La dépendance en Ehpad

La grille d’évaluation AGGIR permet d’évaluer la perte d’autonomie des nouveaux résidents et de fixer le tarif dépendance dont ils devront s’acquitter à l’Ehpad. La dépendance est prise en charge par l’équipe soignante de l’établissement et peut ouvrir droit à l’APA.

La dépendance en Ehpad

La prise en charge de la dépendance en Ehpad

Au regard du vieillissement de la population, force est de constater que le nombre de personnes âgées en perte d’autonomie est en constante augmentation. La dépendance est du reste l’une des raisons principales de l’institutionnalisation en
Ehpad
. En outre, les aînés entrent de plus en plus tard en maison de retraite et sont donc de plus en plus dépendants lors de leur admission. De nombreux résidents sont atteints de la maladie d’Alzheimer et ont besoin d’une prise en charge spécifique.

Le personnel soignant, dirigé par le médecin coordonnateur et l’infirmière référente, assure la prise en charge au quotidien non seulement des besoins de santé, mais aussi de la dépendance en Ehpad. Cette équipe comporte plusieurs intervenants :

  • infirmières,
  • aides-soignantes,
  • aides médico-psychologiques,
  • agents de service,
  • psychologue.

Pour adapter cet accompagnement aux besoins de l’aîné et définir un projet de soins individualisé, il est nécessaire de connaître le niveau de dépendance du résident de l’Ehpad.

La Sécurité sociale a élaboré la grille d’évaluation AGGIR (Autonomie Gérontologique Groupe Iso-Ressources) pour déterminer ce degré de perte d’autonomie physique et/ou psychique d’une personne âgée, et ainsi définir ses besoins.

La grille AGGIR : évaluer le GIR et la dépendance

La grille AGGIR définit 6 groupes Iso-Ressources (GIR) correspondant au niveau de dépendance du résident de l’Ehpad.

Le médecin coordonnateur se sert de cette grille pour déterminer le niveau de perte d’autonomie des nouveaux résidents et adapter la prise en charge.

  • Les 10 variables suivantes (dites « discriminantes ») sont étudiées pour établir le GIR : la cohérence du comportement, l’orientation dans le temps et l’espace, la toilette (se laver seul), l’habillage, l’alimentation, l’hygiène des mécanismes d’élimination, les déplacements et transferts de position (se lever, se coucher, s’asseoir), et l’utilisation des moyens de communication.
  • 7 autres variables, dites « illustratives », n’entrent pas dans le calcul du GIR en Ehpad, mais renseignent
    le personnel soignant de la maison de retraite : la capacité de gestion (de ses propres affaires), la préparation des repas, le ménage, l’utilisation des transports, le mode d’achat, le suivi des traitements médicaux et l’occupation du temps libre.

Chacune de ces 17 rubriques est notée A (actes accomplis seul totalement et correctement), B (actes partiels) ou C (actes non réalisés).

Ainsi, le GIR 1 correspond aux personnes âgées très dépendantes sur les plans physique et psychique, alors que le GIR 6 se compose des personnes qui n’ont pas perdu leur autonomie pour les actes de la vie courante.

La dépendance en Ehpad et l'attribution de l'APA

Le GIR permet de déterminer le tarif dépendance dont s’acquitte le résident.

Il existe trois niveaux de tarif dépendance en Ehpad :

  • GIR 1-2 : le plus élevé,
  • GIR 2-3 : correspond à une dépendance moyenne,
  • GIR 5-6 : faible perte d’autonomie – c’est également le ticket modérateur du tarif dépendance de la maison de retraite.

La grille AGGIR est utilisée par les Conseils généraux pour l’attribution de
l’APA (l’allocation personnalisée d’autonomie) en établissement.

Ainsi, les niveaux de dépendance GIR 1 à 4 ouvrent droit à l’APA en Ehpad dès lors que les conditions d’âge (60 ans) et de résidence sont remplies.

Le calcul du montant de l’APA dépend du niveau de dépendance du résident de l’Ehpad, du tarif pratiqué dans l’établissement et des ressources du bénéficiaire. Les GIR 5-6 servent également de base dans le calcul de l’aide accordée pour couvrir la dépendance en Ehpad.

Si la perte d’autonomie se renforce, le médecin coordonnateur procède à une nouvelle évaluation de la dépendance du résident et l’APA peut être ajustée.

Documents associés

Quels documents souhaitez vous recevoir

Articles connexes

Les prises en charge spécifiques en Ehpad

Les prises en charge spécifiques en Ehpad

La diversité des pathologies du grand âge entraîne la nécessité de mettre en place des prises en charge spécifiques en Ehpad. L’élaboration de projets de soins et de vie personnalisés permet à la plupart des établissements d’accueillir des publics aux besoins différents et de leur offrir une réponse adaptée.

Lire la suite

Le dossier d’admission en Ehpad

Le dossier d’admission en Ehpad

Lorsque la décision de l’entrée en maison de retraite est prise, la première étape consiste à trouver un établissement adapté. Il est ensuite nécessaire de remplir un dossier d’admission en Ehpad pour demander une place dans la résidence choisie. Divers critères entrent ensuite en compte dans l’admission du nouveau résident.

Lire la suite

Je cherche une maison de retraite à :

    Copyright © 2016 - Cap Retraite

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous proposer une navigation optimale. Pour en savoir plus, cliquez ici