L’alimentation peut-elle combattre la maladie d’Alzheimer ou du moins la prévenir ? C’est ce que suggèrent de nombreuses études qui mettent l’accent sur les effets protecteurs de certains aliments, comme les légumes verts et les baies.

L’alimentation peut-elle vraiment nous protéger de la maladie d’Alzheimer ?

Un rapport publié par des scientifiques de l’université d’Exeter, en Angleterre, renforce une hypothèse de plus en plus admise : l’influence bénéfique de certains aliments sur le cerveau des personnes âgées. Ces aliments pourraient ainsi réduire les risque de développer une démence. Si l’on ne connaître pas encore les causes de la maladie d’Alzheimer, il est en effet toujours possible d’en réduire les facteurs de risque.

Le Global Council on Brain Health (GCBH), organisme britannique se concentrant sur les questions de santé cérébrale, a examiné les dernières études relatives à l’influence de l’alimentation sur le cerveau des personnes âgées de 50 ans et plus.

Les experts sont arrivés à la conclusion que les aliments et régimes bons pour le cœur sont également bons pour le cerveau. Ils s’appuient notamment sur certaines études récentes évaluant l’incidence de la maladie d’Alzheimer au sein d’importantes cohortes au cours des dernières décennies. Ces études ont constaté une diminution de l’incidence, ajustée selon l’âge, de la maladie d’Alzheimer survenant parallèlement à une amélioration de la santé cardiovasculaire.

Comment bien manger pour protéger son cerveau ?

Le rapport du GCBH propose ses recommandations pour protéger le cerveau des effets délétères du vieillissement et de la maladie d’Alzheimer :

  • L’alimentation a une influence sur la santé cérébrale.
  • Ce qui est bon pour le cœur est bon pour le cerveau. Certains problèmes médicaux pour lesquels l’alimentation a été reconnue comme un facteur de risque (hypertension, cholestérol élevé et diabète) portent également atteinte à la santé cardiovasculaire et cognitive.
  • Des habitudes saines d’alimentation sur le long terme favorisent une bonne santé du cerveau.
  • Il n’est jamais trop tard pour changer de régime (même si, les experts reconnaissent que plus on commence tôt, mieux c’est).
  • Le régime alimentaire occidental actuel (riche en sel, sucre, calories et graisses saturées) n’est pas bon pour le cerveau. Les régimes sains évoqués sont le régime méditerranéen, le régime DASH et le régime MIND, ainsi que le régime nordique.
  • Il n’a pas d’aliment constituant une solution miracle contre la maladie d’Alzheimer. C’est une combinaison de plusieurs aliments et nutriments au sein d’un régime équilibré qui protège le cerveau.
  • Un régime à base d’aliments d’origine végétale, riche en fruits et légumes variés, surtout les légumes verts à feuilles et les baies, améliore la santé cervicale (et réduit donc le risque d’avoir la maladie d’Alzheimer).
  • La consommation de poisson et crustacés semblent être bénéfique pour les fonctions cognitives, apparemment en raison de l’acide gras Oméga-3.
  • De nombreuses études associent une consommation élevée de graisses saturées avec un déclin cognitif et des démences comme la maladie d’Alzheimer. Un régime pauvre en graisses, et surtout en graisses trans et saturées, serait meilleur pour le cerveau.
  • Une consommation excessive d’alcool est mauvaise pour la santé cérébrale.
  • Trop de sel entraîne une hypertension, laquelle constitue un important facteur de risque d’AVC. Les AVC sont eux-mêmes un facteur de risque de démence vasculaire. Il est donc recommandé de réduire la consommation de sel.

Tableau récapitulatif des aliments à privilégier et à limiter :

ENCOURAGERINCLURELIMITER
  • Baies (pas en jus)
  • Légumes frais (surtout les légumes verts à feuilles)
  • Graisses saines (essentiellement celles trouvées dans les huiles, notamment l’huile d’olive)
  • Noix (fruit très calorique, devant être consommé avec modération)
  • Poisson et crustacés
  • Haricots et légumineuses
  • Fruits
  • Produits laitiers pauvres en graisse (notamment les yogourts)
  • Volaille
  • Graines
  • Aliments frits
  • Pâtisseries et gâteaux
  • Produits alimentaires transformés
  • Viande rouge et ses dérivés
  • Produits laitiers riches en graisse (lait complet, beurre, fromage…)
  • Sel

 

Note de l’article (16 votes)

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

Yaël A.,Rédactrice chez Cap Retraite

1 Commentaire

Réagissez, posez une question…

  1. Marc

    J aimerai avoir de la documentation et conseils pour aider et accompagner ma belle mère atteinte de cette pathologie.
    AinSi que le matériels culinaire pour la protéger des risques d accidents et d incidents dans sa maison.

    Répondre

Les derniers articles

Articles les plus recherchés

Nos dossiers sur ce thème

La santé du Grand-âge

L'accroissement de la longévité s'accompagne de la multiplication de pathologies propres aux personnes âgées. Nous abordons dans ce dossier intitulé "la santé au grand âge"…

En savoir plus

Face à la maladie d'Alzheimer

Nous avons consacré un dossier spécifique à la maladie d’Alzheimer, pour appréhender à sa mesure ce véritable fléau, qui touche en France 800 000 personnes,…

En savoir plus

Face à la maladie de Parkinson

Affection dégénérative du cerveau la plus courante après Alzheimer, la maladie de Parkinson touche plus de 2 % de la population française de plus de…

En savoir plus