Au sommaire

    Comparateur en ligne 100 % gratuit

    Trouver une aide à domicile

    Partager :

    Cet article a été noté par 8 lecteurs

    Une assistante de vie dépendance est une professionnelle qui accompagne les personnes âgées ayant des difficultés à accomplir seules des activités de la vie quotidienne. Entre autres missions, elle aide les seniors à maintenir leur hygiène personnelle et à s’occuper de leur maison.

    Mais son rôle va plus loin : en tenant compagnie à la personne aidée, elle prévient l’isolement délétère au grand âge. Elle est également attentive à l’évolution de son état de santé et peut prévenir une dégradation.

    Qu’est-ce qu’une assistante de vie dépendance ? Définition et missions

    Une assistante de vie dépendance est une professionnelle de l’aide à domicile qui accompagne et soutient les personnes en situation de perte d’autonomie. Elle intervient auprès des seniors ayant des difficultés à réaliser seuls les activités de la vie quotidienne. Son rôle principal est d’assurer leur confort, leur sécurité et leur bien-être, tout en favorisant leur autonomie et leur qualité de vie.

    Également appelée auxiliaire de vie (AVS), elle joue un rôle clé dans le maintien à domicile d’un aîné dépendant. En effet, rester vivre chez soi le plus longtemps possible est le souhait de la majorité des Français. Mais pour ce faire, de nombreuses personnes âgées ont besoin d’aide. 

    Quand recourir à un assistant de vie dépendance ?

    Il est possible de faire appel à un assistant de vie dépendance dans plusieurs cas : 

    • Il n’y a pas d’aidant familial pour assister le senior dépendant,
    • La personne âgée ne souhaite pas solliciter ses proches pour éviter d’être « un poids » ou parce qu’elle préfère conserver un maximum d’autonomie,
    • L’aidant familial ne peut pas ou ne veut pas tout assumer seul, il a besoin de relais, etc. 

    Le recours à un assistant de vie dépendance peut être d’une durée indéterminée pour une personne dont la situation n’est pas censée s’améliorer. L’aîné peut ainsi continuer à vivre dans son environnement habituel, en bénéficiant d’un soutien adapté.

    Le professionnel assistant l’aîné peut également intervenir pour une courte période, par exemple après une sortie d’hospitalisation. À l’issue d’une maladie soudaine, la personne âgée a souvent besoin d’un accompagnement renforcé pour rentrer chez elle en toute sécurité. Lorsque son état de santé s’améliorera, le senior  pourra réduire les heures d’aide à domicile ou y mettre fin. 

    Bon à savoir : les assistants de vie dépendance interviennent aussi dans les maisons de retraite. Ils participent à la prise en charge des résidents au quotidien.

    Quelles sont les missions de l’assistante de vie dépendance ?

    Les missions de l’assistante de vie dépendance peuvent varier en fonction des besoins spécifiques de la personne accompagnée et de l’évolution de sa situation de dépendance. Son rôle principal est d’assurer le confort, la sécurité et le bien-être de l’aîné, tout en favorisant son autonomie et sa qualité de vie.

    Aide à l’hygiène personnelle

    L’assistante de vie dépendance est responsable de l’hygiène générale et des soins personnels de la personne âgée. Elle l’aide à faire sa toilette et à s’habiller. Le soir, elle l’assiste dans la préparation au coucher (déshabillage, etc.) 

    Elle s’efforce de l’encourager à participer au maximum à ces activités contribuant à son bien-être général. Le but : préserver ses facultés et son autonomie le plus longtemps possible.

    Les soins d’hygiène plus compliqués d’adultes en situation de handicap complexe relèveront plutôt des responsabilités d’un service de soins infirmiers à domicile (SSIAD)

    Préparation des repas 

    Une bonne nutrition est essentielle pour préserver la santé de la personne âgée. La préparation des repas est donc une activité cruciale que l’assistant de vie dépendance peut effectuer pour ou avec l’aîné. 

