Les 7 faits les plus marquants sur l’isolement des seniors
Style de vie

Publié le 25/06/2017

Publié le 25 Juin. 2017

Le sentiment de solitude et d’isolement peut avoir des conséquences négatives sur la santé des personnes âgées. Comprendre les causes et facteurs de risque de l’isolement des seniors est important pour prévenir ce phénomène. Alors que les papys-boomers ont aujourd’hui 65 ans et plus, le nombre de personnes âgées qui vivent seules chez elles augmente. Découvrez pourquoi tant de seniors sont isolés et comment réduire la solitude des aînés de votre entourage.

Les 7 faits les plus marquants sur l’isolement des seniors

Isolement des seniors : les femmes sont les plus touchées

Plus du quart des seniors de 65 à 79 ans (27,1 %) vivent seuls dans leur logement, d’après le recensement de la population de l’Insee. Les femmes, plus souvent touchées par le veuvage, sont plus nombreuses à vivre seules à domicile : l’isolement des seniors concerne deux fois plus de femmes (35,4 %) que d’hommes (17,2 %) dans cette tranche d’âge.

Avec l’âge, le phénomène de l’isolement des seniors s’accentue : près de la moitié des personnes âgées de 80 ans et plus vivent seules dans leur logement. Là aussi, les femmes sont plus souvent isolées : 62 % contre 26,1 % des hommes vivant seuls.

La mort du conjoint, principale cause d’isolement des seniors

La perte du conjoint, un événement de plus en plus probable lorsqu’une personne vieillit, augmente le risque d’isolement émotionnel et social chez les seniors. Au-delà de la solitude provoquée par le deuil, la perte du partenaire entraîne aussi une diminution des interactions sociales, souvent facilitées par le fait de vivre en couple.

L’éloignement des enfants, entraînant souvent un véritable éclatement de la famille, provoque aussi très souvent un sentiment d’isolement pour les seniors.

Par ailleurs, la perte d’autonomie empêche la personne âgée de se déplacer comme elle le souhaiterait et de participer à la vie de la cité. Un quart des seniors présentant un handicap affirment ressentir de la solitude.

La dépression, liée au deuil et au refus de vieillir, entraîne également un isolement des seniors, qui ne souhaitent pas toujours participer à des activités réservées aux personnes âgées.

Enfin, la précarité économique accroît également le risque d’isolement des seniors. Une personne âgée vivant avec moins de 1 000 euros par mois a deux fois plus de risques d’éprouver un sentiment d’isolement qu’un senior vivant avec 2 500 euros par mois (Source : AXA prévention).

L’isolement accroît la mortalité des seniors

Le risque de mortalité prématurée peut augmenter de 14 % chez les seniors isolés, d’après une étude de l’université de Chicago, dirigée par le professeur de psychologie John Cacioppo.

L’isolement a des conséquences délétères sur la santé des seniors : la solitude accélère le déclin physique et cognitif chez les personnes âgées.

Les seniors souffrant de la solitude sont plus souvent touchés par les maux suivants :

  • des troubles du sommeil,
  • une hypertension,
  • une hausse du niveau de cortisol (hormone du stress),
  • une dépression,
  • une baisse du sentiment de bien-être,
  • un système immunitaire fragilisé,
  • un déclin des fonctions cognitives.

Autant de facteurs liés à l’isolement des seniors susceptibles d’augmenter les risques de décès prématuré.

L’isolement augmente les risques de maltraitance des seniors

L’isolement social des seniors et de leurs aidants augmente les risques de maltraitance, d’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Lorsque la personne âgée et ses aidants n’ont aucun soutien social, les risques d’abus ou de négligence augmentent. Il est important de maintenir des liens sociaux avec les seniors de votre entourage pour éviter que l’isolement, qui en soi peut aussi être une forme de maltraitance, n’entraîne des situations encore plus délétères.

Le bénévolat, pour réduire l’isolement des seniors

Les personnes âgées qui participent à des activités de bénévolat au sein de la société peuvent apporter leur expérience et savoir-faire à autrui, évitant ainsi de se sentir inutiles et de se replier sur elles-mêmes.

Inversement, les bénévoles qui interviennent dans les Ehpad ou au domicile des personnes âgées permettent de réduire la solitude et l’isolement des seniors.

Apprendre au grand âge pour lutter contre la solitude

Participer à des formations adaptées (informatique, santé, bien-être, etc.) peut aussi être bénéfique pour éviter l’isolement des seniors. La personne âgée peut rencontrer de nouvelles relations.

L’apprentissage de l’informatique et d’Internet, par exemple, peut également renforcer les relations intergénérationnelles et le lien avec la famille, en permettant aux seniors d’exploiter les outils informatiques de communication avec ses proches.

L’activité physique réduit l’isolement des seniors

Les activités physiques de groupe constituent une autre façon de réduire la solitude et l’isolement des seniors. En outre, le sport permet de préserver ses facultés et de réduire la perte d’autonomie, elle-même facteur de risque d’isolement des seniors.

Une étude américaine a notamment montré que les seniors pratiquant une forme de sports faisaient état d’un sentiment de bien-être accru, quelle que soit l’activité physique pratiquée.

L’isolement des seniors peut être évité. Mieux connaître les facteurs de risque et les possibilités de prévention est important pour aider les personnes âgées qui vivent autour de nous.

Connaissez-vous des seniors qui souffrent de solitude ? Quelles sont d’après vous les meilleures astuces pour réduire l’isolement des seniors ?

L'avis des utilisateurs sur cet article
4/5 - 5 votes - Votre vote :

Articles connexes