Prise en charge de la dépendance : de nouveaux moyens alloués aux Ehpad
Le 01/06/2018 - Maisons de retraite

Après les grèves des personnels d’Ehpad, qui ont secoué le secteur ces derniers mois, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a présenté mercredi un plan d’actions prévoyant différentes mesures pour améliorer la prise en charge de la dépendance. Elles donneront notamment aux Ehpad les moyens d’optimiser l’accompagnement des résidents, au regard des besoins croissants en soins médicaux.

Prise en charge de la dépendance : de nouveaux moyens alloués aux Ehpad

20 000 nouveaux postes en Ehpad

Face à la hausse constante du nombre de personnes âgées, les besoins associés à la prise en charge de la dépendance se font de plus en plus ressentir aussi bien à domicile que dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

En janvier et en mars derniers, les employés des Ehpad et des services d’aide à domicile sont descendus dans les rues pour exiger de recevoir les moyens d’accompagner au mieux les personnes en perte d’autonomie.

Pour continuer à offrir une prise en charge médicale de qualité, les Ehpad ont besoin de renforcer leurs effectifs. Les personnels exigeaient donc des renforts pour pouvoir conserver une relation humaine avec chaque résident.

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a présenté mercredi une « feuille de route », qui permettra notamment aux Ehpad de créer quelque 20 000 nouveaux postes, grâce à une enveloppe de 360 000 euros débloqués de 2019 à 2021.

Le personnel soignant des Ehpad est en effet au cœur de l’accueil des résidents. Le plan dépendance annoncé par la ministre permettra également d’adapter les formations du personnel aux besoins de personnes âgées qui entrent de plus en plus tard en établissement, et dont une partie non négligeable est atteinte de la maladie d’Alzheimer nécessitant des compétences spécifiques.

Des solutions en Ehpad pour limiter les hospitalisations

Les mesures de la « feuille de route » visent également à améliorer la continuité du parcours de soin des personnes âgées et à éviter des hospitalisations inutiles ou trop longues.

Sont concernés à la fois les résidents permanents des Ehpad et les personnes âgées vivant à domicile, pour lesquelles la maison de retraite peut être une étape d’une prise en charge médicale fluide.

Des fonds seront ainsi alloués pour améliorer la prévention et faciliter l’accès aux soins tout en limitant les hospitalisations :

  • Des astreintes d’infirmières de nuit dans les Ehpad: jusqu’à ce jour, dans la plupart des Ehpad, des aides-soignants sont de garde la nuit. En cas d’alerte, les résidents sont souvent dirigés vers les urgences des hôpitaux. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) prévoyait déjà la mise en place d’un mécanisme d’astreinte d’infirmières de nuit pour plusieurs Ehpad. La ministre a annoncé une nouvelle enveloppe de 36 millions d’euros pour généraliser ce système. Le but : permettre l’intervention d’une infirmière en cas d’urgence, afin de limiter les hospitalisations inutiles.
  • Le développement de la télémédecine en Ehpad pour autoriser les prescriptions à distance d’ordonnances et d’actes pris en charge par la sécurité sociale. Résultat : limiter les déplacements inutiles des personnes âgées dépendantes.
  • La création de 1 000 places d’hébergement temporaire en Ehpad. Ces places seront financées par l’Assurance maladie (15 millions d’euros). Le but : permettre aux personnes âgées un séjour de convalescence dans un Ehpad après une hospitalisation, avant un retour à domicile. Cette mesure revient à renforcer l’hospitalisation à domicile (HAD) dans les Ehpad et permet une transition plus facile entre l’hôpital et le domicile, avec la possibilité pour la personne âgée et la famille d’envisager une entrée en maison de retraite, si la prise en charge en établissement s’avère plus adaptée.

Ces mesures permettront aux Ehpad de renforcer la prise en charge médicale de leurs résidents et d’améliorer la qualité de vie au travail du personnel. Des enquêtes de satisfaction seront également menées dans les Ehpad pour définir les autres actions à mettre en place afin de répondre aussi aux besoins des aidants familiaux.

L'avis des utilisateurs sur cet article
4.7/5 - 3 votes - Votre vote :

Articles connexes