La danse-thérapie est une approche innovante pour la prise en charge de Parkinson. Elle permet de solliciter le corps et de diminuer l’anxiété.

Caroline Fromentin, danseuse-thérapeute, nous explique comment ça marche. En collaboration avec l’association France Parkinson, elle anime des ateliers pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

La danse au service des personnes atteintes de Parkinson

Cap Retraite : Bonjour Madame, merci d’avoir accepté de répondre à quelques questions. Pouvez-vous nous présenter votre parcours et votre action auprès des personnes âgées ?

Caroline Fromentin : Bien, avec plaisir. Je m’appelle Caroline. Je suis également naturopathe, spécialisée en relaxation coréenne. Je suis la co-autrice du livre Mon corps en équilibre.

Je me suis lancée dans cette belle aventure qu’est la danse-thérapie il y a quelques années déjà. La danse est en effet l’une de mes passions.

J’ai suivi une formation dans une école à Paris, Motiv’ danse à la Pitié-Salpêtrière, avec le Professeur Flamand-Roze. Je me suis spécialisée dans l’intervention auprès des personnes atteintes de la maladie de Parkinson,

Le but : amener ces personnes au mouvement, de façon sécurisée et encadrée, dans le cadre d’ateliers au sein de l’hôpital.

Cap Retraite : Quels sont les profils des personnes malades ? Comment les amenez-vous à participer à vos ateliers ?

Caroline Fromentin : J’interviens auprès de personnes adhérant à l’association France-Parkinson, dans les départements des Yvelines et du Val d’Oise. Celles-ci se trouvent à des stades assez variés de la maladie. Certaines personnes se déplacent avec un déambulateur et d’autres sont encore très indépendantes.

L’objectif de ces ateliers est « la mise en mouvement », au cours de laquelle les personnes demeurent très libres dans leur expression physique. Je constitue une source d’idées et d’énergie, pour leur montrer tout leur potentiel, malgré leurs contraintes apparentes.

En effet, une personne atteinte de Parkinson ne se résume pas à sa pathologie.

La danse thérapie pour stimuler le corps et les liens sociaux

Cap Retraite : Quels sont les bienfaits de la danse-thérapie ?

Caroline Fromentin : Ils sont très nombreux. Nous connaissons les trois piliers de la prise en charge thérapeutique :

  • les médicaments, assez incontournables,
  • la rééducation individuelle, notamment la kinésithérapie,
  • l’activité physique dans son ensemble.

Les bénéfices de la danse sont multiples :

  • coordination des mouvements,
  • équilibre,
  • maîtrise et encadrement du phénomène appelé « freeze » (un arrêt brusque des mouvements suivi de tremblements),
  • endurance et cardio-vasculaire,
  • mémoire pour l’apprentissage de chorégraphies…

Cet aspect moteur est le plus évident.

La danse-thérapie insuffle également une dimension sociale fondamentale. Elle apporte de la bienveillance, une énergie très positive, car on rit ensemble… Elle renforce la confiance en soi et diminue l’anxiété et les tensions. Elle aide beaucoup à relativiser les problématiques des patients.

C’est un rendez-vous assez attendu pour des personnes encore à domicile, assez autonomes et âgées de 60 à 80 ans. Pour l’instant, je n’interviens pas en EHPAD, ni en séance particulière.

La danse-thérapie insuffle également une dimension sociale fondamentale.

Une thérapie construite autour de la mise en mouvement

Cap Retraite : Quels sont les prérequis des ateliers et leur fréquence ?

Caroline Fromentin : La mise en mouvement ne nécessite rien de la part des personnes malades. Il n’y a pas de matériel spécifique. Une chaise suffit la plupart du temps.

Les danseurs ont des profils assez hétéroclites : aucun mouvement n’est recommandé ou au contraire interdit, aucune intensité n’est exigée.

Il ne s’agit surtout pas de mettre en difficulté le participant, qui capte « l’idée du mouvement » avant de le produire, selon ses envies et ses capacités. Si l’un des danseurs « freeze », cela peut s’intégrer dans l’atelier.

J’interviens dans les deux antennes départementales toutes les semaines. La participation aux ateliers dépend des rythmes de vie de chacun. La régularité s’installe pour des personnes qui, au terme de la séance, éprouveront une « bonne fatigue ».

Les danseurs participent dans la joie et font partie intégrante du groupe. Pendant deux heures, ils oublient leurs problèmes autour de Parkinson.

La mise en mouvement correspond à un travail sur le rythme, la voix, etc. Elle est ludique. Il ne s’agit surtout pas d’une conception rigide et technique de la danse, comme cela peut être perçu dans la culture occidentale.

