Respect de la confidentialité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies dans le but d’améliorer votre expérience et de mesurer l’audience de notre site. En savoir plus

OK

Trois études ont été présentées en ce sens lors de l’Alzheimer’s Association International Conference (AAIC) qui s’est tenue en juillet 2015 aux États-Unis : l’activité physique peut protéger contre la maladie d’Alzheimer et ralentir son évolution.

L’activité physique pour se protéger d’Alzheimer

L’activité physique décidément bénéfique pour la santé ! D’après des études présentées lors de l’Alzheimer’s Association International Conference (AAIC) par des équipes américaines, danoises et canadiennes, la pratique d’une activité physique améliore significativement le niveau de vie des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

La conclusion commune à ces études, présentées et menées indépendamment : le sport réduit le risque de voir survenir la maladie, et peut agir comme traitement par la suite.

“Une activité physique récurrente améliore les fonctions cognitives”

La première étude, initiée par le Dr Steen Hasselbalch du Centre de recherche sur la démence de Copenhague (Danemark), a été menée sur 200 personnes âgées de 50 à 90 ans, souffrants de la maladie d’Alzheimer. La moitié d’entre eux a suivi un programme d’exercices physiques durant 16 semaine, tandis que la seconde moitié n’a bénéficié que de soins classiques, sans sport. En définitive, expliquent les auteurs de l’étude selon des propos rapportés par Le Parisien : “Les gens qui ont participé au programme sportif avaient beaucoup moins de symptômes tels que l’anxiété, l’irritabilité et la dépression par rapport au groupe sans exercice”.

L’enquête des chercheurs américains tend à prouver de son côté que le sport peut faire baisser le taux de la protéine « Tau » dans le cerveau, responsable de l’accélération de la maladie d’Alzheimer.

Enfin, l’étude menée par la professeure Teresa Liu-Ambrose de l’University Of British Columbia (États-Unis) et chercheuse au sein de la fondation Djavad Mowafaghian (Centre pour la santé du cerveau) du Canada, a démontré que les personnes ayant un suivi une activité physique régulière voyaient une amélioration de leurs fonctions cognitives, mémoire et attention en tête de liste.

Note de l’article (5 votes)

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez cet article afin de nous permettre d’améliorer nos contenus.

Elsa Blanc,Rédactrice chez Cap Retraite

Commentaires (0)

Réagissez, posez une question…

Les derniers articles

Articles les plus recherchés

Nos dossiers sur ce thème

La santé du Grand-âge

L'accroissement de la longévité s'accompagne de la multiplication de pathologies propres aux personnes âgées. Nous abordons dans ce dossier intitulé "la santé au grand âge"…

En savoir plus

Face à la maladie d'Alzheimer

Nous avons consacré un dossier spécifique à la maladie d’Alzheimer, pour appréhender à sa mesure ce véritable fléau, qui touche en France 800 000 personnes,…

En savoir plus

Face à la maladie de Parkinson

Affection dégénérative du cerveau la plus courante après Alzheimer, la maladie de Parkinson touche plus de 2 % de la population française de plus de…

En savoir plus