Les maisons de retraite privées ou associatives

Le marché des établissements d’hébergement pour personnes âgées s’est largement ouvert ces dernières décennies au secteur privé, qui s’accroît régulièrement. Les maisons de retraite privées offrent la même prise en charge que les résidences publiques, mais affichent des tarifs plus élevés, en raison notamment de prestations plus luxueuses.

Les maisons de retraite privées ou associatives

Les différentes maisons de retraite privées

Les maisons de retraite privées – associatives ou commerciales – sont des établissements pour personnes âgées, gérés par des associations, des fondations, de grands groupes (DVD, Orpea, Korian, Medica France, etc.), des mutuelles ou des caisses de retraite.

Les structures regroupées sous l’appellation maisons de retraite privées peuvent être des :

Environ 47 % des 10 500 structures accueillant des aînés en France sont des maisons de retraite privées associatives (29 %) et commerciales (18 %), (Étude et résultats, Drees février 2014). L’offre de places en maisons de retraite privées augmente toutefois d’année en année.

Les maisons de retraite privées peuvent être habilitées à l’aide sociale. Dans le secteur associatif, 90 % des établissements peuvent recevoir des résidents percevant l’aide sociale à l’hébergement (ASH). En revanche, seulement 34 % des maisons de retraite privées commerciales sont habilitées à héberger des bénéficiaires de l’ASH.

Les prestations proposées dans les établissements privés

Dans les maisons de retraite privées, la prise en charge de base est la même que dans les établissements publics :

  • accueil hôtelier (hébergement, restauration, blanchisserie…) – certains sont facultatifs dans les foyers-logements et résidences-services ;
  • prise en charge de la dépendance et soins médicaux – dans les résidences médicalisées (Ehpad) ;
  • animations et activités.

De plus en plus de maisons de retraite privées sont dotées de petites unités de vie protégée pour les résidents atteints de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés. Ces résidents peuvent ainsi bénéficier d’une prise en charge adaptée par un personnel spécifiquement formé.

Cependant, dans les maisons de retraite privées commerciales, l’environnement est souvent plus développé : les locaux, les chambres et le mobilier sont plus luxueux que dans le public. En outre les maisons de retraite privées proposent des prestations supplémentaires de qualité (le plus souvent facturées en sus du tarif journalier) :

  • activités plus luxueuses,
  • balnéothérapie,
  • espaces Snoezelen,
  • autres thérapies non médicamenteuses coûteuses.

Le tarif des maisons de retraite privées et les aides financières

Les tarifs des maisons de retraite privées sont plus élevés que ceux pratiqués dans les établissements publics, subventionnés par les Conseils généraux. Si le tarif des maisons de retraite privées associatives est également fixé par la collectivité, celui des établissements commerciaux n’est pas imposé. La direction de la maison de retraite privée commerciale peut fixer le tarif de son choix et ce n’est qu’après avoir conclu un contrat avec le nouveau résident, que son tarif sera encadré par les autorités.

Le tarif hébergement (prestations d’administration et d’accueil hôtelier) dépend de l’habilitation de la structure à l’aide sociale. D’après l’enquête de la Drees susmentionnée, le tarif journalier moyen dans les maisons de retraite privées commerciales médicalisées (Ehpad) s’élève à 59 € pour un lit habilité à l’aide sociale et à 75 € pour un lit non habilité. Dans les maisons de retraite privées associatives, ces tarifs sont respectivement de 54 € et 60 €. Tandis que dans les établissements publics non hospitaliers, ils s’établissent respectivement à 50 et 51 €.

Le reste à charge est donc élevé pour les résidents, mais ils peuvent bénéficier d’aides financières dans les maisons de retraite privées répondant à certains critères :

  • aide sociale à l’hébergement (ASH), pour les places habilitées,
  • aides au logement : aide personnalisée au logement (APL) si la maison de retraite privée est conventionnée ou allocation de logement sociale (ALS) si les chambres respectent certaines normes.

Documents associés

Quels documents souhaitez vous recevoir

Articles connexes

Les unités de soins de longue durée

Les unités de soins de longue durée

La prise en charge d’une personne âgée malade très dépendante est souvent plus aisée dans une unité de soins de longue durée (USLD), où les patients bénéficient d’une surveillance médicale constante. Ces établissements ont le plus souvent le statut d’Ehpad.

Lire la suite

Les résidences-autonomie

Les résidences-autonomie

Les résidences-autonomies (aussi appelées foyers-logements) sont des établissements d’hébergement pour les personnes âgées encore autonomes. Elles offrent un cadre de vie adapté aux besoins d’un aîné, avec des services facultatifs, sans les contraintes de la vie collective.

Lire la suite

Je cherche une maison de retraite à :