Évaluer les soins nécessaires en Ehpad avec le modèle PATHOS

Le modèle PATHOS permet de déterminer la prise en charge médicale nécessaire aux résidents des Ehpad ou autres établissements et services accueillant des personnes âgées dont l’état de santé est dégradé. Il fait partie des outils d’évaluation du médecin coordonnateur.

Évaluer les soins nécessaires en Ehpad avec le modèle PATHOS

Qu’est-ce que le modèle PATHOS ?

Le modèle PATHOS est un outil utilisé par les professionnels de santé pour adapter la prise en charge médicale des personnes âgées, en fonction de leur état de santé et de la stratégie thérapeutique correspondante. À la différence de la grille AGGIR, qui sert à évaluer la perte d’autonomie du résident, le PATHOS en Ehpad aide le médecin coordonnateur à définir un projet de soins personnalisé.

Le PATHOS est un système d’évaluation mis en place par le Syndicat national de gérontologie clinique (SNGC) et le service médical de la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS), en 1997. Sa gouvernance opérationnelle a été reprise en 2010 par la CNSA.

Cet outil peut être utilisé à un niveau individuel pour évaluer la situation pathologique d’une personne âgée et adapter le programme de soins.

Le PATHOS est également utile au niveau collectif pour caractériser l’état de la prise en charge médicale dans un établissement ou un service de soins. Le PATHOS Moyen Pondéré (PMP) sert ainsi à mesurer les niveaux de soins nécessaires pour la prise en charge des polypathologies pour un public spécifique.

Les éléments du modèle PATHOS

Le modèle PATHOS est composé de plusieurs variables :

  • 50 états pathologiques,
  • 12 profils de soins,
  • 8 postes de ressources.

Les 50 états pathologiques du modèle PATHOS regroupent les différents troubles dont peuvent être atteintes les personnes âgées, c’est-à-dire les affections

  • cardio-vasculaires,
  • neuro-psychiatriques,
  • broncho-pulmonaires,
  • infectieuses,
  • dermatologiques,
  • ostéo-articulaires,
  • gastro-entérologiques,
  • endocriniennes,
  • uro-néphrologiques,
  • et autres domaines pathologiques.

Les 12 profils de soins de l’outil PATHOS vont de l’absence de traitement ou de surveillance médicale à la nécessité de soins lourds et d’une surveillance quotidienne (lorsque le pronostic vital est engagé), en passant par la rééducation fonctionnelle, les soins psychiatriques, etc.

Un seul profil de soins peut être associé à un état pathologique donné. Tous les couples « état pathologique – profil » ne correspondent pas à la réalité et dans la pratique, le modèle PATHOS en comprend seulement 238 pour décrire toutes les situations rencontrées chez les personnes âgées.

Quant aux 8 postes de ressources du modèle PATHOS, ils correspondent aux niveaux de soins requis :

  • soins généraux octroyés par un médecin gériatre,
  • soins de psychiatrie,
  • soins infirmiers,
  • rééducation par un kinésithérapeute, un ergothérapeute, un orthophoniste, etc.,
  • psychothérapie ordonnancée par un psychologue ou un psychomotricien,
  • actes de biologie,
  • actes d’imagerie,
  • pharmacie et petit matériel.

L’utilisation de l’outil PATHOS en Ehpad

Le modèle PATHOS permet au médecin coordonnateur d’un Ehpad de :

  • repérer d’après un thésaurus de 50 états pathologiques ceux dont souffre un résident,
  • préciser le profil de stratégie thérapeutique requis pour la prise en charge du patient, parmi une liste de 12 profils de soins,
  • saisir ces données dans le logiciel associé (GALAAD, fourni par la CNSA) : l’algorithme PATHOS détermine les moyens nécessaires dans huit postes de soins médico-techniques (niveaux de soins nécessaires).

En Ehpad, le PATHOS permet également de réaliser un bilan à partir de l’évaluation de tous les résidents, par exemple pour évaluer les besoins en personnel soignant de la maison de retraite et les différents moyens à mobiliser. Le modèle PATHOS est donc complémentaire de la grille AGGIR et permet d’ajuster au mieux la prise en charge des personnes âgées malades accueillies en Ehpad.

Documents associés

Quels documents souhaitez vous recevoir

Articles connexes

La démence à corps de Lewy

La démence à corps de Lewy

La démence à corps de Lewy est une maladie neurodégénérative. Elle entraîne une perte d’autonomie et des difficultés assez similaires à celles la maladie d’Alzheimer. Une prise en charge en Ehpad est souvent nécessaire lorsque les symptômes s’aggravent.

Lire la suite

Les dangers de la canicule pour les Aînés

Les dangers de la canicule pour les Aînés

Les fortes chaleurs peuvent avoir des répercussions graves sur la santé, en particulier chez les personnes âgées, plus exposées aux risques de déshydratation. Depuis la canicule de l’été 2003 et ses conséquences dramatiques, les pouvoirs publics ont mis en place des dispositifs de prévention et publient des conseils à suivre.

Lire la suite

Je cherche une maison de retraite à :

    Copyright © 2016 - Cap Retraite