Santé : ce qui change au 1er janvier 2018
Le 27/12/2017 - Santé

Chaque année au 1er janvier, plusieurs lois et décrets votés au cours de l’année précédente entrent en vigueur. En 2018, plusieurs changements concernent le domaine de la santé : découvrez avec Cap Retraite ce qui change au 1er janvier 2018 !

Santé : ce qui change au 1er janvier 2018

Le crédit d’impôt sur les services à domicile change au 1er janvier 2018

Pour l’emploi d’une personne à domicile pour de l’assistance aux personnes âgées, aux handicapés, ou pour l’entretien de la maison et petits travaux ménager, tous les contribuables pourront désormais bénéficier d’un crédit d’impôt. En effet, jusqu’au 1er janvier 2018, ce crédit d’impôt était réservé aux salariés et demandeurs d’emploi. Pour la nouvelle année, il n’y aura plus de distinction entre les actifs, les retraités et les non imposables : tous les contribuables pourront prétendre à ce crédit d’impôt.

Le crédit d’impôt sur l’emploi d’aide à domicile s’élève à 50 % des sommes engagées, dans la limite des 12 000 €. Ce plafond est majoré de 1 500 € par personne prise en charge, dans la limite cette fois des 15 000 €. Enfin, sachez que pour la première année d’embauche, ce plafond peut être élevé de 3 000 €.

Optique et appareil auditif : des informations plus encadrées

Après plusieurs enquêtes consommateurs, il s’est avéré que les affichages des prix des équipements auditifs et optiques n’étaient pas clairs. De même, il n’était pas toujours évident de bien comprendre les partenariats entre les opticiens ou audioprothésistes avec les mutuelles, et de bien avoir en tête le prix final.

Lors de votre prochaine visite chez l’opticien ou l’audioprothésiste, ces derniers seront obligés d’afficher une note précisant que le client doit recevoir un devis avant tout achat. Le prix et les différentes prestations correspondantes devront être clairement affichés en vitrine, et sur le site web si l’opticien ou l’audioprothésiste en dispose.

Les devis devront être plus clairs en affichant sans équivoque la part prise en charge par la sécurité sociale, par la mutuelle, et éventuellement le reste à payer. Le montant de la prestation et le tarif de chaque option devront être clairement présentés, ainsi que les modalités de paiement. Le but est de permettre au consommateur de comparer plus facilement les offres et de bien comprendre ce qu’il paye, et dans quelle mesure il paye de sa poche.

Hausse du forfait hospitalier

À partir du 1er janvier 2018, le forfait hospitalier augmente de 2 € par jour, ce qui représente un forfait de 20 € par jour. Pas de panique, si vous avez souscrit à une complémentaire santé, la différence sera prise en charge.

Les tarifs des soins dentaires évoluent dès le 1er janvier 2018

À partir de janvier 2018, suite à un arrêté de mars dernier, les prix des prothèses dentaires vont être plafonnés. En janvier 2018, le gouvernement lance en effet un plan sur quatre ans pour commencer avec un plafond à 550 € en 2018, et finir avec un plafond de 510 € en 2020 pour les couronnes céramométalliques. En parallèle, la base de remboursement des couronnes passera à 120 € en parallèle.

Pour compenser cette baisse du tarif des couronnes, les soins bucco-dentaires classiques comme les soins des caries vont augmenter : soigner une carie coûtera 67 € en 2018, au lieu de 41 € en 2017.

Certains médicaments pour le mal de dos ne seront plus remboursés

Si vous êtes sujet au mal de dos, notamment dû à une lombalgie aiguë, il est possible que certains de vos médicaments ne soient plus remboursés. Au 1er janvier 2018, Coltramyl, Miorel, Myoplege, et autres médicaments à base de thiocolchicoside en comprimés et gélules ne seront plus remboursés. Si vous souffrez de douleurs chroniques, n’hésitez pas à aborder le sujet avec votre médecin traitant qui pourra potentiellement vous orienter vers un nouveau traitement.

 

Pour vous préparer à la nouvelle année, vous avez ci-dessus la liste des changements qui prendront effet au 1er janvier, notamment en termes de santé. Pour commencer l’année sereinement, prenez vos dispositions et consultez votre médecin au besoin !

L'avis des utilisateurs sur cet article
3.7/5 - 7 votes - Votre vote :

Articles connexes