Les acouphènes : symptômes et traitements

Les acouphènes sont un phénomène fréquent et handicapant. Souvent liés à une perte auditive chez les personnes âgées, ils touchent aussi les jeunes, exposés au bruit et à des traumatismes sonores. Les acouphènes ne peuvent pas être guéris, mais un traitement adapté permet d’améliorer la qualité de vie du patient. Tour d’horizon à l’occasion de la Journée nationale de l’audition.

Les acouphènes : symptômes et traitements

Qu’est-ce que les acouphènes ?

Un acouphène est une sensation auditive, c’est-à-dire la perception d’un son sans origine externe à l’organisme. Il n’est donc pas entendu par l’entourage.

Il ne s’agit pas d’une maladie à proprement parler, mais d’un symptôme. Les acouphènes sont parfois le premier signe de perte auditive chez les personnes âgées. Ils peuvent ainsi accompagner un trouble auditif ou être le symptôme d’un autre problème de santé, notamment l’hypertension artérielle, une allergie ou l’effet indésirable d’un médicament.

Quels sont les différents types d’acouphènes ?

On distingue principalement deux types d’acouphènes :

  • acouphènes subjectifs (99 % des cas) : il s’agit de sons dans l’oreille ou la tête, perçus uniquement par le patient. Ils sont le plus souvent attribuables à une réaction auditive ou neurologique à une perte auditive ou un autre trouble déclencheur.
  • acouphènes objectifs : le médecin peut aussi les entendre au cours de la consultation. Ces sons sont généralement produits par l’organisme du patient, notamment par les systèmes circulatoire (circulation sanguine) ou nerveux somatique (régissant les mouvements musculo-squelettiques). Ils sont très rares (1 % des cas).

Quels sont les symptômes ?

Les acouphènes sont souvent décrits comme des bourdonnements dans les oreilles ou dans la tête. Ils peuvent néanmoins se manifester de différentes façons :

  • sonnerie,
  • alarme,
  • sifflement,
  • craquement,
  • claquement,
  • tintement…

Les acouphènes peuvent être des sons graves, aigus, doux, forts, intermittents ou constants. Ils sont perçus dans une oreille (phénomène unilatéral) ou dans les deux oreilles (bilatéral).

Les patients décrivent généralement leur perception personnelle des acouphènes de trois façons différentes :

  • acouphène tonal: perception d’un son presque continu (ou de plusieurs sons entremêlés) aux fréquences bien définies. Le volume de l’acouphène fluctue souvent ;
  • acouphène pulsatile: perception de sons au rythme régulier, souvent liés au pouls du patient ;
  • acouphène musical : perception de notes de musique ou d’un air. Le patient entend parfois le même air en boucle. Ces acouphènes sont très rares.

Qui est concerné par les acouphènes ?

Les acouphènes touchent entre 14 et 17 millions de Français, d’après l’enquête JNA-Ifop 2018 « Acouphènes et hyperacousie : fléaux du XXI° siècle ? ». D’après cette étude, 28 % des Français de 15 ans et plus affirment souffrir actuellement d’acouphènes. Le dixième témoigne que ce phénomène est fréquent, voire permanent.

Les acouphènes ne concernent pas que les seniors :

  • 56 % des 15 à 17 ans affirment avoir déjà ressenti des acouphènes,
  • 49 % des 18 à 24 ans en ont également fait l’expérience.

En effet, les acouphènes sont souvent liés à des traumatismes sonores et pas uniquement aux problèmes de santé liés au grand âge.

Quelles sont les causes des acouphènes ?

L’acouphène n’est pas une maladie en soi, mais plutôt le symptôme d’un autre problème de santé sous-jacent. Dans la plupart des cas, l’acouphène est une réaction neurosensorielle à une lésion dans l’oreille ou le système auditif, se manifestant dans le cerveau. Bien que les acouphènes soient souvent associés à une perte auditive, il existe quelque 200 problèmes de santé pouvant en générer.

Perte auditive

La perte auditive sous-jacente aux acouphènes peut être causée par :

  • la presbyacousie: perte d’audition liée au vieillissement, commençant en général vers l’âge de 60 ans. Ce phénomène, le plus souvent bilatéral, se traduit par une perte de l’audition essentiellement dans les fréquences élevées. La presbyacousie explique la fréquence des acouphènes chez les personnes âgées.
  • la perte auditive due au bruit: une exposition à des sons trop forts, au cours d’un traumatisme sonore ou sur une longue période, risque d’endommager le système auditif. Ce phénomène entraîne une perte auditive et souvent des acouphènes. L’atteinte est souvent unilatérale et se traduit par une perte de l’audition dans les fréquences similaires à celles qui ont déclenché le traumatisme.

