Alzheimer : un médicament efficace en voie d’être approuvé ?
Actualités

Publié le 28/10/2019 . Mis à jour le 15/11/2019

Publié le 28 Oct. 2019 . Mis à jour le 15 Nov. 2019

Nouvel espoir dans la recherche d’un traitement efficace contre la maladie d’Alzheimer. La compagnie pharmaceutique Biogen a annoncé demander l’approbation de la FDA américaine pour la commercialisation d’un médicament susceptible de retarder l’évolution de la démence et pas seulement de soulager les symptômes. Qu’est-ce que ce médicament et peut-on déjà se réjouir ?

Alzheimer : un médicament efficace en voie d’être approuvé ?

Comment Biogen donne-t-elle un nouvel espoir aux malades d’Alzheimer ?

Le laboratoire pharmaceutique américain Biogen a annoncé fin octobre avoir l’intention de demander, début 2020, à la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis une autorisation de commercialisation d’un nouveau médicament contre la maladie d’Alzheimer.

La molécule développée par le laboratoire, appelée aducanumab, est censée pouvoir ralentir l’évolution de la maladie d’Alzheimer si elle est administrée aux premiers stades de la démence.

La décision a été prise après une consultation avec les représentants de la FDA (agence américaine des médicaments) et l’analyse approfondie des résultats d’essais cliniques du traitement. Ces tests auraient montré un recul significatif du rythme de développement de la maladie chez les patients auxquels la molécule a été administrée peu après le diagnostic.

Qu’est-ce que l’aducanumab et comment ça marche ?

L’aducanumab est un anticorps monoclonal, capable d’identifier les plaques amyloïdes responsables de la maladie d’Alzheimer, de s’y attacher, puis de les désactiver.

Le médicament est administré sous forme d’injection intraveineuse une fois par mois.

S’il est approuvé, il offrira un véritable espoir de traitement de la maladie et pas seulement des symptômes de la maladie d’Alzheimer. En effet, si l’on sait depuis longtemps que l’agrégation de la protéine bêta-amyloïde entre les neurones est responsable avec l’accumulation de protéines Tau de la maladie d’Alzheimer, aucun traitement efficace n’a encore été trouvé.

Aujourd’hui, il n’existe que des médicaments pour le traitement des symptômes de la maladie. Mais, en France, même ces médicaments ne sont plus remboursés depuis août 2018, en raison d’un manque d’efficacité.

Pourquoi l’annonce de Biogen est-elle surprenante ?

L’annonce faite par la compagnie pharmaceutique a néanmoins surpris les acteurs de la recherche d’un traitement efficace de la maladie d’Alzheimer. En effet, en mars dernier, le laboratoire avait déclaré interrompre un essai clinique effectué auprès de deux groupes de 1 600 patients chacun. La raison : des résultats décevants versus des effets secondaires jugés trop importants par rapport aux gains. La molécule a pour effet indésirable d’entraîner des œdèmes dans les tissus du cerveau et des maux de tête.

Pourtant les chercheurs du laboratoire n’ont pas baissé les bras et ont continué à analyser les résultats des différentes étapes de l’essai. En effet, l’essai clinique de phase 1 avait donné de bons résultats d’où la nécessité de mieux analyser les conclusions de mars 2019.

Le laboratoire est passé directement à un essai clinique de phase 3, impliquant l’administration du médicament pendant 18 mois. À mi-chemin, les premiers résultats portant sur les données recueillies en décembre 2018 ont été analysés et se sont révélés décevants. Face au manque d’efficacité conjugué aux effets indésirables, l’étude a été interrompue. Pourtant les données de l’essai pour la période de décembre 2018 à mars 2019 ont continué à être récoltées et analysées. Résultat : une véritable amélioration des capacités cognitives des patients traités avec l’aducanumab (23 %) par rapport au groupe témoin (ayant reçu un placébo).

Le médicament aurait ainsi pour effets positifs sur les patients aux premiers stades de la maladie d’Alzheimer :

  • une amélioration des fonctions cognitives (mémoire, langage, orientation spatio-temporelle),
  • le maintien des capacités fonctionnelles et donc une perte d’autonomie moins importante.

Pourquoi cette différence entre les deux essais ? L’essai de phase 3 impliquait une hausse de posologie progressive. Par conséquent, les personnes qui ont reçu des doses plus élevées après la première collecte de données ont vu leur état s’améliorer ! Les conclusions de l’analyse de futilité de mars 2019 pourraient avoir été trop hâtives, au regard du changement de posologie intervenu par la suite.

Quand peut-on espérer voir un médicament contre Alzheimer sur le marché ?

Le processus d’approbation du nouveau médicament susceptible de ralentir l’évolution de la maladie d’Alzheimer pourrait bien prendre plusieurs années. En effet, la FDA peut décider soit :

  • d’exiger de Biogen un essai clinique supplémentaire, impliquant une plus large cohorte de patients,
  • d’approuver la commercialisation du médicament sous réserve d’un contrôle strict des résultats.

Si la FDA exige en général plusieurs essais concluants, la maladie d’Alzheimer est jusqu’à présent incurable. Résultat : l’agence américaine pourrait s’avérer plus souple et donner sa chance à l’aducanumab, jusqu’à preuve du contraire.

Reste à voir aussi comment les responsables de l’approbation des médicaments en Europe choisiront d’agir. Et pour la France, quelle sera la politique de remboursement du médicament, après la décision d’août 2018.

L'avis des utilisateurs sur cet article
4.5/5 - 2 votes - Votre vote :

Articles connexes