    Elle l’accompagne lorsqu’il va faire ses courses ou se rend à l’épicerie pour lui. Elle veille à réaliser des repas conformes au régime alimentaire prescrit par le médecin traitant ou la  diététicienne qui suit le senior. 

    Une personne âgée très dépendante peut avoir besoin d’aide pour s’alimenter, ce qui relève alors aussi des missions de l’assistante de vie. Dans certains cas, cette tâche sera réservée à une aide-soignante ou une infirmière, en fonction de la prescription médicale pertinente. La personne âgée dont l’état de santé le justifie peut en effet être également accompagnée par les intervenants d’un service de soins infirmiers à domicile. Ils travaillent en collaboration avec l’assistant de vie.  

    Entretien et propreté du domicile

    L’assistant de vie dépendance aide la personne âgée dans les tâches ménagères. Elle s’occupe de l’entretien du domicile (ménage, rangement, etc.) et du linge (lavage, repassage, etc.). 

    Elle fait ainsi en sorte que la personne accompagnée vive dans un environnement salubre, sûr et agréable.  

    Aide aux déplacements et à la mobilité

    L’assistant de vie s’assure que l’aîné puisse garder une certaine autonomie dans ses déplacements. Elle l’aide à se lever du lit ou du fauteuil (aide aux transferts). Si nécessaire, elle l’assiste lors de l’utilisation du déambulateur ou du fauteuil roulant. 

    Elle l’accompagne lors des sorties et des rendez-vous médicaux. Elle peut être amenée à l’aider dans les transports en commun. 

    Un assistant de vie dépendance se promenant avec un senior en fauteuil roulant
    Moment de complicité entre l’assistant de vie dépendance et le senior accompagné

    Accompagnement social et relationnel

    La compagnie et le soutien de l’assistante de vie ont une influence positive sur l’état général du senior.  La relation qui se crée entre l’aidant professionnel et la personne aidée est aussi importante que les tâches physiques et techniques. 

    Font donc partie des missions de l’assistant de vie dépendance:

    • le maintien du lien social et la stimulation des relations avec l’entourage (famille, amis, voisins, etc.),
    • les activités ludiques et culturelles adaptées à la personne dépendante,
    • l’écoute et le soutien moral.

    Surveillance de la santé et du bien-être 

    Présente régulièrement auprès de l’aîné dépendant, l’assistante de vie observe son état de santé général. Elle est souvent la première à constater un déclin des facultés physiques ou cognitives du patient atteint de la maladie d’Alzheimer. Elle alerte alors la famille ou les professionnels de santé. 

    LIRE AUSSI:  Le portage de repas à domicile 

    Elle peut aussi aider l’aîné à suivre ses traitements médicamenteux et prescriptions médicales (dans la limite de ses prérogatives). 

    Elle joue un rôle dans la prévention des risques liés à la dépendance (chutes, accidents domestiques, etc.), notamment en s’assurant que le domicile est sûr.

    Collaboration avec les autres intervenants 

    L’aide à domicile travaille souvent en parallèle avec d’autres professionnels. Elle est donc amenée à effectuer les tâches suivantes :

    • Coordination et communication avec les autres intervenants (médecins, infirmiers, kinésithérapeutes…),
    • Participation aux réunions de suivi et aux bilans de prise en charge (dans le cadre d’un service d’aide à domicile),
    • Mise en œuvre des recommandations des professionnels de santé.

    Quelles compétences rechercher chez une assistante de vie dépendance ?

    Le métier d’assistante de vie pose des défis à la fois techniques et humains. Plusieurs qualités et compétences sont à rechercher chez la personne qui interviendra auprès de votre proche.

    Compétences techniques

    Une assistante de vie dépendance doit posséder certaines compétences techniques pour répondre aux besoins des personnes qu’elle accompagne :

    • Connaissance des gestes et techniques de soins d’hygiène et de confort : elle doit être capable d’aider l’aîné dépendant dans ces actes quotidiens, en respectant ses besoins et sa dignité.
    • Capacité à réaliser des tâches ménagères courantes.
    • Maîtrise des techniques d’aide au transfert et à la mobilité : elle doit être formée aux méthodes de déplacement et de manutention des personnes dépendantes. Ceci est important pour assurer leur sécurité et leur bien-être.
    • Connaissance des dispositifs médicaux courants : l’assistante de vie doit être familiarisée avec les équipements médicaux utilisés par l’aîné (fauteuil roulant, lève-personne, etc.) et savoir les manipuler correctement.

