Tout savoir sur le risque des dérives sectaires pour les personnes âgées
Le 07/09/2018 - Vos droits

Les personnes âgées sont des victimes de choix pour les sectes. Plus souvent vulnérables, elles constituent aussi une source de revenus recherchée par des mouvements aux intentions malhonnêtes. Apprenez à reconnaître les risques auxquels sont exposés les seniors et à identifier les signes que votre proche est victime d’une dérive sectaire.

Tout savoir sur le risque des dérives sectaires pour les personnes âgées

Qu’est-ce qu’une secte ?

Dans un pays laïque comme la France, la secte n’a pas de définition juridique. Au nom de la liberté de culte et de croyance, le législateur n’interdit nullement l’appartenance à un tel ou tel mouvement. Les personnes âgées sont libres de leurs croyances et de leurs choix de vie.

La loi reconnaît, en revanche, des infractions (abus de faiblesse, extorsion, etc.) commises par les membres de certaines sectes à l’encontre de personnes vulnérables, et plus particulièrement des personnes âgées.

La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), créée en 2002 par l’État, définit la « dérive sectaire » comme un « dévoiement de la liberté de pensée, d’opinion et de religion » nuisant aux droits et libertés de l’individu.

Les prédateurs au sein des sectes font pression, souvent psychologiquement, sur l’individu pour l’assujettir et l’exploiter financièrement, sexuellement, et autre.

Un Français sur cinq a été victime de telles dérives de la part de sectes. L’organisme Miviludes recense chaque année quelque 2 500 signalements, une partie non négligeable concernant plus particulièrement les personnes âgées.

On identifie les dérives sectaires à certaines caractéristiques du comportement de leurs adeptes :

  • ils exercent une emprise mentale sur la victime,
  • leurs demandes financières sont particulièrement élevées,
  • ils exigent de la victime de se couper de sa famille et de son environnement,
  • ils exercent des violences et maltraitances physiques

Pourquoi les personnes âgées sont-elles des victimes privilégiées des sectes ?

Les personnes âgées sont vues par les prédateurs des mouvements sectaires comme des sources de revenus stables et détentrices d’un patrimoine important, plus faciles à s’approprier.

Le vieillissement entraîne un plus grand risque de fragilité et de détresse chez l’individu confronté à :

  • l’isolement social et la solitude,
  • la perte du conjoint et des amis,
  • des pathologies diverses,
  • la perte de repères,
  • le déclin de certaines fonctions physiques et cognitives.

La détresse liée à ces situations rend les personnes âgées plus vulnérables aux approches de sectes et des prédateurs existant dans nombre de ces mouvements.

Quelles sont les dérives sectaires les plus fréquentes auprès des personnes âgées ?

Les personnes âgées peuvent être victimes d’une secte qui exploite leurs besoins physiques et psychiques :

  • besoin d’une prise en charge de la maladie,
  • recherche d’un lien social à tout prix…

Les dérives thérapeutiques

Les personnes âgées sont une cible privilégiée pour les dérives sectaires liées à des pratiques thérapeutiques non conventionnelles, de plus en plus nombreuses sur le marché.

Le besoin de prise en charge de la maladie, la perte d’autonomie et la douleur pousse les personnes âgées à se tourner vers des méthodes de guérison alternatives. Si de plus en plus de « médecines douces » ou complémentaires sont reconnues, de nombreuses méthodes ne font nullement l’objet d’une réglementation. La porte est alors ouverte aux dérives sectaires.

D’après la mission Milivitudes, le prédateur sectaire tente de faire adhérer le patient à une méthode thérapeutique, qui s’apparente à une croyance et préconise un mode de pensée de vie alternatif.

Peu à peu, le prédateur le convainc que les autres traitements sont inutiles ou néfastes, et lui demande de ne faire confiance qu’à lui. Se présentant comme le détenteur de la clé de sa guérison, il l’endoctrine et le fait rompre avec la médecine conventionnelle, puis avec sa famille et son environnement.