Obstruction du conduit auditif

Les obstructions du conduit auditif (cérumen, congestion…) entraînent souvent une pression sur l’oreille interne, affectant le fonctionnement du tympan. Les corps étrangers en contact avec le tympan peuvent entraîner des acouphènes. Éliminer la cause du blocage suffit souvent à remédier aux acouphènes, sauf en cas de lésion.

Traumatisme crânien ou cervical

Les blessures graves à la tête ou au cou peuvent entraîner des troubles nerveux, circulatoires ou musculaires, accompagnés d’acouphènes (somatiques).

Troubles articulaires temporo-mandibulaires

Les lésions et autres troubles de l’articulation temporo-mandibulaire sont susceptibles d’entraîner des acouphènes somatiques. L’ATM est en effet très proche du système auditif et partage certains ligaments et plusieurs connexions nerveuses avec l’oreille moyenne.

Pression sinusale

La congestion nasale, liée à une grippe, un rhume ou une infection des sinus, cause souvent une pression dans l’oreille moyenne. Ce phénomène risque d’affecter l’audition et d’être accompagné d’acouphènes.

Traumatisme crânien

Le traumatisme cranio-cérébral, causé par un impact, peut endommager les régions du cerveau responsables du traitement des sons et entraîner des acouphènes.

Médicaments ototoxiques

Les acouphènes comptent parmi les effets indésirables de nombreux médicaments. En général, ils sont de courte durée et cessent lorsque le traitement médicamenteux est interrompu. Certains médicaments peuvent néanmoins entraîner des symptômes permanents.

Les médicaments ototoxiques comprennent :

  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS),
  • certains antibiotiques,
  • certains traitements du cancer,
  • des diurétiques,
  • des médicaments à base de quinine.

Le médecin traitant doit être consulté pour savoir s’il est possible de changer de médicament.

Quelles conséquences ont les acouphènes sur la qualité de vie ?

Les acouphènes peuvent être très handicapants. Ils affectent souvent la qualité de vie du patient, comme son bien-être sanitaire et sa vie sociale. Même les acouphènes modérés peuvent gêner la personne à travailler ou à lier des relations avec autrui.

Les acouphènes entraînent différents troubles :

  • détresse,
  • dépression,
  • anxiété,
  • sautes d’humeur,
  • troubles du sommeil,
  • irritabilité ou frustration,
  • concentration réduite,
  • douleur (surtout lorsque les acouphènes sont accompagnés d’une hyperacousie – hypersensibilité à un bruit d’intensité normale).

Quels sont les traitements des acouphènes ?

Il n’existe actuellement aucun remède permettant de mettre fin aux acouphènes. Lorsque la cause peut être traitée (congestion nasale, bouchon de cérumen, médicament ototoxique…), les acouphènes peuvent disparaître. Mais, ils sont souvent liés à des conditions irréversibles.

Il existe néanmoins des outils et traitements permettant de réduire le fardeau lié aux acouphènes et d’améliorer la qualité de vie du patient. L’ORL peut préconiser différentes thérapies :

  • la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : psychothérapie apprenant au patient à vivre avec les acouphènes et à remplacer son stress par des pensées positives.
  • le masquage des acouphènes: il s’agit d’éviter le silence et de mettre de la musique ou des sons agréables (bruits de cascade ou de ruisseau, musique d’ambiance) comme bruit de fond pour masquer les acouphènes.
  • des traitements médicamenteux : ils ne traitent pas les acouphènes, mais permettent de soulager l’anxiété ou de soulager les douleurs, le cas échéant.
  • la thérapie acoustique d’habituation: cette thérapie combine un coaching et une thérapie par le son. Elle peut prendre jusqu’à 18 mois et doit être réalisée auprès d’un audioprothésiste qualifié. Il s’agit d’apprendre à ignorer les bruits gênants et à filtrer les acouphènes pour ne plus entendre que les sons utiles.
  • la prothèse auditive: lorsque les acouphènes sont accompagnés d’une perte auditive importante, un appareil auditif adapté permet d’améliorer l’audition des sons utiles, ce qui masque également les acouphènes.

Les acouphènes sont un fléau difficile à traiter, mais il est possible d’apprendre à vivre avec et d’ainsi retrouver une bonne qualité de vie.

L'avis des utilisateurs sur cet article
4.7/5 - 3 votes - Votre vote :

Articles connexes