    Compétences relationnelles 

    Les compétences relationnelles sont essentielles pour établir une relation de confiance avec la personne accompagnée :

    • Écoute et d’empathie : l’assistante de vie doit être à l’écoute des besoins et attentes de la personne dépendante, tout en faisant preuve de compréhension et de soutien.
    • Communication adaptée : elle doit savoir adapter son langage et sa manière de communiquer en fonction des capacités cognitives et sensorielles de l’aîné. C’est d’autant plus important lorsqu’elle travaille auprès d’une personne atteinte d’une démence.
    • Respect et discrétion : l’employée doit respecter la vie privée et l’intimité de l’adulte en situation de dépendance, tout en garantissant la confidentialité des informations personnelles.
    • Patience et tolérance : elle doit faire preuve de patience face aux difficultés et aux contraintes liées à la dépendance. Il est important qu’elle accepte les différences culturelles, sociales et religieuses.
    Une assistante de vie dépendance faisant la lecture à une personne âgée à son domicile
    Une assistante de vie dépendance au domicile d’une personne âgée

    Capacité à s’organiser et à travailler de manière autonome 

    Une assistante de vie dépendance doit être capable de s’organiser et de travailler de manière autonome. Elle devra en effet gérer les diverses activités liées à l’accompagnement de la personne dépendante :

    • Planification et gestion du temps : elle doit organiser son emploi du temps et prioriser les tâches en fonction des besoins du senior.
    • Capacité d’adaptation : elle doit être capable de s’adapter aux situations imprévues et de réagir rapidement en cas de problème ou de changement de circonstances.
    • Rigueur et sens des responsabilités : elle doit être consciencieuse dans l’exécution de ses tâches et assumer la responsabilité de ses actions.
    • Capacité à travailler en équipe : elle doit être en mesure de collaborer avec les autres professionnels intervenant auprès de l’usager (médecins, infirmiers, ergothérapeutes, etc.). Le but : assurer une prise en charge globale et cohérente.
    Infographie présentant les missions de l'assistante de vie dépendance auprès des personnes âgées en perte d'autonomie

    Quelle formation l’assistante de vie dépendance suit-elle ?

    L’assistante de vie suit une formation spécifique pour acquérir les compétences nécessaires afin de travailler avec des personnes dépendantes. Plusieurs cursus permettent aux futurs professionnels d’apprendre à faire face à différentes situations et à communiquer avec la personne aidée.

    Les différentes formations possibles 

    Il existe différentes formations pour devenir assistante de vie dépendance:

    • Le CAP Accompagnant éducatif petite enfance (CAP AEPE) : cette formation de niveau 3 permet d’acquérir des compétences de base pour travailler auprès de personnes dépendantes. Elle se fait en 2 ans après la 3e, dans le milieu  scolaire ou en apprentissage Elle s’adresse plus précisément aux candidats souhaitant travailler auprès des enfants en situation de handicap.
    • Le Diplôme d’État d’Accompagnant Éducatif et Social (DEAES) : ce diplôme de niveau 3 propose trois spécialités, dont la spécialité « Accompagnement de la vie à domicile ». Cette formation de 11 mois est particulièrement adaptée pour intervenir auprès des seniors en perte d’autonomie.
    • Le Titre professionnel d’Assistant(e) de vie aux familles (ADVF) : délivré par le ministère du Travail, ce titre de niveau 3 est spécifiquement conçu pour les personnes souhaitant travailler auprès de personnes âgées ou handicapées à domicile ou en Ehpad. Différents organismes proposent cette formation au titre d’ADVF. Elle dure environ 4 à 5 mois, et permet d’obtenir une certification professionnelle inscrite au RNCP.  
    Formations pour exercer le métier d’assistant de vie
    Nom du diplôme ou titre
    Niveau
    Durée
    CAP Accompagnant éducatif petite enfance (CAP AEPE)
    3
    2 ans
    Diplôme d’État d’Accompagnant Éducatif et Social (DEAES)
    3
    11 mois
    Titre professionnel d’Assistant(e) de vie aux familles (ADVF)
    3
    4 à 5 mois

