constituer un dossier pour mettre en place la tutelle. Elle ne peut excéder une durée de vingt ans de façon exceptionnelle (généralement cinq années avec prolongation de même durée). 

Personne agée protegée chez elle face à aux personnes exterieures

Le statut du tuteur 

Dans tous les actes, le tuteur remplace la personne placée sous tutelle. 

A ce titre, il peut annuler les contrats et transactions conclus par le senior pendant la tutelle. 

En revanche, le tuteur n’a cependant pas un contrôle absolu sur sa gestion. Ce rôle appartient au subrogé tuteur, nommé par la famille ou le juge. Il surveille les actes du tuteur et peut saisir le juge s’il estime une mauvaise action allant contre les intérêts du pris en charge. 

Comme il s’agit d’une mesure lourde, les juges demeurent très prudents sur sa mise en place. La tutelle sera refusée par exemple à un stade précoce de la maladie d’Alzheimer. Elle pourrait être accordée lorsque la personne ne peut plus effectuer ses activités quotidiennes comme se laver ou s’habiller convenablement. Cela correspond à un déclin cognitif relativement grave (stade 5 selon l’échelle de Reisberg).  

Qu’en est-t-il pour un majeur protégé à son entrée en EHPAD ?

La loi du 28 décembre 2015 encadre les entrées en établissement médicalisé. Une personne en perte d’autonomie à cause de la maladie d’Alzheimer, a droit à des aides adaptées à ses besoins et ses ressources, dans le respect de son projet de vie. 

Il s’agit principalement de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA), accordée à la personne pour son maintien à domicile. L’entrée en EHPAD ne modifie pas le versement de cette allocation. Comme l’entrée correspond à un changement de vie majeur, la personne âgée est consultée, de façon systématique. 

Le directeur de l’établissement demande le consentement du senior. Cela peut être difficile pour un patient Alzheimer : les proches doivent justifier l’urgence d’entrée auprès du juge des contentieux de protection, notamment avec un certificat médical. Après décision favorable des tribunaux, cette entrée peut alors avoir lieu, dans le souci de protection. 

Quel régime de protection juridique favoriser pour un senior souffrant de démence ? 

Les hésitations sont nombreuses lorsque la maladie neuro-dégénérative est un stade assez précoce. La personne âgée oscille entre phases de lucidité et crises de démence. Les proches sont partagés entre l’amélioration de la protection de la personne et la volonté de maintenir une certaine autonomie. 

Pourtant, une fois le diagnostic posé, il convient d’agir vite. Cela peut passer par un mandat de protection judiciaire, avec l’accord de la personne souffrant d’Alzheimer. 

Quelle que soit la mesure de protection, la procédure d’entrée en établissement n’est pas automatique. Les délais entre le dépôt d’un dossier auprès des tribunaux et la reconnaissance de la mesure demeurent assez longs.

Note de l’article (7 votes)

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

Andrea,Rédactrice chez Cap Retraite

Commentaires (0)

Réagissez, posez une question…

Les derniers articles

Articles les plus recherchés

Nos dossiers sur ce thème

Les différents types de maisons de retraite

Le terme général de maison de retraite inclut un ensemble d'établissements. Pour bien choisir, il est important de distinguer les diverses formes d'hébergements pour personnes…

En savoir plus

EHPAD

L'Ehpad est le type de maison de retraite le plus répandu en France. Son statut juridique et sa structure font de l'Ehpad le lieu d'accueil…

En savoir plus

Les résidences services séniors

En plein développement et de plus en plus abordables, les résidences services séniors sont des logements, à l'achat ou en location, destinés aux personnes âgées…

En savoir plus

Les tarifs des maisons de retraite

Dans un objectif de plus grande transparence des prix, des nouveautés au niveau des affichages de tarifs de maisons de retraite sont entrées en vigueur…

En savoir plus

L'entrée en maison de retraite

Cette rubrique prodigue des conseils destinés aux familles qui souhaitent aider leurs proches âgés à réussir leur entrée en maison de retraite. En effet, il…

En savoir plus

La bientraitance en maison de retraite

Les personnes âgées en perte d'autonomie ou dépendantes sont très souvent dans une situation de vulnérabilité et de fragilité. Il est donc primordial de leur…

En savoir plus

Le quotidien en maison de retraite

Les journées en maison de retraite sont, pour la plupart, rythmées de manière similaire. Cette rubrique s’articule autour du quotidien de nos aînés en maison…

En savoir plus

Les professionnels en maison de retraite

Pour qu’une résidence pour personnes âgées s’organise de manière optimale, elle doit s'articuler autour d'une répartition de rôles, bien précise. En premier lieu, nous aborderons…

En savoir plus

Perte d'autonomie

Prévenir la dépendance est primordial pour bien vieillir. Si la perte d’autonomie s’installe, il existe des solutions pour garantir une bonne qualité de vie.

En savoir plus

Maintien à domicile

Le maintien à domicile au grand âge est un défi. Pour le relever en toute sécurité, il doit être préparé minutieusement.

En savoir plus

Accidents et chutes à domicile

Les chutes sont un véritable fléau pour les personnes âgées. Les accidents à domicile peuvent être évités en prenant des mesures adaptées.

En savoir plus

Aménagement du domicile

Adapter son logement au vieillissement permet de continuer à vivre à domicile en toute sécurité. La perte d’autonomie impose divers aménagements.

En savoir plus