Exemple d'un atelier danse pour les patients atteints de la maladie de Parkinson

Cap Retraite : Comment se déroule un atelier ?

Caroline Fromentin : Il débute par un « sas de décompression », où chacun se réapproprie son corps et s’échauffe. Les danseurs sont assis pendant cette période, afin d’éviter de trop les fatiguer.

Ils appréhendent en douceur et de façon ludique le rythme et l’espace. Pour cette mise en mouvement, je peux puiser dans le jazz, le tango, la salsa, le qi gong…

Cap Retraite : Combien de personnes composent un atelier ?

Caroline Fromentin : À peu près une quinzaine. Au-delà, il est plus difficile de diriger un groupe.

Cap Retraite : Comment sont perçus vos ateliers ?

Caroline Fromentin : Généralement, le retour vient davantage de la part des danseurs eux-mêmes. Leur assiduité aux séances témoigne de leur satisfaction.

Ils reconnaissent que cela peut améliorer leur condition physique, leur posture ou leur façon d’appréhender leur monde…

Un impact positif sur le malade de Parkinson, reconnu en France

Ils ont une plus grande richesse de mouvements. La danse-thérapie les aide, tant sur le plan moteur que sur le plan social et mental.

Cap Retraite : Cette pratique s’étend-elle sur le plan national ?

Caroline Fromentin : Oui. Depuis quelques années, les médias l’évoquent beaucoup, à travers des reportages.

La formation de la Pitié-Salpêtrière est très ouverte, avec comme objectif principal d’avoir des intervenants en danse-thérapie sur la France entière. L’établissement est d’ailleurs très réputé dans le traitement de la maladie de Parkinson.

La danse-thérapie : chacun peut l’appliquer chez soi

Cap Retraite : Comment peut-on appréhender cette pratique ?

Caroline Fromentin : La danse-thérapie est assez novatrice en soi. Depuis longtemps, on parle des bénéfices du tango pour la maladie de Parkinson, en raison des pratiques dynamiques de cette danse. Mais je pense que tout mouvement dansé est bénéfique pour les personnes atteintes de cette pathologie.

L’approche est véritablement pluridisciplinaire : gestes de taï-chi, gymnastique douce, mouvements qui ont leur origine dans le jazz, la salsa…

Cap Retraite : Comment procéder pour reproduire cette pratique à la maison ?

Caroline Fromentin : Il est tout à fait conseillé de reprendre les gestes. Par exemple, lors d’une séance, je montre des petites chorégraphies avec les doigts. J’encourage beaucoup à reproduire tous les mouvements à la maison.

Les personnes intéressées peuvent se rendre sur les plateformes reconnues en ligne. Par exemple, l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière propose un cours en ligne de danse-thérapie depuis la pandémie.

À ce sujet, les protocoles Covid-19 suivent les directives imposées par les autorités nationales. En plein cœur de la pandémie, les personnes ont suivi mes ateliers avec des masques par exemple.

Cap Retraite : Merci beaucoup d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.

Note de l’article (3 votes)

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

Yaël A.,Rédactrice chez Cap Retraite

Commentaires (2)

Réagissez, posez une question…

  1. Béatrice Gysin

    Bonjour la danse thérapie serat- elle aussi efficace pour les personnes souffrant de déséquilibre suite à Meniere ? En plus je tremble aussi depuis des années. Merci de votre reponse

    Répondre
    1. Andrea Benisti

      Bonjour,

      Merci pour votre commentaire.
      La danse et les sports « doux » peuvent également avoir des vertus thérapeutiques, tant que vous les exercez à votre rythme, sans forcer. La musique est bonne pour la gymnastique de l’oreille et si en supplément vous souffrez de tremblements, les exercices physiques comme le tai chi, le yoga, le pilates ou la danse, peut vous aider à travailler votre équilibre, réduire vos tremblements et le stress.

      Répondre

Les derniers articles

Articles les plus recherchés

Nos dossiers sur ce thème

La santé du Grand-âge

L'accroissement de la longévité s'accompagne de la multiplication de pathologies propres aux personnes âgées. Nous abordons dans ce dossier intitulé "la santé au grand âge"…

En savoir plus

Face à la maladie d'Alzheimer

Nous avons consacré un dossier spécifique à la maladie d’Alzheimer, pour appréhender à sa mesure ce véritable fléau, qui touche en France 800 000 personnes,…

En savoir plus

Face à la maladie de Parkinson

Affection dégénérative du cerveau la plus courante après Alzheimer, la maladie de Parkinson touche plus de 2 % de la population française de plus de…

En savoir plus