Pour les personnes âgées, faire la différence entre un thérapeute qui l’exploite et une médecine susceptible de véritablement les soulager est loin d’être simple. C’est le cas, du reste, pour tout un chacun, confronté à une avalanche d’informations contradictoires et de promesses, véhiculées librement sur Internet, de plus en plus accessible aux seniors.

La maltraitance financière

Si de nombreux seniors sont victimes d’escroqueries « traditionnelles », par des étrangers ou leurs proches, la maltraitance financière contre les personnes âgées est souvent liée à des dérives sectaires.

Un proche ou un aidant (aussi bien familial que professionnel) membre d’une secte peut devenir un prédateur pour les personnes âgées de son entourage.

Comment reconnaître qu’un proche âgé est victime d’une secte ?

Certains changements dans les habitudes et comportements de la personne âgée peuvent vous signaler qu’elle est victime d’une dérive sectaire. Voici un résumé du questionnaire de Miviludes :

Indices indiquant une risque de dérive sectaire chez la personne âgée :

 

 

 

Mode de vie

Votre proche a-t-il adopté une pratique ou un régime alimentaire potentiellement dangereux pour sa santé ?OuiNon
Un individu (sauf son médecin traitant) lui a-t-il recommandé des compléments alimentaires ?
Ses habitudes vestimentaires ont-elles changé ?
Prend-il des décisions illogiques ou contraires à ses habitudes ?
 

Prise en charge médicale

Votre proche refuse-t-il des soins importants ?
Quelqu’un l’accompagne-t-il psychologiquement dans cette décision ?
Votre proche a-t-il renoncé aux soins conventionnels pour se tourner vers des méthodes alternatives ?
Le thérapeute est-il trop impliqué dans la vie de votre proche ?
 

Liens sociaux

Votre proche se comporte-t-il d’une façon inhabituelle à l’égard de ses amis et parents ?
Constatez-vous une rupture avec l’entourage ?
Y a-t-il une personne qui monopolise son attention et pourquoi ?
 

 

 

Argent

Votre proche donne-t-il de l’argent à un professionnel ou bénévole intervenant chez lui ?
Dépense-t-il beaucoup d’argent pour des médicaments et thérapies alternatives ?
A-t-il fait des dons conséquents à des personnes autres que les proches ?
Quelqu’un fait-il pression sur votre proche pour lui soutirer de l’argent ?
 

Violence

Votre proche a-t-il été victime de maltraitance ?
S’est-il imposé des interdits culturels ou spirituels anormaux ?
Craint-il les conséquences d’une violation de ces interdits ?

 

Une seule réponse positive ne signifie pas que votre proche est victime d’une secte, mais lorsque les signes s’accumulent, le risque est nettement accru.

Que faire en cas de dérive sectaire ?

La loi tend à garantir la liberté de culte et de mode de vie des individus. Il n’est donc pas toujours possible de protéger un proche des abus d’une secte, tant qu’ils restent dans les limites de la légalité.

La loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV) a pris quelques mesures pour protéger les personnes âgées des maltraitances financières :

  • interdiction des dons et des legs aux intervenants à domicile et aux personnels des Ehpad,
  • nomination d’une personne de confiance,
  • protection du consentement libre et éclairé des personnes âgées (pour l’entrée en Ehpad, etc.)
  • aménagement des mesures de protection juridique.

Il est parfois nécessaire d’avoir recours à des mesures administratives ou juridiques pour protéger les personnes âgées :

  • mesure d’accompagnement social personnalisé (MASP),
  • mesure de protection juridique, lorsque les capacités physiques ou cognitives de la personne âgée sont altérées au point de l’empêcher de veiller à ses propres intérêts.

Enfin, les proches peuvent signaler les dérives sectaires à la mission Miviludes, au procureur de la République et à la police.

L'avis des utilisateurs sur cet article
4.7/5 - 3 votes - Votre vote :

Articles connexes