    Les lieux d’intervention des assistantes de vie dépendance

    Après avoir suivi une formation et obtenu une certification, les assistantes de vie dépendance peuvent exercer leur activité dans diverses structures ou travailler en tant qu’indépendantes. 

    Ces professionnelles peuvent ainsi être employées à domicile ou en établissement, par :

    • Les particuliers employeurs : il s’agit de la principale source d’emploi pour les assistantes de vie dépendance. Elles sont embauchées directement par les personnes dépendantes ou leurs familles pour intervenir à domicile. 
    • Les structures d’aide à domicile : associations, entreprises de services à la personne ou organismes publics proposent également des postes d’assistantes de vie dépendance.
    • Les résidences pour personnes âgées ou établissements pour personnes handicapées : dans certains cas, les assistantes de vie dépendance  travaillent au sein de ces structures, bien qu’elles soient davantage sollicitées pour des tâches d’accompagnement à domicile.
    LIRE AUSSI:  Guide complet sur la famille d’accueil pour les personnes âgées

    Comment trouver une assistante de vie aux familles ?

    Trouver une assistante de vie dépendance peut présenter un défi pour les familles, qui ne connaissent pas bien le secteur de l’aide à domicile. Certaines communes de France sont mieux desservies que d’autres. En outre, la famille peut s’interroger sur la meilleure façon de recourir à l’aide d’une assistante de vie : emploi direct ou service d’aide à domicile ? 

    Les structures d’informations locales pour les personnes âgées 

    Pour trouver une assistante de vie dépendance, il est possible de s’adresser à des structures locales d’information et d’orientation dédiées aux personnes âgées et à leurs familles. Parmi ces structures, on retrouve :

    • Les centres communaux d’action sociale (CCAS) : présents dans chaque commune, ils proposent des services d’aide sociale, d’orientation et de soutien aux personnes âgées et à leurs familles.
    • Les centres locaux d’information et de coordination (CLIC) : ces centres sont spécialisés dans l’information et l’accompagnement des personnes âgées et de leurs proches. Ils peuvent vous aider à trouver une assistante de vie dépendance adaptée à vos besoins.
    • Les points d’information locaux dédiés aux personnes âgées (également appelé points info seniors ou points relais conseil) : ces structures sont destinées à informer et orienter les personnes âgées et leurs familles sur les différentes aides et services disponibles localement. Ils peuvent les aider à trouver une assistante de vie dépendance.

    La plateforme en ligne Cap Retraite pour trouver une assistante de vie aux familles

    Si vous préférez recevoir un accompagnement personnalisé et accélérer vos démarches, vous pouvez utiliser la plateforme en ligne de Cap Retraite. Elle facilite votre recherche et vous permet d’obtenir gratuitement une liste de professionnels qualifiés, bienveillants et fiables.

    En utilisant le module de recherche d’une aide à domicile, vous pouvez définir vos besoins et critères, grâce aux options de filtrage. Il ne vous restera plus qu’à comparer les profils des assistants de vie et leurs tarifs. 

    Les partenaires de Cap Retraite vous conseilleront également sur les aides financières pour payer votre employé(e). 

    Les critères à prendre en compte pour choisir une assistante de vie

    Pour trouver l’assistante de vie dépendance qui répond le mieux à vos besoins, il est important de prendre en compte plusieurs critères :

    • Formation et qualifications : vérifiez que le professionnel dispose d’une formation adéquate et d’éventuelles certifications (DEAES, ADVF, CQP, etc.) ;
    • Expérience professionnelle : privilégiez les candidats ayant déjà travaillé auprès de personnes dépendantes. Ils doivent avoir des compétences spécifiques liées à la situation de la personne à accompagner (maladies neurodégénératives, handicap, etc.) ;
    • Proximité géographique : choisissez une assistante de vie dépendance résidant à proximité pour faciliter les interventions à domicile et réduire les frais de déplacement ;
    • Références : demandez des références professionnelles pour évaluer la qualité du travail et le sérieux de l’assistante ;
    • Entretien : rencontrez le candidat ou la candidate en personne ou via un entretien vidéo pour évaluer son adéquation avec la personne dépendante et ses besoins.

    Les démarches administratives pour embaucher une assistante de vie dépendance

    Lorsque vous embauchez une assistante de vie dépendance, plusieurs démarches administratives sont à effectuer :

    • Rédaction d’un contrat de travail : établissez un contrat écrit précisant les modalités d’emploi (type de contrat, durée, horaires, rémunération, etc.).
    • Déclaration préalable à l’embauche (DPAE) : avant l’embauche, déclarez l’assistante de vie dépendance auprès de l’URSSAF ou de la MSA.
    • Rédaction d’un bulletin de salaire,
    • Cotisations sociales : en tant qu’employeur, vous devez payer des cotisations sociales à l’URSSAD pour l’assistante de vie dépendance. 

    Le Chèque Emploi Service Universel (CESU)

    Pour faciliter vos démarches administratives en tant que particulier employeur, il est recommandé d’utiliser le dispositif chèque emploi service universel (CESU).  

    Grâce au CESU, vous pouvez déclarer facilement et rapidement les salaires versés à votre assistante de vie dépendance, tout en assurant le paiement des cotisations sociales.

    Le dispositif permet également de bénéficier d’aides fiscales aux personnes âgées sous forme de crédit d’impôt, ce qui rend l’emploi d’une aide à domicile plus accessible financièrement. 

    Les services d’aide à domicile (SAAD)

    Il est aussi possible d’engager une assistante de vie dépendance via un organisme prestataire ou mandataire de services. Ces agences simplifient les démarches et la recherche d’un employé. En effet, elles proposent des services d’aide à domicile (SAAD) adaptés aux besoins des personnes dépendantes, tout en offrant un encadrement professionnel.

    • L’organisme mandataire recrute l’assistante de vie dépendance. Il se charge aussi de toutes les démarches administratives liées à son emploi : rédaction du contrat de travail, gestion des salaires et paiement des cotisations sociales. Dans ce cas, le particulier n’est pas l’employeur direct de l’assistante, mais un client de l’organisme prestataire. Cette option offre une plus grande simplicité et une moindre responsabilité pour le particulier.
    • L’organisme mandataire de services accompagne le particulier employeur dans les démarches liées à l’embauche et à la gestion de l’emploi d’une assistante de vie. Mais il ne devient pas l’employeur de cette dernière. Le particulier reste l’employeur direct de l’assistante de vie, mais bénéficie des conseils et de l’aide de l’agence pour les aspects administratifs.

    Questions fréquente

    Quel est le salaire d’un ADVF en maison de retraite ?

    Le salaire de l’ADVF en maison de retraite varie de 1 400 € à 1 800 € bruts par mois. Les facteurs influençant ce montant sont l’expérience, le nombre d’heures effectuées, le travail le dimanche et les jours fériés, ainsi que le secteur d’exercice (privé ou public).

    Quelle possibilité d’évolution pour l’ADVF ?

    Après quelques années d’expérience, l’assistant de vie peut évoluer vers d’autres métiers. Il peut notamment suivre une formation pour devenir aide-soignant dans un SSIAD ou en EHPAD.

    Cet article vous a-t-il été utile ?

    Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

    Avatar auteur, Yaël A.
    Yaël A.,Rédactrice chez Cap Retraite

    Commentaires (0)

    Réagissez, posez une question…

    Pratique

    Les outils et parutions de Cap Retraite